Bord cadre

Au Louvre, j’aime assez l’idée d’être bord cadre car cette attitude nous permet de décaler notre regard physiquement, et pas uniquement dans les commentaires. Ne plus se concentrer uniquement sur le centre, sur l’œuvre mais de nous interroger sur son contour, ce qui l’accompagne.

La baie de Weymouth de John Constable

La baie de Weymouth de John Constable

Lors d’un billet consacré aux cartels nous sortions complétement des tableaux pour des informations froides, techniques, historiques et parfois artistiques. Mais le cartel dont tous les efforts sont mis en œuvres pour qu’ils se fondent le plus discrètement dans le décor des différentes salles, n’est pas du tout le tableau. Le cadre c’est différent, il s’agit d’une frontière qui n’en est pas une. Le cadre c’est encore un peu le tableau même si le bord tranché qui le constitue fait qu’il n’est plus le tableau. A quel moment s’agit-il encore du tableau, à quel moment avons-nous franchit la limite du contour hermétique de l’œuvre.

Paysage avec une rivière et une baie dans le lointain de Joseph William Turner

Paysage avec une rivière et une baie dans le lointain de Joseph William Turner

Au-delà d’être un support de protection facilitant l’accrochage, comment se décide le choix des cadres ?  Existe-t-il des modes dans l’encadrement ? Des règles esthético-régionales sont-elles à prendre en compte ? Doit-on encadrer un franciscain espagnol de la même manière qu’une ribaude flamande ? Tous les tableaux d’un même peintre disposent-ils de la même structure de cadre ou bien faut-il tenir compte des courants qui peuvent faire évoluer le style d’un artiste au cours d’une vie ?

La femme hydropique de Gerard Dou

La femme hydropique de Gerard Dou

Si le cadre était standard, cela simplifierait grandement le traitement, quel que soit le tableau, ses couleurs, ses sujets, ses origines ; la toile serait fixée dans un cadre de référence dont les couleurs, les dimensions et la forme seraient validées par le CVCML (le Conseil de Validation des Cadres du Musée du Louvre).

Portrait de l'artiste de Nicolas Poussin

Portrait de l’artiste de Nicolas Poussin

Mais justement, un cadre permet de mettre en valeur un tableau, de le rehaussé ou au contraire de concentrer uniquement le regard du visiteur sur ce qu’il encadre. Un cadre permet de traduire une époque, de jouer sur les contrastes, sur les formes. Un cadre complète un tableau dès que le visiteur se recule un peu de la toile, pour une vue plus générale.

Lady Macbeth somnambule de Henry Fuseli

Lady Macbeth somnambule de Henry Fuseli

Techniquement il ne s’agit que de quatre tasseaux biseautés, encollés et apposés au tableau contre le bâti. Mais les ébénistes sont au moins aussi artistes que les peintres, alors c’est une multitude de formes, formats, décorations, coloris accrochés sous les cimaises. De mon observation, l’encadrement au Louvre semble répondre à trois règles :
Règle n°1 : Plus le tableau est « connu » moins le cadre est original.

28 juillet, La Liberté guidant le peuple d'Eugène Delacroix

28 juillet, La Liberté guidant le peuple d’Eugène Delacroix

La dentellière de Johannes Vermeer

La dentellière de Johannes Vermeer

Les noces de Cana de Paolo Caliari

Les noces de Cana de Paolo Caliari

Règle n°2 : Moins le tableau est « connu » plus les encadreurs se lâchent.

Joueurs de carte dans un riche intérieur de Pieter de Hooch

Joueurs de carte dans un riche intérieur de Pieter de Hooch

L'incrédulité de saint Thomas de Francesco de'Rossi

L’incrédulité de saint Thomas de Francesco de’Rossi

La rixe de Gaspare Traversi

La rixe de Gaspare Traversi

Règle n°3 : Les deux premières règles n’existent pas.

En fait il n’y a pas de règle, il n’y a aucun algorithme qui vous permette d’établir avec certitude l’encadrement que vous trouverez autour de tel ou tel tableau/peintre. Prenez trois tableaux de David (je dis prenez, car je n’en veux pas) et à chaque fois vous aurez la même forme d’encadrement.

