Regalia

Au Louvre, j’aime les Regalia. Les plus fidèles lecteurs se souviendront que j’ai évoqué les Regalia lors d’un billet sur la galerie Apollon dans des termes assez sévères. Mais alors pourquoi s’extasier de nouveau sur les Regalia ?

Les Regalia - Main de Justice

Les Regalia – Main de Justice

D’abord je suis certain que vous avez déjà oublié ce que sont les Regalia. Voici la définition : sous le terme de Regalia est rassemblé l’ensemble des objets qui symbolisent la royauté. Donc chaque royauté à ses propres Regalia, il n’existe pas un Regalia International Board qui validerait ce qui est ou n’est pas Regalia. Surtout qu’une bonne Regalia se doit d’avoir une part de mystère, de légende, de surnaturel. Il faut faire rêver le péquenot ! Un exemple, tout à fait objectif, l’objet n’étant pas conservé au Louvre, avec La Sainte Ampoule contenant le saint Chrême dont l’archevêque de Reims oignait le futur roi. On oint moins de nos jours, remarque gratuite pour utiliser le verbe oindre. Mais revenons à notre ampoule, et bien cette sainte ampoule est arrivée blottie dans les petites papattes d’une colombe le jour du baptême de Clovis. Sachant que l’ensemble des rois de France ont été oints, j’imagine un bon kilo de chrême nécessaire (disons 800g pour du chrême allégé), plus l’ampoule de verre contenant l’ensemble, le tout dans les pattes d’un pigeon dont le poids doit osciller entre 150g et 300g. Je vous laisse réfléchir. Ce qui compte c’est de croire, pas ce à quoi on croit…

Les Regalia Epée du sacre dite "Charlemagne" ou "Joyeuse"

Les Regalia Epée du sacre dite « Charlemagne » ou « Joyeuse »

Donc le Louvre, avec la double qualité d’ancien palais royal et de musée, dispose dans ses collections d’une part des Regalia françaises, principalement celles des instruments du sacre. Au lieu de traverser la Manche pour vous extasier sur les coiffes diamantées de la Reine d’Angleterre, vous pouvez venir au Louvre vous extasier sur de la Regalia française, de la Regalia de qualité,  made in France. Et pour vous aider voici la liste complète des Regalia françaises :
– La couronnes dites de Charlemagne ;
– La couronne dite de saint Louis ;
– La couronne d’Henri IV ;
– Le fermail de la chape du sacre ;
– La couronne de Louis XV ;
– Le sceptre de Charles V ;
– La main de Justice ;
Joyeuse, l’épée du sacre ;
– Le Sceptre de Dagobert ;
– Les éperons du sacre ;
– Le surcot ;
– La tunique ;
– La chappe ;
– Les gants du sacre ;
– L’anneau ;
– Le Calice de saint Rémi ;
– La coupe des Ptolémées ;
– La patène du sacre ;
– Les livres du sacre ;
– La sainte Ampoule. Vous voici bien avancés n’est-ce pas.

Les Regalia - Éperons du sacre

Les Regalia – Éperons du sacre

Notez en plus qu’à Londres la visite des bijoux de la couronne se fait passivement sur un tapis roulant. Alors que le Louvre est taquin et que pour voir les Regalia exposées, il va vous falloir jouer de la tête et des jambes. Des jambes car les Regalia sont disséminées un peu partout. 1er étage, aile Richelieu, mais aussi dans la galerie Apollon, mais aussi à un autre bout de l’aile Richelieu toujours au 1er étage. Et comme le Louvre est le Louvre, le plus simple est à chaque fois de repasser sous la Pyramide, sinon on va vous perdre. Ne râler pas, c’est une volonté du Louvre pour vous permettre de conserver cette silhouette svelte qui fait l’admiration de vos proches.

Les Régalia - Les bijoux de famille

Les Régalia – Les bijoux de famille

Les Regalia se font la malle

Les Regalia se font la malle

Pour ce qui est de la tête, le Louvre va vous imposer un très gros effort intellectuel, mais commençons doucement : au bout des appartements de Napoléon III vous trouvez les bijoux, diadème de l’impératrice Eugénie, jusque-là cela se tient même si à proprement parlé ils ne rentrent pas dans la catégorie des Regalia.

Grand nœud de corsage de l'impératrice Eugénie

Grand nœud de corsage de l’impératrice Eugénie

Les Regalia - Diadème de l'impératrice Eugénie

Les Regalia – Diadème de l’impératrice Eugénie

Couronne de haut de tête de l'impératrice Eugénie

Couronne de haut de tête de l’impératrice Eugénie

Dans la galerie Apollon vous découvrez des couronnes. Mais revenez au 1er étage de l’aile Richelieu, au milieu des ivoires moyenâgeux, des saints reliquaires dorés et autres châsses gardées, vous trouvez la main de justice de Napoléon. Vous constatez l’effort intellectuel qu’il faut pour étirer le Moyen Age jusqu’au sacre de 1804. Et comme je suis largement aussi taquin que le Louvre, je vais vous faire courir à l’autre bout (re-passage sous la Pyramide) pour aller devant le tableau de David afin que vous puissiez établir une comparaison. Et comme je viens de faire travailler vos jambes, faisons travailler vos têtes. Qui porte la main de Justice sur le tableau du sacre ? Réponse en fin de billet pour les moins primo-empirophobes.

