Métamorphoses

Au Louvre, j’aime les Métamorphoses d’Ovide, parce qu’il suffit d’avoir lu une quantité infime de livres pour que les œuvres du musée s’ouvrent à vous. Que sans maîtriser la technique, cette petite bibliothèque vous offre d’autres histoires qui apparaissent sous le pinceau ou le burin et qu’ainsi les œuvres se répondent l’une à l’autre.

Latone changeant les paysans en grenouilles

Latone changeant les paysans en grenouilles

Vous n’êtes pas plus bête que la moyenne, vous vous êtes décidé à franchir les portes du Musée du Louvre mais pour profiter pleinement de votre visite, vous souhaitez l’organiser. Aussi vous interrogez-vous sur ce qu’il serait de bon ton de lire pour comprendre les œuvres que vous allez découvrir. Cette démarche vous honore aussi ai-je décidé d’apporter ma contribution et mes conseils pour vos lectures prochaines. Vous pouvez lire tous les livres sur la peinture et la sculpture, vous serez alors incollable sur les perspectives, les mouvements, les aplats de couleurs, les pigments, sur  le grain du marbre, la taille, les outils, etc. Les œuvres vous sauteront alors au visage par leurs découpages, leurs perspectives ; des formes nouvelles naîtront sous vos yeux, des rendus que vous n’imaginiez pas ; des proportions de toiles insoupçonnées vous inonderont le regard. Comme un magicien qui révèle son tour c’est aussi une part de la magie. Votre regard d’enfant que vous portiez alors sur les pièces du musée en sera à jamais perdu au profit d’une immense connaissance. La spontanéité du sentiment provoqué par la vision de l’œuvre aura disparu au profit d’une technicité universitaire. L’œuvre sera à présent parfaitement proportionné avec une ligne de fuite qui se perd dans…

Diane découvrant la grossesse de Callisto d'Hendrick de Clerck

Diane découvrant la grossesse de Callisto d’Hendrick de Clerck

L’idée de ne pas lire de livres sur les arts mais plutôt de se concentrer sur l’arrière-plan et sur l’historique qui servent de cadre à l’œuvre permet de conserver un regard vierge sur l’œuvre, sans à priori, et offre donc un décalage entre ce qui est représenté et sa réalité historique. Si tant est que les mythologies comprennent une quelconque part de réalité historique.  Décalage, donc railleries, donc second degré, donc humour. Vous avez compris, à minima, la base de ce blog. Devant le volume des œuvres exposées au Musée du Louvre la tâche semble incommensurable. Et pourtant les sources pour les artistes sont en fait assez limitées.

La déesse Minerve chez les Muses de Jacques Stella

Il est amusant de voir que leur talent est plutôt dans le traitement du sujet que dans l’imagination à trouver un sujet. Vous me direz que l’alphabet ne compte que 26 lettres et que les auteurs permettent par leur imagination toutes les folies ; que les mathématiques ne sont basées que sur dix chiffres mais elles sont sans fin. Et bien les artistes c’est pareil, ils disposent finalement d’un mince catalogue dans lequel ils cherchent leurs idées de sujets à barbouiller : «
– Bonjour monsieur le peintre, je voudrais un tableau, pour chez moi.
– Vous n’êtes pas prélat ou roi, donc ce ne sera pas un portrait en pied.
– Je verrai bien un homme assez dénudé.
– Nous avons le Christ en croix qui fonctionne très bien en ce moment, nous faisons d’ailleurs une promotion sur les retables ce mois-ci, … ou le Saint Sébastien, mais c’est So 2014.
– C’est que je ne suis pas catholique.
– Ah mais dans ce cas ça change tout, je vous invite à consulter notre catalogue, nous avons de superbes Mars qui viennent d’arriver. J’ai aussi par mon cousin des Énée de seconde main mais du  dernier cri… ou le Achille, c’est classique, le Achille. C’est antique, c’est une valeur sûre. Moi je ne jure que par l’Antique.
– Oui, je vois… écoutez, je vais réfléchir… et je reviendrai plus tard.
– Je vous laisse ma carte avec mon 06 au dos, n’hésitez pas. »