Les Sabines de Jacques-Louis David

Les Sabines de Jacques-Louis David

Léonidas aux Thermopyles de Jacques-Louis David

Léonidas aux Thermopyles de Jacques-Louis David

Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Puis passez au quatrième et cette remarque n’a plus lieu d’être :

Pie VII de Jacques-Louis David

Pie VII de Jacques-Louis David

Ou Gérard ter Borch :

Le concert : chanteuse et joueuse de luth theorbé de Gerard ter Borch

Le concert : chanteuse et joueuse de luth theorbé de Gerard ter Borch

Homme au chapeau représenté en pied de Gerard ter Borch

Homme au chapeau représenté en pied de Gerard ter Borch

Ou  Jean-Auguste-Dominique Ingres :

Madame Rivière, née Marie Françoise Jacquette Bibiane Blot de Beauregard de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Madame Rivière, née Marie Françoise Jacquette Bibiane Blot de Beauregard de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Le compte Mathieu-Louis Molé de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Le compte Mathieu-Louis Molé de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Monsieur Bertin de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Monsieur Bertin de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Des cadres baroques à fleurs sculptées et ré-haussés à la feuille d’or pour évoquer la peinture flamande ?

Le roi boit de Jacob Jordaens

Le roi boit de Jacob Jordaens

Le moulin à eau de Meindert Hobbema

Le moulin à eau de Meindert Hobbema

Intérieur d'estaminet avec femme chantant de David Teniers

Intérieur d’estaminet avec femme chantant de David Teniers

Et quelques tableaux plus loin, l’hypothèse s’effondre.

Le chancelier Rolin en prière devant la vierge de Jan van Eyck

Le chancelier Rolin en prière devant la vierge de Jan van Eyck

La tentation de saint Antoine de Pieter Huys

La tentation de saint Antoine de Pieter Huys

Des cadres sombres et fades pour la rigueur religieuse espagnole ?

La vision de saint François d'Assise de Luis Tristan

La vision de saint François d’Assise de Luis Tristan

Les larmes de saint Pierre de Juan Bautista Maino

Les larmes de saint Pierre de Juan Bautista Maino

La déposition du Christ de Jusepe de Ribera

La déposition du Christ de Jusepe de Ribera

Le martyre de saint Jacques le Mineur d'Eugenio Cajés

*Le martyre de saint Jacques le Mineur d’Eugenio Cajés

Et quelques tableaux plus loin, l’hypothèse s’effondre.

Saint Paul Ermite de Jusepe de Ribera

Saint Paul Ermite de Jusepe de Ribera

Faute d’établir une doctrine de l’encadrement, revenons à la dernière touche du tableau posée par l’artiste. Son travail s’arrête là. Il fournit un bâti avec une toile peinte dessus, il ne se charge jamais de l’encadrement de son œuvre. C’est là l’affaire d’autres personnes. Quand Géricault peint Le radeau de la Méduse, il sait déjà qu’il sera exposé dans les galeries du Louvre, à charge alors au musée de proposer et d’effectuer le cadre qui conviendra à la mode et aux goûts de l’époque. Donc là, seul le Louvre a choisi son cadre, sans interrogation de l’artiste.

Le radeau de la Méduse de Théodore Géricault

Le radeau de la Méduse de Théodore Géricault

La vierge et l'enfant d'Ugolino di Nerio

La vierge et l’enfant d’Ugolino di Nerio

Que se passe-t-il quand un tableau entre au Louvre (achat, héritage, don, mécénat, dation, legs, etc), déjà encadré ? Le musée conserve-t-il le cadre qui accompagnait le tableau à son entrée ? Pour des raisons économiques cela semblerait assez logique. Le musée se réservant uniquement le droit et le devoir  de remplacer un cadre absolument hors contexte (pour sa forme par exemple) ou bien fort endommagé.

Saint Sébastien d'Andrea Mantegna

Saint Sébastien d’Andrea Mantegna

Ce choix du musée expliquerait certaines similitudes de cadre comme sur le boudoir de Miss d’Este. Une unité de cadrage appuyé par le musée qui souhaite ainsi rappeler l’unité de lieu d’exposition des tableaux. Une façon un peu crâne de dire « Oui, ben nous on a toute la collec. Na ! »

Allégorie de la court d'Isabelle d'Este de Lorenzo Costa et le combat de l'amour et de la chasteté de Pietro Vannuci

Allégorie de la court d’Isabelle d’Este de Lorenzo Costa et le combat de l’amour et de la chasteté de Pietro Vannuci