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Mis à part des soucis anecdotiques de place et de période, que retenir les Regalia ? D’abord il s’agit de doubles rescapées. Rescapées du temps. Se dire que le sceptre royal a été serré depuis Charles V jusqu’à Charles X par l’ensemble des couronnés français invite à la modestie, à une notion de relativité entre la création et la postérité.

Les Regalia - Collier et boucles d'oreilles de l'impératrice Marie-Louise

Les Regalia – Collier et boucles d’oreilles de l’impératrice Marie-Louise

Mais les Regalia sont aussi rescapées de la Révolution Française. Qu’il s’est trouvé à ces moments de l’histoire des gens pour aller vider la basilique Saint Denis de ses ossements et les jeter dans la fosse commune, c’est normal, c’était à la mode. Il s’est aussi trouvé des gens, au péril de leur tête pour sauvegarder ces objets (je pense plutôt qu’il s’agit des premiers qui n’ont pas réussi à les revendre). Donc un peu de respect pour les Regalia. Les Regalia doivent aussi avoir une valeur symbolique mais n’étant pas un royaliste très convaincu, je ne saurai vous chanter ces louages-ci.

Les Regalia - Couronne de Louis XV

Les Regalia – Couronne de Louis XV

Contrairement à l’Angleterre nous n’avons plus personne susceptible de se les mettre sur la tête, ceci explique certainement un rapport très distancié par rapport aux objets du sacre de ce côté-ci de la Manche. Comprenons-nous, leur valeur n’est pas pécuniaire mais symbolique. Visitez la tour de Londres et admirer la sécurité des lieux. Au Louvre les mêmes objets peuvent presque être touchés (j’exagère) tant leur sécurité ne diffère en rien des autres pièces du musée.

Les Regalia - Fourreau de l'épée du sacre

Les Regalia – Fourreau de l’épée du sacre

Si demain on vole la couronne de Babeth à Londres ou si l’on vole Joyeuse à Paris, je doute que la réaction soit la même et pas uniquement parce que nous sommes une République. Personne ne vient regarder les Regalia. On s’en fout et cela fait son charme car les salles sont presque désertes. Mais attention, je ne vous jette pas la pierre. Les rois eux-mêmes devaient s’en foutre. Une fois l’aller-retour à Reims et la couronne sur le crâne, plus de raison de s’intéresser à ces objets.

Les Regalia - Diamant dit "Le Régent"

Les Regalia – Diamant dit « Le Régent »

Mon raisonnement est le suivant, le Louvre fut le musée des rois, il est maintenant le Musée de la République. Les rois y entreposaient les œuvres qu’ils préféraient et ce depuis François Ier. Il est surprenant de constater le peu d’œuvre de rois français en Majesté exposées au Louvre (comprenez en grande tenue de sacre avec tous les accessoires). Au Louvre, François Ier peut être majestueux, mais pas en majesté. Henri II préfère poser en mode Friday Wear. Henri IV fait le clown déguisé en Hercule. Louis XIII pose en armure. Louis XIV à cheval. Le Louvre n’expose pas de tableaux en grande tenue de sacre (ils existent pourtant, ils sont dans les réserve, mais pas exposés). Le symbole républicain qu’est le musée ne semble pas trop y goûter.

François Ier de Jean Clouet

François Ier de Jean Clouet

Henri II des ateliers de Jean Clouet

Henri II des ateliers de Jean Clouet

Portrait d'Henri IV en Hercule terrassant l'hydre de Lerne de Toussaint Dubreuil

Portrait d’Henri IV en Hercule terrassant l’hydre de Lerne de Toussaint Dubreuil

Louis XIII couronné par la Victoire (siège de La Rochelle 1628) par Philippe de Champaigne

Louis XIII couronné par la Victoire (siège de La Rochelle 1628) par Philippe de Champaigne

Le passage du Rhin d'Adam Frans van der Meulen

Le passage du Rhin d’Adam Frans van der Meulen

Dans l’ensemble, les Regalia ne se valent pas toutes. Il en est pourtant une que j’aime par-dessus tout, pas pour l’objet mais pour sa charge historique : Il s’agit du sceptre de Charles V. Charles V fut roi de 1364 à 1380, on lui doit la construction du Louvre, de la Bastille et du château de Vincennes. Vous pouvez retenir de son siècle du Guesclin et d’un seul coup je viens de vous faire plonger dans vos souvenirs de CE2.