Éros et Psyché de la Collection Borghèse

Éros et Psyché de la Collection Borghèse

Et l’artiste de reposer sur son étagère son mince catalogue. Car les livres à lire pour comprendre les œuvres du Musée du Louvre se limitent à moins d’une dizaine. La Bible et La Légende dorée de Jacques de Varagine vous permettront de comprendre toutes les œuvres chrétiennes et de vous délecter des mille supplices des saints et martyrs.

Jésus portant sa croix d'Eustache Le Sueur

Jésus portant sa croix d’Eustache Le Sueur

Avec L’Illiade, L’Odyssée, L’Énéide et La Mythologie pour les nuls, vous découvrirez combien l’Antique est beau et combien le GPS a fait perdre une part de charme aux voyages (pour mémoire Troie => Ithaque, 400 km à vol d’oiseau ; 10 ans de trajet aller, comme retour, selon Homère). Mais en plus de consulter ce TripAdvisor des bonnes adresses de la mer méditerranée, vous compléterez fortement vos connaissances gréco-latines.

Énée et ses compagnons combattant les Harpies de François Perrier

Énée et ses compagnons combattant les Harpies de François Perrier

Ancienne résidence royale française, pour une bonne visite au Musée du Louvre je vous conseille une Histoire de France basique qui ne me semble pas superflue, même si je vous inviterai plutôt à consulter le célèbre Une couronne sur la tête un cheval entre les jambes pour son spectre plus européen en matière de royauté et enfin, ultime conseil de lecture, les Métamorphoses d’Ovide.

La crucifixion du Parlement de Paris de Maître de Dreux Budé

La crucifixion du Parlement de Paris de Maître de Dreux Budé

Cette demi-douzaine de livres ne vous expliquera pas tout ce que propose le Musée du Louvre mais vous assurera un solide bagage culturel vous permettant de différencier un radeau de la Marine Française, d’un nouveau-né barbotant sur le Nil ou bien une Reine mère d’une vierge à l’enfant.

Apollon et Daphné de Giacomo Mancini

Apollon et Daphné de Giacomo Mancini

Pourquoi placer dans ce palmarès des lectures les Métamorphoses ? De premier abord je vous répondrai que c’est mon blog et que je place donc ce que je veux. Ensuite parce que nous n’avons pas toujours eu Wikipédia pour répondre à nos trous de mémoire. Le fascisme bloguesque de l’auteur et une encyclopédie en ligne méritent-ils de justifier une telle place pour les Métamorphoses d’Ovide.

Apollon poursuivant Daphné de Nicolas Coustou

Apollon poursuivant Daphné de Nicolas Coustou

Oui ! Trois fois oui, car Ovide, quand il ne rédigeait pas l’Art d’aimer, s’était lancé dans une tâche un peu folle : raconter le monde, du chaos originel à l’empereur Auguste ou si vous préférez de la nuit des temps à aujourd’hui, car Ovide vivait sous l’empereur Auguste. Enfin pas sous au sens où il habitait au troisième et l’empereur au quatrième, sous l’empereur au sens de à l’époque de l’empereur Auguste. Du Big Bang à Auguste cela couvre une période s’étalant sur des millions d’années. Mais à l’époque d’Ovide le monde était plus simple et moins long.

Apollon et Marsyas

Apollon et Marsyas

En rédigeant un poème de douze mille vers en hexamètres dactyliques divisé en quinze livres Ovide entreprenait la folle entreprise de faire la liaison entre les œuvres de l’époque, de combler les trous. Inspirées par le théâtre grec et autres légendes, Les Métamorphoses doivent boucher, combler, remplir, broder les vides entre deux époques, deux épisodes, deux légendes. En Inde on dit « Tout ce qui n’est pas dans le Mahâbhârata ne se trouve nulle part », un contemporain d’Ovide aurait pu dire : « Tout est dans les Métamorphoses car les Métamorphoses raconte tout », mais il y a plus à parier que les contemporains d’Ovide préféraient aller au bistrot siffler des canons que sortir des citations.

