Le morion et l’écu de Charles IX

Au Louvre, j’aime Le morion de Charles IX et son écu, œuvres de Pierre Reddon. Alors un morion grosso-modo tout le monde sait ce à quoi cela peut servir. Il s’agit en fait d’un casque. Ceux qui ont l’âge d’avoir vu Esteban, Zia et Tao fuirent devant les fourbes espagnols se souviennent de leurs casques particuliers. Et bien les méchants espagnols portaient des morions. Donc voilà, le casque est très joli, fin du billet.

Morion de Charles IX par Pierre Reddon

Morion de Charles IX par Pierre Reddon

Comme vous avez grandi avec Les Mystérieuses Cités d’Or, si je vous dis sang, nichons, œil éclaté, frère du roi débile, massacres, coucheries au sein d’une même fratrie, je suis certain que vous allez me répondre Games of Throne. Car tout le monde connait votre amour pour les dragons, seule raison valable pour laquelle vous regardez cette série et nullement pour les seins, fesses et autres zizis. Éteignez un peu la télévision, nous avons eu aussi un tel spectacle en France, cela s’appelait Games of Valois ou Catherine of Throne. Comment montrer à George R. R. Martin qu’il n’y a pas que la Guerre des Roses ou Les rois maudits.

Écu de Charles IX par Pierre Reddon

Écu de Charles IX par Pierre Reddon

Là, à froid, Charles IX n’évoque pas forcément grand-chose chez vous. Charly Nine dixit Jean Teulé ? Pas plus. Alors vous ne couperez pas à une généalogie de Charles IX. Présentation qui se veut synthétique et ne remontera pas jusqu’à Hugues Capet. Le grand-père c’est François Ier. Cela vous pose un homme. François Ier le roi sportif, le colosse, le promoteur du Val de Loire, le camp du Drap d’Or, secouez vos souvenirs cela va vous revenir. Pour les visiteurs du Louvre, François Ier est un des premiers mécènes du musée. Certains aiment les artistes chinois, parisiens, flamands, lui son truc c’était l’Italie. Il a rempli les murs de son château de tableaux italiens. Chacun ses lubies. Donc François Ier ça vous parle, 1515 Marignan…

François Ier de Jean Clouet

François Ier de Jean Clouet

A la mort de François Ier son fils Henri II lui succède selon la loi franque des chiens qui ne font pas des chats. Roi pendant près de 10 ans, personne n’est capable de dire quoi que ce soit sur ce pauvre Henri II. Pour les mémoires les plus faillibles, cette décennie rime avec Montaigne, la Boétie, la Pléiade, Ronsard, du Bellay. Accessoirement il est resté dans l’histoire pour sa maîtresse Diane de Poitiers. Mais je vous ai promis du trash façon série HBO, alors en voici. Henri, comme papa n’est pas le dernier à faire le beau lors des fêtes. A bomber le torse et sortir les muscles pour faire glousser les filles. Lors d’une joute, Gabriel de Montgommery blesse le roi Henri d’un éclat de lance dans le royal nonoeil. 10 jours d’agonie et le roi rend l’âme. Vous imaginez la fin de la saison 6, pénultième épisode et le heaume royal transpercé lors d’une joute, puis générique. Et dans le dernier épisode de cette saison imaginaire vous auriez les cris du roi mourant, douleur divine raisonnant dans les couloirs du Louvre. Les jeux de pouvoir, les collusions se mettant en branle entre les grands du royaume en anticipation de la succession. Quel panache ! Surtout que la saison 7 sera dédiée à la Saint-Barthélemy, vous aurez donc votre comptant d’hémoglobine.

Henri II des ateliers de Jean Clouet

Henri II des ateliers de Jean Clouet

Charles IX des ateliers de Jean Clouet

Charles IX des ateliers de Jean Clouet

Écu et morion de Charles IX par Pierre Reddon

Écu et morion de Charles IX par Pierre Reddon

Henri II quitte ce monde, laissant Catherine de Médicis en veuve et régente éplorée. Enfin pas trop éplorée tout de même. Une reine sait se tenir. Bru de roi, femme de roi, mère de roi et belle-mère de roi, la Catoche a occupé toutes les fonctions possibles autour du trône de France et même sur, tant sa régence ressemblait à un règne. De ses multiples couches elle enfanta trois fils qui furent Rois de France et une fille, Reine de France. Ces trois générations royales permettent de mettre en exergue l’adage qui veut que « le grand-père était un aigle, le père un faucon, le fils un vrai. » Et rassurez-vous, nous sommes tous le petit-fils/fille de quelqu’un. A noter pour les parisiens que le lieu du tournoi, de funeste conclusion pour Henri II, fut fermé par Catherine de Médicis. Elle fit installer une place qui prendra pendant la Révolution le nom de Place des Vosges. Je ne dis pas que Gabriel de Montgommery a fait exprès de tuer le roi tout ça pour que Victor Hugo puisse disposer d’une vue dégagée et agréable mais c’est une théorie à vérifier.

Écu de Charles IX par Pierre Reddon

Écu de Charles IX par Pierre Reddon

Morion de Charles IX par Pierre Reddon

Trois fils : François II, Charles IX et Henri III et une fille Marguerite dite la Reine Margot que les mauvaises langues ont fait passer pour la maîtresse de ses frères mais aussi de tout Paris (le Valois est prêteur). Marguerite qui épousera Henri de Navarre. Ce dernier fera son trou dans l’Histoire sous le nom de Henri IV, contrairement à son assassin qui fera son trou dans Henri IV sous le nom de Ravaillac. La poule au pot, Labourage et Pâturage, c’est bon, vous commencez à remettre les choses en ordre dans votre esprit. Celui qui m’intéresse aujourd’hui c’est donc Charles IX sous le règne duquel se déroula le massacre de la Saint-Barthélemy.

