Archives mensuelles : février 2015

L’église de Baouit

Au Louvre, j’aime l’église copte de Baouit et surtout sa mise en valeur, au sein du musée. Je peux m’en vouloir d’avoir raté précédemment La jeune fille lisant une lettre de Jean Raoux (personnellement je crois qu’elle était, soit accrochée très en hauteur, soit dans les réserves, ceci expliquant que je ne l’ai pas vue avant.) C’est compréhensible, un tableau de plus, un de moins, on peut passer à côté. Mais une salle ! Une salle de musée ! Et puis pas une petite… Comment peut-on ignorer une salle pendant si longtemps ? Par exemple le couloir aux Poules tantôt ouvert, tantôt en réfection, on peut passer à côté. Mais là cela n’a rien à voir avec la taille d’un couloir.

Eglise de Baouit Lire la suite

Publicités

La Vierge et l’Enfant

Au Louvre, j’aime La vierge à la grappe de Pierre Mignard. Il est des sujets qu’il faut à tout prix éviter d’approcher. Soit ils sont des gouffres de perplexité, des abîmes de silence dont rien ne semble s’échapper pour fournir un début de sujet à un article. Soit ils sont des collines, des montagnes, des sommets de complexité dont rien ne semble venir à bout.

La Vierge à la grappe de Pierre Mignard

La Vierge à la grappe de Pierre Mignard

Lire la suite

Sarcophage représentant Dionysos et Ariane

Au Louvre, j’aime les sarcophages romains et particulièrement le Sarcophage représentant Dionysos et Ariane. Les salles qui les accueillent sont magnifiques et le sarcophage c’est pas mal. Mieux que la dalle funéraire ou la décoration du tombeau de Philippe Pot. En plus les romains les construisaient en pierre. Alliez le talent d’ingénierie romain à la pierre ou au marbre et vous récupérez un produit imputrescible.

Sarcophage représentant Dionysos et Ariane Lire la suite

Diane de Poitiers chez Jean Goujon

Au Louvre, j’aime Diane de Poitiers chez Jean Goujon par Alexandre-Évariste Fragonard. Et de grâce (ou de Grasse pour les Fragonard), faites attention au prénom de l’artiste. Alexandre-Évariste est le fils de Jean-Honoré, le peintre coquin du XVIIIème. Alors quand on a passé sa jeunesse dans la térébenthine, difficile de s’en défaire.

Diane de Poitiers chez Jean Goujon de Alexandre-Evariste Fragonard

Diane de Poitiers chez Jean Goujon de Alexandre-Evariste Fragonard

Lire la suite

La cuisine des anges

Au Louvre, j’aime La cuisine des anges de Bartolomé Esteban Murillo. Il fallait bien qu’un jour où l’autre je me penche sur la peinture espagnole, sur cette joie de vivre, cette explosion de couleurs, cet athéisme acharné et assumé, ces paysages sublimes et variés qui font la richesse et la renommée de la peinture ibérique.

La cuisine des anges de Bartolomé Esteban Murillo

La cuisine des anges de Bartolomé Esteban Murillo

Lire la suite