Diane et Actéon de Giuseppe Cesari

Diane et Actéon de Giuseppe Cesari

Au regard de nos connaissances nous pouvons railler ce monde ethno-centré sur la Grèce et la Rome antique, mais quelle ambition géniale ! Quelle folie de vouloir ainsi se plonger dans la rédaction de l’Histoire du Monde. Ovide permet de conserver une trace écrite de ces histoires qui firent les grandes heures du théâtre gréco-latin. Le plus impressionnant reste l’impact des Métamorphoses chez les artistes, comme source d’inspiration. Que les deux ou trois premières années, avec le succès de librairie on ait encore parlé du bouquin c’est normal, mais seize siècle après, que monsieur Poussin aille y puiser ses sujets, je dis respect Ovide pour la création, mais aussi respect Poussin pour la culture.

Pan et Styx de Michel Dorigny

Pan et Styx de Michel Dorigny

Nous allons voir combien le Musée du Louvre regorge d’œuvres inspirées par les Métamorphoses mais cela va bien au-delà de la peinture ou de la sculpture et du seul Louvre : Lully, Gluck, Haendel, Rameau, Britten, Dali, Picasso, Honoré. Voici une infime part des gens qui en refermant le poème d’Ovide eurent envie de lui donner une interprétation moins littéraire mais qui pour des raisons de support ou de période ne figurent pas au Musée du Louvre.Au Louvre, j'aime les MétamorphosesDonc le musée présente une multitude d’œuvres dont les sujets ont été piochés dans les Métamorphoses d’Ovide. Je précise que je n’ai gardé pour ce billet que les œuvres dont le cartel signalait spécifiquement que cela était extrait/tiré des Métamorphoses. Sinon c’est presque toutes les statues romaines, les peintures italiennes, espagnoles, françaises qui figureraient. En vrac les sujets sont :
– Diane et Actéon,
– Latone et les grenouilles,
– Persée et Andromède,
– Les Piérides,
– Apollon et Marsyas,
– Pan et Syrinx,
– Apollon et Daphné,
– Hercule et Acheloüs,
– Nessus et Déjanire,
– Callisto,
– Adonis,
– Écho et Narcisse, etc

