L’église de Baouit

Au Louvre, j’aime l’église copte de Baouit et surtout sa mise en valeur, au sein du musée. Je peux m’en vouloir d’avoir raté précédemment La jeune fille lisant une lettre de Jean Raoux (personnellement je crois qu’elle était, soit accrochée très en hauteur, soit dans les réserves, ceci expliquant que je ne l’ai pas vue avant.) C’est compréhensible, un tableau de plus, un de moins, on peut passer à côté. Mais une salle ! Une salle de musée ! Et puis pas une petite… Comment peut-on ignorer une salle pendant si longtemps ? Par exemple le couloir aux Poules tantôt ouvert, tantôt en réfection, on peut passer à côté. Mais là cela n’a rien à voir avec la taille d’un couloir.

Eglise de BaouitAprès une semaine de traque Jésuo-mariale dans tous les étages, les salles et les ailes du Louvre, j’avais besoin de me laver un peu les yeux de la nunuche et de son chiard. J’organise donc mon déplacement quotidien vers la Grèce Antique, la blancheur du marbre, rien de tel pour bien purifier le regard. Je m’extasie devant le cavalier Rampin, j’admire deux Ulysse et un Mars, puis je repars. Par une forme de masochisme ou une envie de complétude, je m’engage dans le département de l’Égypte copte. Peut-être une vieille représentation de la Vierge à l’Enfant pourrait venir compléter ma vaste collection. Mais je fais chou blanc. Sur le point de gagner le pavillon des Arts de l’Islam, je pense dépasser un groupe de chinois lents par un passage moins fréquenté et je me retrouve dans une salle inconnue… un escalier… et en bas, une claque.

Le christ et l'abbé Ména - Monastère de Baouit

Le christ et l’abbé Ména – Monastère de Baouit

Je ne venais pas me nettoyer le regard, je me faisais rincer au collyre façon grandes eaux par l’église de Baouit. Comment diable avais-je pu passer si souvent à côté sans la voir ? Comment une salle ouverte depuis 1997 m’était à ce jour restée totalement inconnue ? Certes je ne suis pas le plus grand coptophile français mais quand même, cela reste un mystère !

Eglise de BaouitC’est sur l’emplacement de l’ancien amphithéâtre de l’école du Louvre que furent installées les trouvailles faites par Jean Cédat en 1902. Attention, quand je parle d’« installées », il ne faut pas imaginer, trois pauvres vitrines, deux cartels et une pauvre carte. Il faut imaginer une véritable mise en situation des œuvres. Un mur en béton a été façonné et creusé pour que les pièces découvertes s’y encastrent à la façon de ce qu’était l’église originelle. Une séparation donne l’impression de « rentrer » dans la chapelle, offrant la vue d’un mur extérieur et intérieur. On y retrouve des colonnes, des linteaux, des pilastres, des frises en tous matériaux. Des lustres, les portes, des icônes. Cette présentation donne un rendu plus réaliste et permet de « faire vivre » la visite. En outre pour les enfants, une maquette de belle taille de l’église permet de mieux se représenter les lieux. Il ne manque que du sable au sol et quelques degrés de plus et vous êtes à Baouit.

Eglise de Baouit


Eglise de BaouitAlors Baouit c’est en Moyenne-Égypte. En venant de Assiout (et je ne veux pas savoir ce que vous faisiez à Assiout) vous roulez une petite centaine de kilomètres vers le nord, au village de Dashlout vous tournez à droite (avenue du maréchal de Gaulle ou boulevard général Pétain, je me trompe toujours dans les grades) et tout droit pour débouler à Baouit. C’est là que Saint Apollô fonda son monastère, très connu pour ses petites cellules (Kapsouls en copte ancien), les fameuses Kapsouls Apollô. J’ai honte.

Eglise de BaouitArchitecturalement classique dans leur construction, les églises, car en fait il y en a deux, occupaient le centre d’un monastère de près de 5 000 moines. Même à l’époque, 5 000 têtes de moinillons c’est déjà du bon monastère. Vous n’êtes pas dans le top ten, mais avec un tel score on vous regarde avec respect et on vous cède la place dans le métro. L’état de conservation est assez impressionnant puis qu’entre le XIIème et le XXème siècle tout cela fut ensablé et donc oublié et à l’abri des vagues d’envahisseurs, de pilleurs et autres intempéries. Par contre je dois vous faire part d’un point négatif qui se répète : l’originalité linguistique.

Eglise de BaouitImaginez que vous ayez deux églises. Comment les nommeriez-vous. Bon j’admets qu’à froid cette question soit un peu troublante. Accordez-vous le temps de la réflexion… [Encore un peu ?]… Bon pour moi la première serait : l’Eglise Saint-Sébastien-du-beau-gosse et la seconde, la cathédrale Saint-Jean-nez-rien-à-foutre. Oh ça va, on peut rigoler ! Basilique de la perpétuelle érection, vous préférez ? Bon cela vous a laissé le temps de réfléchir ? Car saint Apollô, tout ce qu’il a trouvé, c’est l’église Nord, au nord et l’église Sud, au sud. C’est nul comme noms. Pourquoi pas la Chapelle Droite et la Chapelle Gauche ? Quoique je ne souhaite pas trop blâmer Apollô. Nord et Sud sont surtout les noms que leur ont donnés les découvreurs. Le problème c’est que nous n’avons pas retrouvé les noms originaux. Peut-être qu’Appollô avait nommé ses églises église Challenger et chapelle Soyouz ? Mais il y a pire…

Eglise de BaouitVous avez de superbes restes (je ne parle pas de vous, mais des trouvailles faites à Baouit). Vous décidez d’une mise en scène vachement chiadée pour les présenter au public, les mettre en valeur. Vous reconstruisez une église à la mode copte. Vous soigniez vos éclairages, ne chargez ni les murs, ni l’espace, permettant une belle circulation. Franchement cela aurait été compliqué de réfléchir un peu à un nom de salle qui fasse rêver ? Salle 2C ! Mais c’est quoi ce nom ? Grande GalerieMollienDaruSalle de la JocondeSalon DenonGalerie d’Apollon. D’accord, mais Salle 2C ! C’est inadmissible. Étonnez-vous que le visiteur la boude.

Eglise de BaouitCalices, tuniques, peintures, graphiques, encensoirs. Tout ce qui fait la richesse d’une église est présenté dans ces deux salles. Agencées pour faire ressentir aux visiteurs les dimensions et la richesse du lieu tant sur le plan matériel que spirituel. Son nom abscons et son emplacement un peu confus à expliquer et mal signalé, rendent le lieu assez désert. Même si ceci n’est pas une église, un recueillement gagne le visiteur, un silence respectueux se fait. Car c’est un autre point surprenant, cette salle est vide. Parfois un groupe d’écoliers, d’étudiants, deux visiteurs amoureux à la recherche d’un coin pour se bécoter mais sinon, rien, personne. Que c’est agréable quand vous savez que juste au-dessus de vos têtes cela s’agite devant la Victoire  de savoir qu’ici tout ne sera que calme et volupté.

Eglise de BaouitPour cette mise en valeur, pour la variété et la qualité des objets exposés, pour le silence, pour le calme, pour la place, pour la beauté de la reconstitution, pour tout cela, j’excuse sa signalétique aléatoire et son nom ridicule car mon dieu que c’est beau. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.

Eglise de Baouit

Eglise de Baouit

Eglise de Baouit

Eglise de Baouit

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s