François Ier reçoit les statues et les tableaux rapportés d'Italie par le Primatice et François Ier armé cevalier par Bayard d'Alexandre-Evariste Fragonard

François Ier reçoit les statues et les tableaux rapportés d’Italie par le Primatice et François Ier armé cevalier par Bayard d’Alexandre-Evariste Fragonard

Herminie grave sur un arbre le nom de Tancrède de Pier Francesco Mola et Tancrède secouru par Herminie et Vafrin après le combat d'Argate de Pier Francesco Mola

Herminie grave sur un arbre le nom de Tancrède de Pier Francesco Mola et Tancrède secouru par Herminie et Vafrin après le combat d’Argate de Pier Francesco Mola

Hercule et Acheloüs de Guido Reni et Hercule sur le bûcher de Guido Reni

Hercule et Acheloüs de Guido Reni et Hercule sur le bûcher de Guido Reni

Mais cela ne répond pas à la question qui est de savoir pourquoi le Louvre change, avec le temps, les cadres des tableaux ? Pour preuve ce grand classique d’Hubert Robert avec dans le coin en haut à droite un tableau qui est exposé au même endroit de nos jours dans la Grande Galerie. Pourquoi ce changement de cadre ?

Projet d'aménagement de la Grande Galerie du Louvre d'Hubert Robert

Projet d’aménagement de la Grande Galerie du Louvre d’Hubert Robert

Projet d'aménagement de la Grande Galerie du Louvre d'Hubert Robert

Projet d’aménagement de la Grande Galerie du Louvre d’Hubert Robert

Hercule et Acheloüs de Guido Reni

Hercule et Acheloüs de Guido Reni

Vous noterez que j’énumère dans ce billet une multitude de question sans apporter la moindre réponse car je n’en ai aucune. Et ne croyez pas qu’il s’agisse d’une fanfaronnade. Je n’en sais strictement rien. Et c’est bien je trouve, j’aime l’idée de rester coi après une visite, ce sera l’occasion de revenir. A peine si j’ai trouvé un lien sur le site du Louvre semblant indiquer que le musée dispose de sa propre équipe d’encadrement (le lien).

Les chefs de la confrérie des arbalétriers de saint Sébastien, appartenant à la garde civique d'Amsterdam de Bartholomeus van der Helst

Les chefs de la confrérie des arbalétriers de saint Sébastien, appartenant à la garde civique d’Amsterdam de Bartholomeus van der Helst

Et puis les cadres c’est aussi tout le talent des encadreurs qui permet d’être salué. En effet il faut parfois ruser avec des dimensions hors normes. Ou simplement exprimer son art et son inventivité dans des bâtis discrètement différents sans tomber dans l’outrance.

Loth et ses filles de Bernardo Cavallino

Loth et ses filles de Bernardo Cavallino

La vierge de la Victoire d'Andrea Mantegna

La vierge de la Victoire d’Andrea Mantegna

La vierge à l'enfant de Raffaello Santi

La vierge à l’enfant de Raffaello Santi

La crucifixion du parlement de Maître de Dreux Budé

La crucifixion du parlement de Maître de Dreux Budé

La vierge et l'enfant Jésus et un couple en prière de Maître de 1499

La vierge et l’enfant Jésus et un couple en prière de Maître de 1499

Giovan Carlo Doria de Simon Vouet

Giovan Carlo Doria de Simon Vouet

Par contre il est un tableau qui ne pourra jamais changer de cadre sans perdre son âme, voir même son intérêt tant la peinture en est quelconque, voire un peu pompière mais dont le cadre rehausse, argumente, embellit le travail, avec moult dragons qui rappellent le feu démoniaque du Pandémonium, c’est bien celui-ci :

Le Pandemonium de John Martin

Le Pandemonium de John Martin

Le Pandemonium de John Martin

Le Pandemonium de John Martin

Je pensais avoir trouvé le sujet super cadré et au final je n’ai pas réussi à franchir le bord. Peut-être faut-il se contenter de les voir, ces cadres autour de chaque tableau. Moi je vous invite à les regarder. S’ils ne valent pas les toiles, la multiplicité des formes, couleurs et motifs reste une belle source d’émerveillement. Alors ce sujet, je n’ai pas réussi à l’encadrer, mais j’aime assez passer pour un abruti aux yeux des visiteurs parce que je photographie le cadre et non le centre des tableaux . Et si vous ne me croyez pas, venez voir.


Merci

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s