Coupe Diane et Actéon

Coupe Diane et Actéon

Latone métamorphosant les paysans de Lycie en grenouilles de Pietro Paolo Bonzi

Latone métamorphosant les paysans de Lycie en grenouilles de Pietro Paolo Bonzi

Persée et Andromède de Pierre Puget

Persée et Andromède de Pierre Puget

Le défi des Piérides de Giovani Battista di Jacopo

Le défi des Piérides de Giovani Battista di Jacopo

Apollon écorchant Marsyas de Filippo Lauri

Apollon écorchant Marsyas de Filippo Lauri

Pan poursuivant Syrinx de Gilles Lambert Godecharle

Pan poursuivant Syrinx de Gilles Lambert Godecharle

Apollon et Daphné de Francesco Albani

Apollon et Daphné de Francesco Albani

Paysage avec Hercule combattant Acheloüs changé en taureau de Domenico Zampieri

Paysage avec Hercule combattant Acheloüs changé en taureau de Domenico Zampieri

Déjanire enlevée par le centaure Nessus de Guido Reni

Déjanire enlevée par le centaure Nessus de Guido Reni

Apollon et Daphné

Apollon et Daphné

Diane découvrant la grossesse de Callisto de Paul Bril

Diane découvrant la grossesse de Callisto de Paul Bril

Vénus conduite par l'Amour auprès d'Adonis mort de Jacopo Zanguidi

Vénus conduite par l’Amour auprès d’Adonis mort de Jacopo Zanguidi

Echo et Narcisse de Nicolas Poussin

Echo et Narcisse de Nicolas Poussin

J’aime aussi dans les représentations des Métamorphoses le rôle donné à la nature, à l’animal. J’aimerai imaginer que Pline l’Ancien ait tellement aimé les Métamorphoses qu’il en fut inspiré pour rédiger son Naturalis Historia (L’Histoire naturelle). Dans les Métamorphoses l’homme partage sa place avec la faune et la flore. Il n’est pas encore devenu le centre de tout. D’ailleurs l’homme présomptueux est puni, il devient animal : grenouille avec Latone, cerf avec Diane. Et cela me permet de me reconcentrer pour finir sur ce pauvre Actéon qui est un peu mon chouchou dans les Métamorphoses.

Latone changeant les paysans en grenouilles de Giacomo Mancini

Latone changeant les paysans en grenouilles de Giacomo Mancini

Actéon, voilà un bon gars, assez doué pour la chasse. Un matin il prend ses chiens et file dans les sous-bois traquer le gibier. Il fait beau, il doit même mâchouiller un brin d’herbe ou siffloter sur le chemin ou faire les deux. Chasseur aguerri, il entend au loin le bruit d’une onde claire et comme le soleil est déjà haut dans le ciel et qu’il a chaud, il envisage d’aller se désaltérer dans le cours d’eau. Le risque quand on tente de « vendre » au lecteur les Métamorphoses  est d’en faire des tonnes sur la nature. Et je vous ai épargné le bruissement des feuilles, le gazouillement des oiseaux et les mille parfums du sous-bois…

Diane et Actéon des Ateliers Patanazzi

Diane et Actéon des Ateliers Patanazzi

Voici donc mon Actéon qui s’approche de la mare. Mais qui est là en train de barboter à poil, sans aucune pudeur entre les grenouilles et les gougeons ? Artémis/Diane. Ouh le scandale ! Oh la grande affaire ! et voici Actéon accusé de voyeurisme, supposé s’astiquer la nouille sur la déesse en train de se passer le savon sur le corps. Normalement c’est le moment où le garde-chasse débarque est dresse un procès-verbale à Artémis pour atteinte à la pudeur et usage illicite de la mare aux canards à des fins de récurage corporelle.

Diane et Actéon de Giuseppe Cesari

Diane et Actéon de Giuseppe Cesari

Mais chez Ovide, point de garde-chasse. Artémis d’un coup de baguette magique (nue dans l’eau, je ne sais où elle avait caché la baguette…) transforme le pauvre Actéon en cerf et comme si cela ne suffisait pas, elle le fait dévoré par ses propres chiens incapables de reconnaître leur maître sous les traits du fier gibier.

Coffre : Diane et Actéon

Coffre : Diane et Actéon

Actéon métamorphosé en cerf de Francesco Albani

Actéon métamorphosé en cerf de Francesco Albani

Légende d'Actéon - Sarcophage à guirlandes - Collection Borghèse

Légende d’Actéon – Sarcophage à guirlandes – Collection Borghèse

Diane et Actéon de Giuseppe Cesari

Diane et Actéon de Giuseppe Cesari

Au Musée du Louvre quand il n’y a pas d’ours, j’aime me rabattre sur les cerfs, aussi j’aime beaucoup cet homme-cerf condamné pour avoir été là au mauvais moment, au mauvais endroit. Les lecteurs amateurs d’une vision post-jungienne, apprécieront Actéon comme le symbole de la transformation du spirituel au mystique, mais je me demande ce qu’un lecteur post-jungien viendrait faire ici. Pour tous les autres, ceux qui regardent les tableaux comme des enfants,  il n’y a pas de moralité. Le temps est suspendu au mouvement de l’artiste. Qui a raison, qui a tort, l’important c’est de saisir le moment, l’important c’est ce que l’on voit, ce que l’on ressent. Après chacun se fera son idée.

