4 2 1

Au Louvre, j’aime une petite partie de 4 2 1, mais avant de rentrer plus en détail dans l’article, petite précision pour les âmes sensibles. Pour tous ceux qui gémissent à l’évocation d’une opération chirurgicale, qui serrent les cuisses en entendant parler de coup de pied mal placé, qui tombent dans les pommes à la vue du sang. Pour tous ceux-là, passez votre chemin ou rendez-vous directement au paragraphe qui commence par : Bref, face à cette surreprésentation…

La crucifixion de Pedro Campana

La crucifixion de Pedro Campana

Car une visite au Musée du Louvre nécessite d’avoir le cœur bien accroché tant les artistes ont représenté les dernières heures de Jésus avec un souci du détail qui n’avait rien à envier à un livre d’anatomie. Et que j’enfonce la couronne d’épines. Et que je fais exploser les poignets avec des clous rouillés (pourquoi d’ailleurs les romains auraient-ils élevé au rang de sport national le rouillage de clous). Et que j’enfonce des pointes dans les chevilles. Et que je découpe une escalope au pilum.

Le couronnement d'épines de Tiziano Vecellio

Le couronnement d’épines de Tiziano Vecellio

Les mystères de la passion du Christ d'Antonio Campi

Les mystères de la passion du Christ d’Antonio Campi

La déposition de croix de Pietro da Rimini

La déposition de croix de Pietro da Rimini

Le parement de Narbonne

Le parement de Narbonne

Le retable de saint Denis d'Henri Bellechose

Le retable de saint Denis d’Henri Bellechose

Bref, face à cette surreprésentation, le visiteur peut se protéger en ne regardant les crucifixions que comme une représentation symbolique, sinon c’est un calvaire. Et des crucifixions, le Musée du Louvre en a et en expose…

La crucifixion de Joachim Beuckelaer

La crucifixion de Joachim Beuckelaer

Le christ en croix adoré par deux donateurs de Domenico Theotocopoulos

Le christ en croix adoré par deux donateurs de Domenico Theotocopoulos

Christ en croix

Christ en croix

Le Christ en crois de Michel Dorigny

Le Christ en crois de Michel Dorigny

Le calvaire de Josse Lieferinxe

Le calvaire de Josse Lieferinxe

… beaucoup …

Le calvaire de Willem van den Broeck

Le calvaire de Willem van den Broeck

La crucifixion de Maître de 1333

La crucifixion de Maître de 1333

Christ en croix

Christ en croix

La crucifixion de Bartolomeo Bulgarini

La crucifixion de Bartolomeo Bulgarini

Croix peinte de Maître de San Francesco

Croix peinte de Maître de San Francesco

… vraiment beaucoup…

La crucifixion

La crucifixion

Le calvaire avec saint François d'Assise et le jeune saint Guy de Francesco di Vannuccio

Le calvaire avec saint François d’Assise et le jeune saint Guy de Francesco di Vannuccio

Le calvaire de Giovanni Bellini

Le calvaire de Giovanni Bellini

Christ en croix

Christ en croix

Le calvaire avec saint Job au pied de la croix de Francesco Raibolini

Le calvaire avec saint Job au pied de la croix de Francesco Raibolini

Retable de la passion

Retable de la passion

La crucifixion de Paolo Caliari

La crucifixion de Paolo Caliari

La crucifixion de Niccolo di Liberatore

La crucifixion de Niccolo di Liberatore

… et je me suis limité. Toutes ces crucifixions ont fini par les voir sans les regarder. Il a fallu qu’un jour je m’arrête devant l’une d’elles à la recherche de je ne sais quel Saint Sébastien pour la regarder plus en détail. En soit elle n’avait rien de mieux ou de pire que les autres.

