La glandouille

Au Louvre, j’aime l’art de la paresse ou pour le dire de façon plus moderne et plus franche, la glandouille, la glande, mais la bonne grosse glande des familles. Celle qui ne produit rien si ce n’est le remord de n’avoir pas avancé sur tout ce qu’il y avait à faire.

Le colosse de Rhodes de Louis de Caullery

Le colosse de Rhodes de Louis de Caullery

Alors, en mode glandeur, je suis parti à la recherche d’autres glandeurs exposés au Louvre. Ne faites pas les vierges effarouchées, cela fait un mois que vous courez dans tous les sens à la recherche de vos cadeaux Ne jouez pas les pères-la-pudeur, vous jeûnez depuis dix jours en prévision des repas pantagruéliques que vous allez enfiler comme des perles entre le 25 décembre et le 01 janvier. Faisons une pause et glandons un peu. Cela nous fera le plus grand bien. Et pour quelle raison ne glanderions-nous pas au Louvre ?

Au Louvre, j'aime la glandouille

Au Louvre, j’aime la glandouille

Et là, première surprise quelle quantité de glandeurs, c’est impressionnant. Si je veux les présenter, je dois restreindre mon périmètre faute de place dans ce billet. Et d’abord définir qui glande, de qui ne glande pas. Les dormir, lire, prier, mourir, ne constituent pas un état de glande. En fait pour commencer il faut définir un glandeur, il faut que devant une œuvre on se dise : « mais il fait quoi le bonhomme au fond ? Il ne fout rien ! Il glande » ou pour parler le langage des jeunes : « j’suis trop dégoûté, je m’fais chier et y même pas la 4G. » Avec cet algorithme magique j’ai déjà fait fondre sérieusement la quantité d’œuvres à étudier. D’un seul coup cela glande un peu moins au Louvre.

Orphée et Eurydice de Nicolas Poussin

Orphée et Eurydice de Nicolas Poussin

Le petit bonhomme au fond qui n’en fiche pas une n’est alors plus légion car généralement l’art au Louvre n’est pas le héraut de la paresse. C’est une population qui travaille, qui joue de la musique, qui tue, qui peine, qui trime, qui chantent des psaumes, qui règnent sur les pays comme sur les âmes mais pas une population qui n’en fout pas une. Ou alors parfois au fond, tout au fond, limite très flou. Nous savons que pour boucher une toile dont le ciel est un peu vide on place des angelots (leçon de peinture 43 : l’art du vide dans les cieux) ; le glandeur c’est la même chose mais au niveau de la terre (Au niveau de la mer cela s’appelle une grosse vague ou une voile).

Paysage composé avec ruines antiques de Pierre Patel

Paysage composé avec ruines antiques de Pierre Patel

Autre règle de base de la glanditude, exclure les enfants qui sont par nature glandeurs et fourbes et dont on n’arrive que trop difficilement à définir s’ils se font chier ou s’ils glandent. Et bien ces multiples filtres posés, l’économie artistique peut être fière du Louvre. Conclusion, on ne s’y tourne pas si facilement les pouces. Je pensais trouver des palanqués de planqués et au final le résultat n’est pas si impressionnant que cela.

Le manège en plein air de Philips Wouwermans

Le manège en plein air de Philips Wouwermans

Le concert au bas-relief de Valentin de Boulogne

Le concert au bas-relief de Valentin de Boulogne

Bon alors soyons clair dans les règles édictées pour déterminer les glandeurs. Une personne qui ne fait rien (ni travail, ni musique, ni psaume, ni meurtre, ni prière) est-ce forcément un glandeur ? On pourrait rapidement répondre oui. Alors permettez que je vous mette en garde car des loustics de cette engeance il y en a des quantités phénoménales au Louvre. On croirait qu’ils foutent rien, mais ils font pire, ils posent. Comprenez que les poseurs n’ont pas leur place dans un billet sur les glandeurs, out.

Savant ou négociant dans son cabinet d'Eglon van der Neer

Savant ou négociant dans son cabinet d’Eglon van der Neer

D’abord la pose du glandeur. Majoritairement le glandeur louvresque est vautré (assis à la romaine, préciserons les experts). Parfois il écoute, souvent il se contente de regarder sans voir ; les yeux dans le vide. Seul ou à plusieurs, il profite d’un soleil doux au milieu des herbes folles pour regarder une colonne de fourmis emporter les reliefs de son repas (bon là c’est moi qui imagine, les peintres ne poussent pas le détail jusqu’à ce degré de détail).

