Art de la Mésopotamie

Au Louvre, j’aime l’Art de la Mésopotamie. J’aime le gigantesque des taureaux ailés de Khorsabad. J’aime le chapiteau d’une colonne de l’Apada. J’aime le code d’Hammurabi. Au-delà de la majesté et du gigantisme de ces œuvres, c’est la capacité des artisans de l’époque et l’ingéniosité pour bâtir de telles œuvres qui me surprend. Mais garder votre surprise non pour leurs œuvres majestueuses mais au contraire pour le travail réalisé sur de plus petites.IMG_20150305_211308

Avant de s’extasier devant ce trio du Levant, le visiteur un peu distrait à tendance à négliger des dizaines de vitrines emplies de mille trésors. La civilisation mésopotamienne, historiquement située entre le Tigre et l’Euphrate, synonyme de Nabuchodonosor, Babylone présente alors tout le talent de ces artistes et rappelle à nos mémoires des noms comme la citadelle d’Erbil, Assour Nimrud. Car c’est en confrontant l’actualité du moment avec la richesse de ces vitrines que l’on est surpris. Je préviens tout de suite que sous le titre Art de Mésopotamie, je vais en fait parler de l’art oriental compris sur une zone un peu plus large que la simple Mésopotamie. Que les puristes me pardonnent.IMG_20150305_211617Une civilisation capable de construire des jardins suspendus, des animaux de pierre monumentaux, des panneaux colossaux ; maîtrise à la perfection l’art de la taille à grande échelle. Mais cette habileté peut-elle s’appliquer à des objets de petite taille ? Mon exemple de référence c’est la Suisse, ce pays a atteint un savoir-faire, une maîtrise, une perfection  unique dans l’infini petit. Je parle bien sûr de son talent dans la construction de tocantes. A l’inverse, on pourrait penser que quand on a la précision du micron, par contrainte, on devient flamboyant dès que l’on dispose de plus de place. Déception ! Bota, Le Cordusier, helvètes et architectes ne sont pas les représentants d’un travail sur la grâce, la précision, le détail. Le travail ressemble plutôt à du gros cube posé là. Ainsi donc il n’y a pas de transmission nationale par une forme de capillarité du talent. D’un côté la finesse horlogère et de l’autre l’épaisseur architecturale. Savoir travailler le petit n’assure pas de savoir travailler le grand.IMG_20150603_181244IMG_20150305_211548IMG_20150305_211443Surprise ! En Mésopotamie vous découvrez la même finesse, le même goût du détail dans un taureau de trois mètres et de retrouver que dans un rouleau de deux centimètres. Tous les objets du plus petit au plus grand sont décorés avec délicatesse. Il s’agit là d’une surprise bien éloigné de l’image idiote du blédard en babouches sur son dromadaire.IMG_20150417_180751IMG_20150603_181326IMG_20150603_181307IMG_20150305_211427Les vitrines mésopotamiennes du Louvre traduisent donc la vie de la population. Une très grande part est consacrée à l’agriculture et l’élevage. L’importance du troupeau se traduit par une quantité d’objets décorés d’animaux ou d’objets pratiques directement liés à la vie des champs.IMG_20150305_211805IMG_20150305_211750IMG_20150305_211256Je vous épargne, par manque de goût personnel pour le sujet, les vitrines consacrées à l’art de la guerre, autre tenant de la vie du mésopotamien de base. Puisque pour mémoire Darius (le monsieur de l’Apadana) régnait sur un territoire allant de Bagdad au Caire. Donc entre deux moissons de houblon, on devait moissonner du touareg par lot de cinquante dans le désert. Les amateurs apprécieront de belles pièces. Belles pour leur facture plus que leur utilité, à mon avis.IMG_20150305_211834IMG_20150603_181727IMG_20150603_181749Les vitrines regorgent aussi de multiples représentations sexuées très affirmées. La majorité des femmes exhibent leur pubis en soutenant de leurs mains leurs seins. Les hommes y sont représentés avec de fiers dards tendus. Ma préférence va vers une paire de couvre-seins en argent avec forme du téton incrusté. J’ai même photographié le petit panneau explicatif car je pensais que vous alliez douter de ma bonne foi ou me prêter une perversion que je n’ai pas.IMG_20150305_211358IMG_20150305_211413IMG_20150417_180809IMG_20150417_180729IMG_20150305_211227IMG_20150305_211242Nous retrouvons exposées forces haches, éperons et autres mors pour cavaliers. Ils côtoient aussi une multitude de jeux et jouets pour enfants. Quelle est donc cette civilisation vantant le priapisme, offrant moult jouets à ses marmots, équipant ses femmes de couvre-seins d’argent ? Une civilisation qui se dote d’un code civil (Le Code d’Hammurabi), qui légifère, qui décore, qui sculpte, qui peint, qui jardine. Assez loin de l’idée d’éleveurs de chèvres dans le désert.IMG_20150529_181212IMG_20150603_181826IMG_20150603_181357IMG_20150305_211632Il n’est nullement établit que le Louvre soit la référence mondiale de l’art mésopotamien. Si le Louvre expose des dizaines, des centaines, des milliers de pièces, cela veut aussi dire que tous les autres grands musées du monde disposent de collections toutes aussi garnies. Remarque : Pour qu’autant de pièces aient ainsi traversé les siècles et soient ainsi exposées, il a fallu qu’il en soit produit en quantité très importante. Cela traduit un calme politique qui permet à une population de chérir ses enfants en les couvrant de cadeaux. Cela traduit une certaine liberté de mœurs pour sculpter Monsieur monté comme un âne et Madame les nibards dans les