La crucifixion d'Andrea di Bartolo

La crucifixion d’Andrea di Bartolo

La crucifixion d'Andrea di Bartolo

La crucifixion d’Andrea di Bartolo

On retrouvait le groupe de pleureuses habituelles, une garde rapprochée romaine mais drapée à la mode de l’époque de l’artiste. Non, ce qui a vraiment retenu mon attention était toute autre chose : Dans un coin du tableau, devant le sauveur offrant sa vie pour l’humanité, une bande de péquins jouait au 4-2-1, au yam’s, au craps, au cul-de-chouette, à la quinette, à ce que vous voulez ! Mais aux pieds du Christ certains faisaient rouler des dés.

La crucifixion d'Andrea di Bartolo

La crucifixion d’Andrea di Bartolo

D’abord surpris, je me suis souvenu que la crucifixion, les catholiques en font toute une histoire mais que pour un romain c’était chose assez banale. Après la révolte de Spartacus, Rome fit crucifier six mille esclaves sur la via Appia entre Rome et Capoue. Donc une de plus ou une de moins quand on est de faction ce jour-là, on passe le temps. Surtout que cela peut durer des heures pour peu que le crucifié ait des abdos. Puis ma surprise prit une teinte ironique sur ces joueurs de dés. Comme une preuve d’humanité, de la vie qui continue pendant que Jésus meurt et Marie pleure. Mais au gré de mes ballades les joueurs de dés se multipliaient. Attention, ils ne sont pas systématiquement présents sur chaque crucifixion, mais en nombre assez conséquent dans le musée pour continuer à titiller mon esprit.

Les mystères de la passion du Christ d'Antonio Campi

Les mystères de la passion du Christ d’Antonio Campi

La crucifixion d'Andrea Mantegna

La crucifixion d’Andrea Mantegna

La crucifixion

La crucifixion

Le calvaire de Karel Dujardin

Le calvaire de Karel Dujardin

La crucifixion de Giotto di Bondone

La crucifixion de Giotto di Bondone

La passion du Christ de Frans Francken

La passion du Christ de Frans Francken

Je n’y tenais plus, il fallait que je sache. Tous ces artistes à différentes périodes n’avaient quand même pas eu la même envie d’humanité dans leurs tableaux. Tous ces artistes dans différentes villes, n’avaient pas eu envie de rendre un vibrant hommage à leur passe-temps ou plaisir de débauche.

La crucifixion de Lorenzo Monaco

La crucifixion de Lorenzo Monaco

J’ai donc replongé pour vous dans les Évangiles, ne me remerciez pas. Jean nous dit (19-23) : « Les soldats, après avoir crucifié Jésus, prirent ses vêtements, et ils en firent quatre parts, une part pour chaque soldat. Ils prirent aussi sa tunique, qui était sans couture, d’un seul tissu depuis le haut jusqu’en bas. Et ils dirent entre eux : Ne la déchirons pas, mais tirons au sort à qui elle sera. Cela arriva afin que s’accomplît cette parole de l’Écriture : Ils se sont partagé mes vêtements, Et ils ont tiré au sort ma tunique. Voilà ce que firent les soldats. »

Les mystères de la passion du Christ d'Antonio Campi

Les mystères de la passion du Christ d’Antonio Campi

Donc que nous dit Jean (Jean dont l’Évangile a été publié au IV siècle. Il était donc très jeune lors de la crucifixion et bien vieux lors de la rédaction de son livre, ses paroles sont sûrement à relativiser) ? Jean explique que l’on a divisé en quatre parts les biens de Jésus pour que les bourreaux se les partagent. Voici là une pratique bien courante, pas la peine d’écrire un évangile pour cela. Mais dans le butin à partager se trouvait une tunique qui n’était faite que d’un seul bout de tissu impossible à partager. Donc pour ne pas la déchirer ils l’ont joué… aux dés.