Neptune calmant la tempête accompagné d'un triton de Lambert Sigisbert Adam

Neptune calmant la tempête accompagné d’un triton de Lambert Sigisbert Adam

Enfin il y a une chose magnifique avec les Métamorphoses, celle qui me semble la plus intéressante, c’est qu’Ovide entreprit l’écriture en l’an 1 de notre ère. Et je trouve cela très pratique, car il devient alors très facile de dater depuis combien de temps, l’homme est fasciné par un poème qui raconte la création du monde. Je me dis que si Jésus, au lieu de toujours vouloir embêter les romains, avait lu les Métamorphoses (on devait au moins en être à la cinquième réédition), il aurait compris que les Dieux avaient été, qu’il était donc un fils de charpentier, ce qui en soit n’est pas honteux et que sa mère était juste une grosse mytho. Mais pour ça il fallait lire et non pas zoner à Tibériade avec une bande de Paradis Angels. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.

Diane au bain surprise par Actéon

Diane au bain surprise par Actéon

Léda et le cygne de Jean Thierry

Léda et le cygne de Jean Thierry

L'enfance de Bacchus, dit aussi La Petite Bacchanale de Nicolas Poussin

L’enfance de Bacchus, dit aussi La Petite Bacchanale de Nicolas Poussin

La nymphe Salmacis de François-Joseph Bosio

La nymphe Salmacis de François-Joseph Bosio

Andromède attachée au rocher par les Néréides de Théodore Chassériau

Andromède attachée au rocher par les Néréides de Théodore Chassériau

Pygmalion et Galatée d'Etienne Maurice Falconnet

Pygmalion et Galatée d’Etienne Maurice Falconnet

Apollon et Daphné de Giovanni Battista Tiepolo

Apollon et Daphné de Giovanni Battista Tiepolo

Atalante de la Collection Mazarin

Atalante de la Collection Mazarin

La mort d'Adonis

La mort d’Adonis

Pan poursuivant Syrinx sous le regard de l'Amour de Claude Michel

Pan poursuivant Syrinx sous le regard de l’Amour de Claude Michel

Hercule combattant Achéloüs métamorphosé en serpent de François-Joseph Bosio

Hercule combattant Achéloüs métamorphosé en serpent de François-Joseph Bosio

L'enlèvement d'Europe de François Boucher

L’enlèvement d’Europe de François Boucher

Borée enlevant Orithye de Gaspard Marsy

Borée enlevant Orithye de Gaspard Marsy

Cérès protégeant Triptolème contre le roi Lyncus de Jacques Dumont

Cérès protégeant Triptolème contre le roi Lyncus de Jacques Dumont

Pyrrha ou la Population de Jean Pierre Antoine Tassaert

Pyrrha ou la Population de Jean Pierre Antoine Tassaert

Pan et Syrinx de Pierre Mignard

Pan et Syrinx de Pierre Mignard

Hippomène de Guillaume Coustou

Hippomène de Guillaume Coustou

Diane sortant du bain de François Boucher

Diane sortant du bain de François Boucher


P.-S. Pas aussi représenté que les sujets extraits des Métamorphoses, mais source d’une belle quantité d’œuvres, je vous invite à ajouter un dernier livre à vos lectures pré-visite : La Jérusalem délivrée du Tasse. Plus tardif (XVIème siècle) cela combine l’Orlando furioso et pioche allègrement chez Virgile et Homère.

Tancrède secouru par Herminie et Vafrin après le combat d'Argante de Pier Francesco Mola - La Jérusalem délivrée du Tasse

Tancrède secouru par Herminie et Vafrin après le combat d’Argante de Pier Francesco Mola – La Jérusalem délivrée du Tasse

Renaud et Armide de Domenico Zampieri

Renaud et Armide de Domenico Zampieri

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s