Lisière de forêt de Jan Wijnants

Lisière de forêt de Jan Wijnants

La baignade de Nicolaes Maes

La baignade de Nicolaes Maes

Orphée et Eurydice de Nicolas Poussin

Orphée et Eurydice de Nicolas Poussin

Vue du Campo Vaccino de Claude Gellée

Vue du Campo Vaccino de Claude Gellée

L'immaculée conception d'Anton Raphael Mengs

L’immaculée conception d’Anton Raphael Mengs

Personnage assis sur un banc de Constantijn Verhout

Au Louvre, j'aime la glandouille

Triptyque de la Résurrection du Christ de Hans Memling

Triptyque de la Résurrection du Christ de Hans Memling

Caprice architectural avec prédicateur dans des ruines romaines de Giovanni Paolo Pannini

Caprice architectural avec prédicateur dans des ruines romaines de Giovanni Paolo Pannini

La résurrection du Christ d'Annibal Carrache

La résurrection du Christ d’Annibal Carrache

Paysage avec trois bergers et un troupeau de moutons de Gaspard Dughet

Paysage avec trois bergers et un troupeau de moutons de Gaspard Dughet

Assis, le glandeur est déjà dans un stade Glande —, on sent qu’il hésite entre entreprendre quelque chose ou continuer à ne rien faire. Ce sont souvent des bavardages ou des jeux. Pas encore une activité mais déjà plus cent pourcent glande.

Halte de troupes à cheval et arrestation d'un paysan de Philips Wouwermans

Halte de troupes à cheval et arrestation d’un paysan de Philips Wouwermans

Le Dam avec le nouvel Hôtel de Ville à Amsterdam de Jan van der Heyden

Le Dam avec le nouvel Hôtel de Ville à Amsterdam de Jan van der Heyden

Faune d'Edme Bouchardon

Faune d’Edme Bouchardon

Port de mer au soleil couchant de Claude Gellée

Port de mer au soleil couchant de Claude Gellée

Le port de Dragor, Danemark de Christopher Wilhem Eckersgerg

Le port de Dragor, Danemark de Christopher Wilhem Eckersgerg

Renaud et Armide de Domenico Zampieri

Renaud et Armide de Domenico Zampieri

Femmes d'Alger dans leur appartement d'Eugène Delacroix

Femmes d’Alger dans leur appartement d’Eugène Delacroix

Le doge de Venise remercie le Conseil majeur de Francesco Guardi

Le doge de Venise remercie le Conseil majeur de Francesco Guardi

Vous avez un doute sur le dernier tableau, mais regardez bien le 5ème bonhomme dans la troisième rangée, il glande sévère. Non la vraie grande. La glande qui inspire le respect. Et la glande en posture droite, debout ? Parce qu’il faut réussir à se faire chier, sans donner l’impression de la chose, ni tomber dans l’effet plante-verte-posée-là.

Une maison rustique d'Egbert van der Poel

Une maison rustique d’Egbert van der Poel

Spartacus de Denis Foyatier

Spartacus de Denis Foyatier

Allégorie de la trêve de 1609 de Adrian Pietersz van de Venne

Allégorie de la trêve de 1609 de Adrian Pietersz van de Venne

L'enlèvement des Sabines de Nicolas Poussin

L’enlèvement des Sabines de Nicolas Poussin

Aristée, dieu des jardins de François Joseph

Aristée, dieu des jardins de François Joseph

Le Parnasse d'Andrea Mantegna

Le Parnasse d’Andrea Mantegna

Les joueurs de quilles de Dirck van Delen

Les joueurs de quilles de Dirck van Delen

Donc au final les glandeurs ne sont plus nombreux. Faut-il voir dans la Paresse, péché capital, une raison quand les passeurs de commande des tableaux étaient des prélats catholiques ? Faut-il voir dans l’oisiveté, un vice, une autre raison quand les passeurs de commande de tableaux n’étaient pas des prélats catholiques mais d’honnêtes travailleurs protestants ? Par contre si vous souhaitez exposer le roi des glandeurs en toute quiétude, je vous recommande saint Jérôme. Alors comme j’ai expliqué que la paresse était un péché, on ne le montre jamais en train de paresser, mais en train de méditer… Moi des méditations comme ça j’en entame une tous les soirs vers 0h30 et pour une durée de six heures.

La vierge apparaissant à saint Jérôme de Francesco Fontebasso

La vierge apparaissant à saint Jérôme de Francesco Fontebasso

Allégorie de la France sous la figure de Minerve foulant aux pieds l’Ignorance et couronnant la Vertu de Sebastiano Ricci

Saint Jérôme méditant de Jan Cornelisz

Saint Jérôme méditant de Jan Cornelisz

Par honnêteté intellectuelle, je laisse les œuvres qu’une dyslexie mal soignée m’avait conduit à inclure initialement dans les œuvres qui glandent. Il s’agissait d’œuvres qui pendent, des œuvres qui étranglent ou des œuvres qui bandent.

Le supplice de Marsyas

Le supplice de Marsyas

Antonia pendue la tête en bas

Antonia pendue la tête en bas

Enfant à l'oie

Enfant à l’oie

Hermaphrodite endormi

Hermaphrodite endormi

Plat à décor "a denti di lupo"

Plat à décor « a denti di lupo »

Et oui, visiteur tu ne trouveras pas au Louvre matière à te reposer. De ci de là, tu croiseras un glandeur, mais ils sont vraiment rares. Et pire que tout quand tu penseras en voir un, tu auras toujours sur la toile un regard réprobateur, un regard qui te diras de ne pas chercher plus loin pour ne pas encourager cette oisiveté. Traverse la Seine et va au Musée d’Orsay les voir bronzer à l’abri des meules de foin, ici on bosse ! Et si vous ne me croyez pas, venez voir.

David et Bethsabée de Jan Massys

David et Bethsabée de Jan Massys

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s