Morion de Charles IX par Pierre Reddon

Morion de Charles IX par Pierre Reddon

Morion de Charles IX par Pierre Reddon

Roi à 10 ans, Charles IX sera durant tout son règne le jouet de sa maman. Elle va organiser, sans que l’on s’en souvienne très bien, le premier tour de France. A l’heure d’internet et des chaînes info en continu, le visage présidentiel nous est montré jusqu’à l’overdose. Mais à l’époque, à part de profil sur le revers des pièces, difficile de se faire une idée de la tête du souverain. Alors dans un royaume qui se divise à cause des guerres de religion, rien ne vaut un bon coup de comm’ : La visite royale dans votre ville. Et le Barnum Valois se met en branle : Sens, Troyes-en-Champagne, Bar-le-Duc, Dijon, Mâcon, la vallée du Rhône, le Roussillon, Valence, Montélimar, Avignon, Salon-de-Provence, Aix-en-Provence, Hyères, Toulon, Marseille, le Languedoc, Montauban, Toulouse, Bordeaux, Bayonne, Mont-de-Marsan, la vallée de la Charente, Amboise, Moulins. « Ce soir dans votre ville, le roi Charles et sa suite. Avec Margot et son show de LapDance, avec Catoche, la femme à barbe. Avec le Parpaillot’s Jazz Band. »

Morion de Charles IX par Pierre Reddon

Morion de Charles IX par Pierre Reddon

Premier constat pour les amateurs de petite reine, si ce premier tour de France n’est pas resté dans les mémoires c’est qu’il s’agissait principalement d’épreuve de plat. Trop peu de montagne. Deuxième constat, quand le roi se déplace c’est rarement en deux chevaux. Il y a maman, la sœur, le frère, le Sénéchal, le Grand Chambellan, une troupe de loufiats, une garde rapprochée, les bourses royales pour les faux frais, etc. Bref si votre roi n’a pas un peu de carrure et de prestance il est perdu dans la foule qui compose sa suite et personne ne le remarque. De l’intérêt de faire ressortir votre roi du lot en le couvrant de façon visible. Car je n’ai rien contre Pierre Reddon, mais son casque ne brille pas par sa sobriété.

Écu de Charles IX par Pierre Reddon

Écu de Charles IX par Pierre Reddon

Pourquoi un casque et non pas une couronne ? Le tour de France a duré près de deux ans. Vous imaginez la couronne royale dans les auberges de province. C’est plein de malandrins qui l’auraient barbotée à la première occasion. En plus le casque donne un côté martial au déplacement. La France est divisée, catholiques et protestants jouent du couteau, il faut donc un roi qui en impose. Donc casque et écu pour appuyer l’image de l’autorité qui parcourt son royaume.

Morion de Charles IX par Pierre Reddon

Morion de Charles IX par Pierre Reddon

En fer repoussé, plaqués d’or et d’émail, rehaussés de fils d’or et de soie brodée, vous vous doutez bien qu’un tel attirail n’a pas pour fonction de partir à la guerre. C’est une image de la guerre que l’on montre au peuple. Personne ne se bat avec ça sur la tête, trop voyant, trop dangereux. Ce n’est pas une protection c’est une cible toute désignée pour l’armée ennemie.

Écrin du morion de Charles IX

Écrin du morion de Charles IX

Écu et morion de Charles IX par Pierre Reddon

Écu et morion de Charles IX par Pierre Reddon

Et c’est ce que j’aime dans cet objet, sa signification représentative, sa fonction de communication. Le casque et l’écu ne sont là que pour impressionner le bon peuple, faire rêver les enfants et frissonner les dames. Ils sont là pour que les péquenots qui le voit passer avec ça sur la tête se dise « T’a vu l’engin, un machin comme ça doit appartenir à un type qui a de l’oseille. » Et Pierre Reddon s’est donné un mal de chien pour que cela en jette un minimum. Il aurait pu se contenter de faire un ensemble en or, non il vient rajouter des fioritures, garnir les espaces vides de pierres et de symboles, il rajoute une couche de combats équipes en gravures. Bref le Pierrot, il s’est défoncé.

Écu et morion de Charles IX par Pierre Reddon

Écu et morion de Charles IX par Pierre Reddon

L’état de conservation est magnifique. Et cela me permet d’apprécier aussi l’étui exposé dans la même vitrine et qui servait au rangement du morion. Et d’imaginer Charles IX en pyjama le casque sur la tête et maman Catoche venant lui lire l’histoire du soir et concluant par : « Et maintenant tu me donnes ton casque que je le range. » Et le roi boudeur n’acceptant qu’en échange du fait de dormir avec sa sœur. Alors Catoche fatiguée (elle est mère célibataire je vous rappelle et si elle ne s’occupe pas de laver le linge, il faut encore qu’elle gère la France), cédant « Bon va pour ce soir, mais tu as 19 ans, il faudrait arrêter, on va finir par jaser. »

Écu et morion de Charles IX par Pierre Reddon

Écu et morion de Charles IX par Pierre Reddon

Écu de Charles IX par Pierre Reddon

Écu de Charles IX par Pierre Reddon

Et puis c’est beau les armes et armures quand on sait qu’elles n’ont été faites et portées que pour parader et non pour tuer. Par contre, je trouve que ce genre de casque donne un côté tête-de-con. Je ne suis pas certain que cela ait servi la personne royale. Réflexion d’autant plus facile que je connais la fin de l’Histoire, je l’admets. Mais notez aussi que vous n’avez jamais lu dans vos manuels d’Histoire : « L’intelligence et la beauté semblait irradiez Charles IX quand il paradait couvert de son morion. » Et si vous ne me croyez pas, venez voir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s