Et bien Charles V offrit à son fils un sceptre qui fut porté par tous les rois suivants, le jour de leur sacre. Sur ce manche vous avez donc eu les mains de Charles V, Charles VI, Charles VII, Louis XI, Charles VIII, Louis XII, François Ier, Henri II, François II, Charles IX, Henri III, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVI, Napoléon Ier (qui ne reculait devant aucun anachronisme), Louis XVIII, Charles X et Louis-Philippe Ier. Vous pouvez même ajouter les empreintes de Gaëtan l’enfant de chœur de la basilique de Reims qui l’aurait utilisé avant le sacre pour s’en faire un sabre laser et mimer un combat de Jedis à grand coups de « vouuuu, vouuuu » en remuant les bras en l’air. Les sources divergent sur le prénom de l’enfant de chœur.

Les Regalia - Spectre de Charles V

Les Regalia – Sceptre de Charles V

Retable par l'atelier des Embriachi

Retable par l’atelier des Embriachi

Moi je suis fasciné par cette continuité et je me dis heureusement que le roi avait des pouvoirs thaumaturges. Vous imaginez Charles VI montant sur le trône avec une gastro, tous les successeurs l’auraient chopée au moment de saisir le bâton. Non, je rigole. Là où je ne rigole plus du tout c’est sur la salle d’exposition du sceptre, avec en fond le retable de Poissy, une des œuvres au Louvre qui m’a donné l’envie de ce blog. Franchement, « ça claque sa race » comme disait Henri III. Et je laisse le soin aux experts de me prouver qu’Henri III n’a jamais dit cela…

Les Regalia - Spectre de Charles V

Les Regalia – Sceptre de Charles V

Les Regalia - Spectre de Charles V

Les Regalia – Sceptre de Charles V

Le spectre dans le détail : Charlemagne est assis sur un trône, lui-même posé sur une fleur de lys, une vraie fleur de lys, pas la stylisée symbole de la royauté française.

Les Regalia - Spectre de Charles V

Les Regalia – Sceptre de Charles V

Ensuite trois médaillons représentant saint-Jacques… alors pour moi c’est une vraie interrogation. Saint Denis, sainte Geneviève j’aurais compris sans problème, mais saint-Jacques n’est pas pour moi un saint majeur français. Puis vient le bâton sculpté. Je le répète, ce que j’aime dans cet objet ce n’est ni sa symbolique royaliste, ni son détail ouvragé. J’aime le fait que tous les rois pendant six siècles l’ont reçu de leurs aïeux comme symbole de leur puissance.

Les Regalia - Spectre de Charles V

Les Regalia – Sceptre de Charles V

A l’inverse le Louvre nous propose aussi la pire des Regalia sous la forme de la couronne dite de Charlemagne. On dirait un travail collectif d’une classe de CE1 : Une demi noix de coco, du papier d’aluminium doré à la bombe à peinture, des gommettes et autres collages. Là encore la symbolique doit l’emporter sur la réalisation de l’objet.

Les Regalia - Couronne dite de Charlemagne

Les Regalia – Couronne dite de Charlemagne

Le problème c’est que le Louvre nous dit : Couronne dite de Charlemagne. Paris, 1804. Martin Guillaume Biennais, orfèvre. Argent doré, camées et intailles, velours et galon brodé. Créée pour le sacre de Napoléon Ier à Notre-Dame de Paris le 2 décembre 1804. Pardon, je m’étrangle !!! Couronne du sacre ? Le Louvre serait-il en train d’apporter de l’eau à mon moulin quant à la piètre qualité artistique de Jacques-Louis David ? Je la connais la couronne du sacre, vous aussi, je vous rappelle que vous avez fait l’aller-retour pour aller reluquer celui qui tient la main de Justice, j’espère que vous aviez aussi regardé la couronne :

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Elle est où ma noix de coco ? David est donc un piètre artiste, j’avais déjà montré comment il trichait sur les personnes qu’il peignait, le Louvre se charge de démontrer comment il trichait aussi sur les objets. La honte ! Puisque même la main de Justice, il ne fut pas capable de la peindre correctement.

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Les Regalia - Main de Justice

Les Regalia – Main de Justice

Nous en arrivons donc à la réponse que vous attendiez-tous : Qui porte la main de justice sur le tableau du sacre ? Il s’agit …, il s’agit … du prince-archichancelier de l’Empire, Jean-Jacques Régis de Cambacérès. Et dans la série Régis est un con, Régis fait des selfies, puisque la main est dotée d’une hampe ajustable. Dommage de ne plus avoir de place pour parler de Cambacérès. Mon prochain blog je le ferai sur les maréchaux et autres gloires de l’Empire. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.

Les Regalia - Eléments constituant la hampe de la main de Justice

Les Regalia – Eléments constituant la hampe de la main de Justice

Publicités

2 réflexions au sujet de « Regalia »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s