Les bi

Au Louvre, j’aime Les bi. Je sens bien que pareille révélation réveille en vous les délires les plus profonds, les fantasmes les plus étranges, les visions les plus graveleuses. Calmons-nous tout de suite, il s’agit de ces sculptures faites de deux matériaux. Par exemple porphyre et marbre blanc ou marbre noir et albâtre. C’est peut-être moins sexy pour vos esprits torturés mais ce n’en est pas moins beau.

Minerve armée portant une chouette - Marbre blanc, ontx doré et porphyre

Minerve armée portant une chouette – Marbre blanc, ontx doré et porphyre

Qui n’a jamais perdu une oreille en démoulant un moulage Mako de Mickey Mouse, qui n’a jamais été capable de faire autre chose qu’un vase en biais sur son tour du Petit potier, qui n’a pas vu sa pâte à sel devenir crêpe alors qu’il pensait accoucher du David de Michel-Ange, ne peut connaître la souffrance, la rage, la colère du sculpteur et l’abattement de l’apprenti sculpteur.

Salle du manège

Salle du manège

Au Louvre, j'aime les biMais parfois, là où l’Art vous a fait comprendre que vous n’entreriez jamais. Là où l’Art vous a fermé sur le nez la porte des champs élyséens du sculpteur. L’art a aussi pu faire germer la graine de l’amour du burin, le plaisir du marbre poli, le goût du drapé sculpté. Bon, à titre personnel c’est le nez d’Astérix qui est resté dans le moule Mako. Loin de maudire à jamais la sculpture, j’ai pris goût pour les formes, les reliefs, les ombrages qui varient selon votre position et celle du soleil. Un tableau permet toutes les folies : La guerre de Troie sur une seule toile (comme ici), la reproduction de tout Rome (comme là) mais une sculpture…

Lion - Basanite verte et marbre jaune

Lion – Basanite verte et marbre jaune

Une sculpture, on veut la prendre dans ses bras, sentir le matériau contre soi, passer sa main dessus pour la caresser, imaginer sous ses doigts le burin créateur de l’artiste. Du bloc original dégager le surplus pour accoucher du merveilleux. Savoir à quel moment on a donné le coup de burin nécessaire, ni trop, ni trop peu. Une peinture cela dégage toujours un reste d’essence de térébenthine ou de vernis. On sait que nos gros doigts gras dégueulasseraient tout si on passe la paluche sur la toile. Mais attention il ne s’agit nullement d’opposer Peinture et Sculpture. L’un n’est pas mieux que l’autre. Chacun fait appel à des sens communs et différents. Ainsi qu’une bonne grosse dose de mauvaise foi de ma part pour porter au pinacle la sculpture alors que demain je vanterai la peinture.

Femme en prière - Porphyre et marbre blanc

Femme en prière – Porphyre et marbre blanc

Circonvolutions, détours, à présent il faudrait entrer dans le vif du sujet. Mais maintenant un petit passage historique. Imaginez que vous soyez tour à tour, ou parfois à la fois, neveu de pape, gouverneur de Fermo, légat pontifical à Avignon et au comtat Venaissin, archiprêtre de la basilique du Latran, abbé commendataire de S. Gregorio al Monte Celio et de Subiaco (n’oubliez pas Subiaco), bibliothécaire du Vatican, grand pénitentiaire, archevêque de Bologne, préfet des brefs apostoliques (je ne savais même pas que cela existait), préfet du Tribunal suprême de la Signature apostolique et camerlingue du Sacré Collège. Bref une carte de visite de fou, un CV de malade. Que feriez-vous de l’ensemble des revenus qui accompagnent de telles charges ? Oui je vous vois dans une auto rutilante, dans des hôtels vulgaires et des tenues chatoyantes. Vous jouiriez pleinement de vos petites économies. L’esprit petit bourgeois dans toute sa splendeur.

Vieux pêcheur, dit Sénèque mourant - Marbre noir et albâtre

Vieux pêcheur, dit Sénèque mourant – Marbre noir et albâtre

Maintenant quand vous disposez du titre de camerlingue, la jouissance n’est pas, normalement, une priorité, je vous rappelle le vœu de pauvreté à la base de votre cursus religieux. Et oui, c’est moi, le bouffeur de curé qui vais devoir prendre la défense du pauvre cardinal Scipione Caffarelli-Borghese. Car le possesseur de tous ces titres et charges c’est Scipione. Et avec mon talent habituel vous allez voir d’ici quelques lignes comment Scipione et les bi font bon ménage.

Maure, dit Le Moro - Albâtre fleuri, lapis-lazuli et marbres de couleurs

Maure, dit Le Moro – Albâtre fleuri, lapis-lazuli et marbres de couleurs

Donc mon Piopione investit tous ses revenus, plus ceux du pape, plus ceux de la famille Borghese, plus tous les revenus passant à portée de sa main dans l’art. C’est une manie chez lui. D’abord un petit tableau, puis une sculpture, puis la roue prend du jeu et c’est tout de suite des dizaines, des centaines, des milliers d’œuvres qui envahissent sa maison.

