Galerie de vues de la Rome moderne

Au Louvre, j’aime la Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini. Et là vous me voyez venir et vous vous dites que le twist final de ce billet sera une bêtise rien que pour sortir un blague toute moisie sur le sandwich Pannini. Mais vous me décevez ! Alors je ne vous donnerai pas ce plaisir.

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Sur Giovanni Paolo Pannini je serai peu disert car Wikipédia va finir par se rendre compte des copier-coller et que la vie de Giovanni est la vie classique d’un artiste italien du XVIIIème siècle. En résumé il vit entouré de toutes les beautés architecturales romaines. Il s’agit à peu près de celle que nous connaissons mais elles sont plus jeunes de deux cents ans. Comme disait Orson Welles (j’adore faire mon Luchini et puis comme ça vous apprenez les trucs à ressortir aux repas de famille) : « En trente ans de Borgia, de meurtres et de terreur, l’Italie vit fleurir la Renaissance, Michel-Ange et Léonard de Vinci. En cinq cents ans de paix et de démocratie que nous a apporté la Suisse : le coucou ! » Fin de l’intermède culturel.

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Donc Giovanni habite Rome, post-Borgia et est très ami avec François-Claude de Montboissier, abbé de Canillac et chargé des affaires de France à Rome. Abbé je vous ai dit pas shérif, ce n’est pas une étoile qu’il porte mais sa plaque de chevalier du Saint-Esprit. Alors chargé des affaires de France à Rome c’est un peu la planque en or. Genre Responsable des chasses présidentielles ou Patron de la villa Médicis. C’est un cadeau que l’on fait à un proche du pouvoir. On est tranquille à Rome, à manger des pâtes, il fait beau, les filles sont magnifiques, la Dolce Vita en quelques mots. Mais tout chevalier qu’il était, tout abbé qu’il était aussi, François-Claude vouait un véritable amour à Rome et à son architecture. Mais comment diantre conserver une trace de toutes ces beautés quand le bon abbé abandonnera le Tibre latin pour le Loire gaulois ? Et c’est là que Giovanni entre en scène.

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Si monsieur de Montboissier ne peut rapporter tout ce qu’il aime, rien n’empêche de le faire entrer dans son petit intérieur. Et Giovanni reproduit dans ce tableau tout ce que la Rome moderne a de plus beau, Le Moïse de Michel-Ange, le baldaquin du Bernin, la fontaine de Trévi, L’enlèvement de Proserpine toujours du Bernin, le Laocoon, la place Navone, les arcs de triomphe et autres vues de Rome. Oui c’est amusant de ce dire que pour certain Le Bernin ça a été de l’art moderne. Le plaisir premier de Giovanni Paolo Pannini semble être de peindre des sculptures et de peindre des peintures de sculptures.

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Mais les rapports se tendent avec François-Claude, ce dernier commence à rechigner à desserrer les cordons de sa bourse. Alors Giovanni à l’idée du siècle : Dans l’immense appartement qu’occupe le prélat français, il se met à dessiner des cadres sur les murs, juste les cadres et il promet de venir peindre un tableau de temps en temps. Une vignette de la Rome moderne au gré des rentrées d’argent de l’abbé. Une vignette de temps en temps, mais avec toujours les cadres vides pour le pousser à les remplir et donc à faire revenir l’artiste. Vous l’aurez compris, Giovanni Paolo venait de donner naissance aux fameuses vignettes Pannini.

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo PanniniGalerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo PanniniNon, je rigole, il va de soi que le dernier paragraphe est totalement faux. Beau, mais faux. Mais Big Up à l’Ange Vert, c’est le seul moyen que j’ai trouvé pour saluer l’immense Dominique Rocheteau. L’abbé ouvrit grands ses bourses à Giovanni Paolo qui exécuta en plus de la Galerie de vues de la Rome moderne, une version antique qui porte le nom de Galerie de vues de la Rome antique. Ok sur les titres il est basique, mais en peinture, il touche sa bille.

Galerie de vues de la Rome antique de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome antique de Giovanni Paolo Pannini

Les lecteurs assidus de ce blog auront noté le cross-over sculpto-pictural :

Silène portant Dionysos (Bacchus), dit Faune à l'enfant

Silène portant Dionysos (Bacchus), dit Faune à l’enfant

Galerie de vues de la Rome antique de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome antique de Giovanni Paolo Pannini

Alors pourquoi aimer ce tableau (ou cet ensemble) ? D’abord son emplacement, vous traversez toute la Grande Galerie, vous arrivez dans cette salle qui offre deux fois deux coussièges à hauteur du rond-point de la pyramide inversée puis vous déboulez dans la salle italo-espagnole avec les petites salles sur les côtés. Mais comme justement vous déboulez, vous ne prêtez pas attention à ces deux tableaux le long du mur. Ces tableaux ne s’offrent qu’aux flâneurs.

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Ensuite, pas besoin d’être un immense amateur d’art pour reconnaître toutes les œuvres qui jalonne les deux tableaux. D’une part elles sont universellement connues mais surtout formidablement représentées. Les détails, la flamboyance, les perspectives tout est scrupuleusement préservé et magnifiquement rendu.

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Ensuite c’est un peintre italien sans madone, rien que cela vaut le détour. Plus sérieusement il y a un travail sur la lumière, sur les ombres, sur les fameuses perspectives, sur les couleurs, sur le gigantisme des lieux vous devineriez les yeux fermés que l’artiste est italien.

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

C’est aussi italien pour cette façon d’en faire un peu des tonnes. Il aurait pu mettre trois, quatre tableaux. Mais non, il n’en mets pas dix, il n’en mets pas vingt, il en met une centaine, glissés dans le moindre espace disponible. Et sur chacun une vue différente. Quelques répétitions de lieux bien sûr mais toujours ce soucis du détail. Le vrai talent n’est-ce pas de vendre un tableau qui est en fait un pur plagiat de tout ce qui se faisait à l’époque ? En guise de création tout n’est en fait que copie, belle copie mais copie, du travail de ces contemporains et pourtant je trouve cela génial.

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

La vraisemblance n’a plus court, cette idée de peindre des sculptures et de peindre des tableaux de sculptures est géniale. Même François-Claude, amis des arts et chargé des affaires de la France pourrait sembler noyé au milieu dans cet océan de toiles, ce tsunami de sculptures romaines. Au contraire, Giovanni le peint dans sa tenue sombre de clergéman, d’ailleurs seul point sombre du tableau, qu’il rehausse du brillant et du ruban de l’ordre du Saint-Esprit. Et comme un barrage devant tant de beauté, un cordon rouge de draperie qui le protège, ainsi que le sommet du baldaquin papal du Bernin.

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Pour cet œuvre qui résume tant, ce que j’aime dans la peinture italienne (couleurs, perspectives, arts), pour cette idée de faire entrer tout Rome dans un tableau, pour cette multitude à foison, j’aime beaucoup ce tableau. Et en plus le Moïse c’est cadeau et ça me fait plaisir. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini


Sur le thème de la Ville Éternelle au Musée du Louvre :

Préparation du feu d'artifice et de la décoration de la fête donnée sur la place Navone à l'occasion de la naissance du Dauphin de Giovanni Paolo Pannini

Préparation du feu d’artifice et de la décoration de la fête donnée sur la place Navone à l’occasion de la naissance du Dauphin de Giovanni Paolo Pannini

Romulus et Rémus recuillis par Faustulus de Pietro Berrettini

Romulus et Rémus recuillis par Faustulus de Pietro Berrettini

Les sabines de Jacques-Louis David

Les sabines de Jacques-Louis David

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s