Archives mensuelles : octobre 2014

La femme à la puce

Au Louvre, j’aime La femme à la puce de Giuseppe Maria Crespi dit Lo Spagnolo (l’Espagnol). Et vous allez découvrir l’humour des artistes peintres qui n’a rien à envier à celui des carabins. Pourquoi surnommer Giuseppe, l’Espagnol ? A cause d’une origine ibérique ? Non. A cause d’un accent ? Non. A cause d’une peinture influencée par les maîtres espagnols ? Non. A cause d’un goût prononcé par les tapas ? Non, non et non. On le surnommait l’Espagnol parce qu’il s’habillait à l’espagnol, tenue très près du corps, genre pantalon slim Et petit haut près du corps. Une chance, il aurait porté des lunettes il aurait été surnommé le Bigleux ? Jalousie et mesquinerie d’artistes. Giuseppe avait un physique avantageux qu’il savait mettre en valeur, c’est tout.

La femme à la puce de Giuseppe Maria Crespi

La femme à la puce de Giuseppe Maria Crespi

Lire la suite

Cavalier Rampin

Au Louvre, j’aime le Cavalier Rampin, même si maintenant il ne se nomme plus que Tête de cavalier, il reste pour moi le Cavalier Rampin. Cette sculpture grecque datant de 550 avant J.-C. me permet de m’interroger sur le bon emplacement d’une œuvre. Comment faut-il organiser un musée pour mettre en valeur les objets ? Existe-t-il une « bonne place » pour une œuvre ?

Cavalier Rampin

Cavalier Rampin

Lire la suite

L’enfant au toton

Au Louvre, j’aime L’enfant au toton de Jean-Siméon Chardin. D’abord parce que c’est un peintre qui a d’admirables initiales. Plus sérieusement parce que Chardin se situe à une charnière dans l’histoire de la peinture et que mieux que tous ces contemporains il a su exprimer cette cassure.

L’enfant au toton de Jean-Siméon Chardin

L’enfant au toton de Jean-Siméon Chardin

Lire la suite

Nessus enlevant Déjanire

Au Louvre, j’aime Nessus et Déjanire. Mais quelle représentation choisir tant le sujet est exposé sur une multitude de supports au musée, des cratères grecs aux sculptures néo-classiques. Tout comme Bethsabée, Nessus et Déjanire sont une figure imposée que tout  artiste qui prétend à ce titre ce doit d’avoir exécutée. Ce thème permet de rassembler sur un même  support la bestialité animale et la grâce féminine.

Nessus enlevant Déjanire de Giambologna

Nessus enlevant Déjanire de Giambologna

Lire la suite

La table de Teschen

Au Louvre, j’aime ses visiteurs et plus encore, ses donateurs. Avec 1 000 000 € que feriez-vous ? Des bêtises, je vous connais. Qui une grosse voiture qui fait vroum vroum, qui des chaussures de marques vulgaires, qui, pire que tout placé à 2,5% par an. Sérieusement, vous rêvez petit, ou bien vous n’avez pas un million. Et si je vous disais que pour la même somme vous pouvez avoir une table ! Je sens que cela commencer à ruer dans les brancards, que certains me propose la Lerhamn© de chez Ikéa© pour 59 € allant jusqu’à calculer que pour la même somme vous pourriez avoir 16 950 tables Lerhamn©. C’est malin et mesquin.

La table de Teschen de Johann Christian Neuber Lire la suite