Isis - Marbre noir et albâtre

Isis – Marbre noir et albâtre

Heureusement pour lui, il pouvait courir les brocantes sans risquer de se faire engueuler par bobonne. Et quand la maison était trop petite, que faisait-il ? Il déménageait, mais comme l’immobilier romain de l’époque était un peu étriqué, il faisait construire, dans ce qui était alors la banlieue de Rome. Ce sera la fameuse villa Borghese. Ne tentez pas la comparaison avec votre cabanon à La Baule et sa cigale qui chante quand le facteur traverse la cour. Vous risquez de perdre.

L'empereur Constant Ier

L’empereur Constant Ier

Scipione c’est aussi le protecteur du Caravage (et pour ça respect), du Bernin (et pour ça respect aussi, même si Le Bernin est moins connu en France qu’à Rome) et d’une multitude d’artistes. Vous vouliez dîner à l’œil à Rome, à l’époque, il suffisait de se pointer avec un burin ou un pinceau et vous aviez table ouverte chez Piopione. Table et parfois lit aussi. Car les pires calomnies ont circulé sur sa personne. Que je parle de calomnies, de lit et je retrouve la pétillance lubrique dans votre œil ! Ces ragots n’ayant pas de lien direct avec la peinture et la sculpture, ne comptez pas sur moi pour rappeler que… ses contemporains jugeaient son goût pour les œuvres d’art à connotation homo-érotique un peu… Rien n’a été prouvé.

Minerve, dite Alexandre Mazarin

Minerve, dite Alexandre Mazarin

Barbare captif - Porphyre rouge et marbre blanc

Barbare captif – Porphyre rouge et marbre blanc

J’ai presque utilisé mon billet pour ne parler que de moulages Mako et de calomnies sur les homosexuels dans l’église catholique romaine. Vous pourriez juger tout cela fort frivole et bien éloigné du sujet et pourtant, il fallait évoquer les deux tant les deux sont liés. Car les sculptures bi du Louvre sont quasiment toutes issues de la villa Borghèse. Cela en est presque surprenant. Quand je dis toutes c’est de l’ordre de plus de quatre-vingt quinze pour cent. Est-ce que ce fût une mode à l’époque de Scipione ? Était-ce une demande spécifique de Scipione ? Je vous laisse regarder, je n’ai pas que ça à faire non plus.

Jupiter foudroyant les Titans, dit Chenêt de l'Algarde - Bronze doré et bronze patiné

Jupiter foudroyant les Titans, dit Chenêt de l’Algarde – Bronze doré et bronze patiné

Une sculpture bi c’est une sculpture constituée de deux matériaux différents (deux c’est la règle, après si vous êtes joueur vous pouvez passer à trois, quatre ou cinq matériaux). Quand je parle de deux matériaux distincts, n’imaginez pas une sculpture qui du pied à la taille serait en béton et de la taille au chef en placoplâtre, il s’agit d’art romain, un peu de finesse dans la sculpture, un peu de délicatesse dans la réalisation, un peu de classe dans le choix des matériaux. Par exemple, le marbre blanc pour la toge, les bras et la tête en marbre noir pour le reste. Ou le contraire.

Diane - Agate fleurie et bronze

Diane – Agate fleurie et bronze

Voilà pourquoi je raillais les mouleurs Mako, car reproduire avec un moule une forme prédéfinie nous avions déjà beaucoup de mal, alors imaginez la sculpter directement. Puis imaginez la sculpter à partir non plus d’un bloc de plâtre (très friable) mais d’un bloc de marbre (très dur). Puis imaginez que vous sculptez et qu’il faille laisser des espaces pour venir glisser les restes du corps eux même sculptés ailleurs dans un autre matériau. Vous commencez à vous rendre compte de la complexité du travail qui rend le résultat tellement fascinant. Un mauvais rendu, une erreur de calcul et votre Vénus de Milo se retrouve avec les bras de Popeye.

Barbare captif

Barbare captif

Camille (assistant du sacrificateur) - Albâtre oriental, marbre rouge et bronze

Camille (assistant du sacrificateur) – Albâtre oriental, marbre rouge et bronze

Captif assis

Captif assis

La splendeur de la sculpture bi est de réussir à allier, emboîter, enchâsser deux matériaux différents pour ne plus faire qu’un. Là où le peintre prendrait deux couleurs, le sculpteur joue sur la dichotomie avec deux matières différentes. Même si cela me fascine je ne vous ennuierai pas avec les points d’accroches, les tenons, les encoches et autres, nécessaires pour soutenir le lourd marbre. On oublie de tels détails devant la beauté du résultat.J’aime ces visages clairs à la taille profonde pour faire ressortir les expressions du visage qui viennent se superposer sur des tenues colorées en d’autres pierres, faisant encore plus ressortir la blancheur de la peau qui reflète la pierre de la tunique. C’est sans fin. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s