La crucifixion de Giotto di Bondone

La crucifixion de Giotto di Bondone

Et voilà comment, partant d’une partie de dés, je me retrouve à revêtir la sainte Tunique. La sainte Tunique aurait été brodée par Marie pour son fils, dès son plus jeune âge. Elle serait faite d’un matériau révolutionnaire qui aurait permis à Jésus de grandir sans en changer et qui en plus ne rétrécissait pas au lavage. Puisqu’il a porté la même liquette toute sa vie, il faut souhaiter que sa mère l’ait lavée de temps en temps. Je ne vais même pas m’attarder sur ce tissu formidable qui permet de vêtir un bébé, comme un adolescent, comme un adulte sans s’altérer avec le temps.

Le calvaire de Karel Dujardin

Le calvaire de Karel Dujardin

Donc la tunique n’était faite que d’un seul bout de tissu et fut conservée entière avant d’être offerte à Charlemagne lors de son sacre. C’était ça ou un appareil à raclette. Comme le Carlus Magnus n’était pas fan de torchons et de serviettes il refile la chemisette à sa fille, abbesse à Argenteuil. T’es l’empereur d’Occident et tu loges ta files dans une abbaye à Argenteuil, pourquoi ne pas inventer l’école aussi quand on fait preuve d’autant de mauvais goût. Mais toujours est-il que le surcot de Jésus serait toujours à Argenteuil. Un peu de conditionnel car le carbone 14 a été moins tendre que la légende pour la datation du christique t-shirt. Ou alors le tissu est tellement révolutionnaire qu’il biaise bien profond les résultats des tests scientifiques. Dans ta face Carbone 14 !

La crucifixion d'Andrea Mantegna

La crucifixion d’Andrea Mantegna

Si vous aviez envie d’aller voir à quoi ressemblait le polo de Jésus lors d’une de vos expéditions dans le 9-5 sachez que ce n’est pas ouvert tous les jours. Mais je vous déconseille de vous rendre ensuite à Trèves qui possède aussi la tunique du Christ, il y a des risques de déception devant le doublon. Trèves, Argenteuil mais aussi la cathédrale de Svétitskhovéli, Germia en Galatie, Safed, l’église du Prophète Élie de Iaroslavl et une petite trentaine d’autres lieux qui disposent tous de la sainte Tunique.

La passion du Christ de Frans Francken

La passion du Christ de Frans Francken

Ne soyez pas sceptiques. D’abord rien n’interdit à m’dame Marie de broder plusieurs tuniques. Ensuite il est tout à fait imaginable qu’elle ait conseillé à son fils de prendre une petite laine pour monter au Golgotha. Pour ne pas la décevoir il aurait empilé trente tuniques. Mais dans ce cas il n’aurait pas été nécessaire de la tirée au sort. Jésus, avec ta tunique bionique tu peux berner la science, elle ne résiste cependant pas à la logique.

La crucifixion

La crucifixion

La seule vraie question est de savoir pourquoi les soldats-bourreaux voulaient absolument le bout de tissu. Avaient-ils conscience de la personne qu’ils étaient en train de crucifier ? Ma réponse est trois fois non. Je pense plutôt en ethnologue. Pour un romain la Palestine c’est une promotion, la porte du désert, la danse des sept voiles, le narguilé magique. Pour une romaine dont le mari vient d’être muté en garnison à Jérusalem, la Palestine c’est de la poussière et du sable partout. Il y a de fortes chances que madame la romaine ait dit à son centurion de mari : « Les patins ! Et en rentrant du travail tu penses au pain et tu me rapportes des chiffons, on a les Luculus à dîner et la maison est couverte de poussière. »

Retable de la Crucifixion de Léonard Limosin

La crucifixion de Pedro Campana

La crucifixion de Pedro Campana

Que ce soit pour une tunique, des chiffons ou pour montrer le vrai visage de l’Homme, c’est Campana, qui dépeint le mieux les choses et les hommes. Alors que les romains perdent toute humanité en crucifiant trois hommes (quelques soient leurs crimes), la vie continue avec encore moins d’humanité, les bourreaux, eux se battent pour la tunique. Une seule chose est sûr Pedro Campana ce n’était pas le dernier pour la déconne. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s