mains. Cela traduit une certaine prospérité économique de se lancer dans l’édification de monuments monumentaux. Cela traduit une idée assez fausse du monde dit barbare car ne parlant pas le grec. Notez que nous avons plus de jouets d’enfants mésopotamiens exposés au Louvre que grecs ou romains. C’est cette masse d’objets de tout genre qui permet de s’interroger sur la qualité de vie des Mésopotamiens.IMG_20150603_181341IMG_20150603_181634IMG_20150305_211343IMG_20150603_181810IMG_20150305_211509Je suis vraiment désolé d’insister sur les caches-seins mais j’ai besoin de comprendre. Donc en Mésopotamie il y a un eu jour un gamin qui a dit à ses parents : « Papa, Maman, c’est décidé je me lance dans le commerce. Je vais faire fabriquer et vendre du soutien-gorge en argent. Et si cela fonctionne bien à Bagdad, je vais ouvrir une boutique à Babylone » Et ces parents ont sauté de joie. Puis son père a ajouté : « Et avant tu vas ranger ta chambre, il y a tes Lego qui trainent partout, on va finir par se faire mal. » Au-delà de l’idée de commerce il y avait donc une demande pour les femmes de cacher leur poitrine avec de petites plaques coquines. En raison de la chaleur elles ne devaient porter cela que le soir à la maison. Enfilaient-elles ces dessous quand elles souhaitaient exciter leurs maris pour quelques parties fines ? Existait-il des modistes qui dessinaient les collections en fonction des modes de la saison (fourré en poils de chèvre pour l’hiver, échancré pour mieux bronzer l’été) ? Des défilés de lingerie étaient-ils organisés ? Tout ceci n’est que conjectures mais permet de porter un autre regard sur les fiers guerriers barbus que nous a transmis l’Histoire.IMG_20150305_212148IMG_20150305_212025Un ethnocentrisme contemporain me porte à jeter un regard plein de peine et de pitié pour les populations de l’ancienne Mésopotamie qui depuis le début des années 80 connaissent et subissent presque 35 ans de guerres quasi continues. Dès lors, beaucoup de mal à imaginer, des jouets pour enfants, des parures pour femmes, des objets fins quand depuis presque toujours mon souvenir de cette région rime avec AK-47 ou char d’assaut.IMG_20150305_211944IMG_20150305_211917IMG_20150305_211902Ainsi donc, mon marchand de soutifs, ses enfants choyés, sa femme coquine, les artistes sculpteurs, même les armes les plus délicates ; un jour tout a disparu. Comme si un djinn avait recouvert la civilisation mésopotamienne d’un drap de sable. Disparue à jamais ? Pas tout à fait. Rien ne se créé, rien ne se perd. Alors transformons la Mésopotamie, sa finesse, son talent, sa grâce en berceau géographique d’Abraham. Et qui dit Abraham, dit Père des trois religions du livre. Et voilà comment au nom de trois dieux uniques cette civilisation va se faire happer, aspirer, engloutir. Que les religions du livre se répandent et rien ne sera plus jamais pareil.IMG_20150603_181414Sodome devient maudit chez les chrétiens. Peut-être dans ces vitrines le poignard destinée à tuer Isaac chez les juifs et les femmes sont voilés chez les musulmans. Rien à dire, une vraie réussite pour la Mésopotamie que ces religions ! Que la Mésopotamie était belle sous le zoroastrisme. Attention, je ne fais pas qu’accabler les religions du livre, je sais aussi qu’elles n’ont poussées que sur le fumier décadent d’une région, d’une période, d’une civilisation qui finissait et la nature a horreur du vide.IMG_20150305_211048IMG_20150603_181708Si j’aime particulièrement ces vitrines ce n’est pas uniquement que pour des raisons d’intérêt pour la Mésopotamie. C’est que visiter ces parties du musée c’est aussi une façon de soutenir l’art qui est, en ce moment même, détruit à coup de masse dans cette région.IMG_20150305_211737IMG_20150305_211112IMG_20150305_211329Et oui il fut un temps où la femme d’Ur était représentée nue. Ou l’homme de Babylone exposait son chibre en sculpture. Aujourd’hui il ne reste que les yeux pour pleurer. Pleurer les hommes avant tout mais aussi pleurer les traces de ces civilisations détruites. Sans passé, l’homme n’a pas d’avenir. Au moins il reste ces pièces dans les différents musées du monde pour se souvenir. Bien sûr qu’il est préférable de sauver des vies que des sculptures. Bien sûr que l’art n’est pas la vie mais une représentation de la vie, mais les musées ne sont pas des armées, leur mission est de sauver une représentation de la vie et de la maintenir visible au plus grand nombre, pour maintenir le souvenir et l’admiration. J’ai l’impression d’avoir plombé l’ambiance, partir de cache-tétés pour arriver sur le rôle des musées dans la sauvegarde du patrimoine en temps de guerre.IMG_20150305_211847IMG_20150305_212012IMG_20150305_212253IMG_20150603_181917Au-delà de ce couplet un peu lourd et pesant, je vous conseille particulièrement les petits rouleaux. Le Louvre a imprimé ces rouleaux afin de mieux se rendre compte de leurs soucis du détail et surtout par endroit il met à votre disposition de grosses loupes pour en admirer encore plus la finesse d’exécution.IMG_20150305_212212IMG_20150603_181902IMG_20150305_211126Estimez-vous heureux, je vous ai épargné l’écriture cunéiforme (je me réserve pour plus tard). Mais je vous assure que le contenu de ces vitrines est bluffant. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.IMG_20150603_181649IMG_20150603_181939

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s