Le roi boit

Au Louvre, j’aime Le Roi boit, dit aussi Repas de famille de Jacob Jordaens parce que je me rends compte que si j’ai souvent puisé dans la peinture nord européenne pour illustrer mes billets, je ne me suis jamais attardé sur une certaine spécificité de l’art flamand dans sa représentation : l’épaisseur des personnages. Et Le Roi boit me semble une de plus belles représentations de cette épaisseur et l’occasion de parler aussi de Jacob Jordaens.

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Comme Philips Wouwermans (Le départ pour la chasse, à proximité d’un palais), Jacob Jordaens est membre du Pascal’s Club qui selon la théorie de Blaise considère que « Le malheur des hommes vient de ne pas savoir demeurer en repos, dans une chambre. » Fort de cet engagement il aura pris le plus grand soin, toute sa vie, de ne pas encombrer les routes lombardes et les ruines romaines de son fatras de peintre, de son bazar de chevalets et autres faisceaux de pinceaux. En effet Jordaens est le peintre immobile de la ville d’Anvers.

Au Louvre, j'aime Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Il a pour collègues Antoon Van Dyck et Petrus Paulus Rubens, avec qui il forme, à la même période, le trio de la peinture anversoise. Si nous allons retrouver dans la peinture jordaensienne des similitudes avec celle de Rubens, les liens avec Van Dyck sont plus difficiles à établir. Quand Rubens et Van Dyck parcours l’Europe, Jacob reste à Anvers. Voyageur immobile, son imaginaire lui permet de parcourir le monde sur ses toiles. D’ailleurs le petit Jacob a très tôt baigné dans l’univers des toiles puisque son père était drapier. A part pour une boutade idiote, je crois que cette information n’a aucune importance.

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Catholique, il se convertit au calvinisme durant les dernières années de sa vie. Tout le monde a ses lubies, ne jugeons pas celle de Jordaens. Mais le poids du catholicisme est quelque peu pesant sur la peinture de Jacob Jordaens. Voici une liste sélective de ses œuvres : L’Adoration des bergersLes Apôtres Paul et Barnabé à ListreLes Quatre ÉvangélistesL’AssomptionLa Pêche miraculeuseLe Portement de CroixLe Christ et les PharisiensSamson contre les PhilistinsLa Détresse de l’enfant prodigeLe Jugement dernierLa Sainte FamilleLe Triomphe de la religionSaint Martin exorcisant un possédéPiétaSuzanne et les vieillardsLe Tribut de saint Pierre. Ajoutez quelques portraits de princes pour faire bouillir la marmite, un paquet de scènes mythologiques et vous avez les grands thèmes de la peinture jordaensienne.

La kermesse de Petrus Paulus Rubens

La kermesse de Petrus Paulus Rubens

Comment reconnaître un tableau de Jordaens. Je vous conseillerai d’abord de lire les cartels c’est généralement écrit dessus, ne faisons pas le mariolle. Mais si vous souhaitez parader, jouer le conservateur catégorie École Flamande, le Jordaens se reconnait par sa façon de dépeindre les personnages. Ils sont souvent assez adipeux, épais, gras. Les femmes ont le sein lourd et les hommes possèdent une musculature de buveur de bière. Sauf que si je m’arrête à cette information vous allez passer pour un clown en prenant Le Pirée pour un homme et Jordaens pour Rubens, tant les similitudes sont fréquentes chez ces deux peintres qui travaillaient de concert sur des projets communs.

Les quatre évangéliste de Jacob Jordaens

Les quatre évangéliste de Jacob Jordaens

La Jordaens’ touch, ce petit plus qui lui est propre, c’est dans le souci du détail qu’il donne aux traits de ces personnages. Une représentation ultra réaliste, un souci de la ride, du poil, presque du point noir. Là où certains peintres sont dans l’esquisse du visage, dans un trait flou des contours, Jordaens travaille avec une précision de chirurgien. De chirurgien esthétique même, il excelle dans le rendu du grain de la peau, dans le détail qui marque. Il n’agit pas par goût de la moquerie en surpeignant mais par envie de véracité. Au cinéma on qualifierait ses sujets de « gueules ». Joardaens a un talent pour trouver des modèles ou tout le moins pour les dépeindre. J’insiste sur les visages car je trouve cela plus marquant mais les mains dans les tableaux de Jordaens sont aussi criantes de vérité, elles semblent vivantes prêtes à jaillir des toiles.

Jésus chassant les vendeurs du temple de Jacob Jordaens

Jésus chassant les vendeurs du temple de Jacob Jordaens

L’autre caractéristique de Joardaens réside dans sa façon de mettre en action ses personnages. De composer ses tableaux pour accentuer leurs traits, les déformer dans des situations très expressives : la rage, la colère, l’expectative. Aucun visage ne semble jamais pleinement serein, calme et reposé, tous semblent envahit d’une ire sourde qui bouillonnerait en eux.

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Maintenant que j’ai posé ces remarques sur la peinture de Jacob Jordaens pourquoi avoir choisi Le Roi boit ? Parce que justement ce tableau est aux antipodes de tout ce que je viens de dire et qu’il ne semble correspondre à aucune des thématiques évoquées. C’est bien de vous prendre à contre-pied : ni scène biblique, ni épisode mythologique, ni prince. Ici une simple scène de famille. Le roi n’est ici qu’un roi d’opérette ou plus exactement un roi d’Épiphanie.

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

La table, les servants, les froufrous, les couverts respirent l’abondance habituelle des mises en scène de Jordaens. Mais les personnages du Le Roi boit respirent une forme de calme. Les visages sont détendus. Les traits moins marqués, à croire que la frangipane a des effets apaisants sur les êtres.

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Bizarrement, au-delà de la presque placidité des visages, il y a comme une grande tristesse qui plane sur ce tableau et semble voiler les regards. Tous présents mais donnant l’impression de tous être ailleurs. Même le chien semble s’ennuyer.

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Tous les personnages sont à la joie, aux cris, aux ripailles mais personne ne se regarde. Tous ensemble sans qu’aucun regard ne se croise. Certains regardent le carafon en train de verser à la régalade. D’autres fixe le spectateur comme pour le prendre à témoin de leur ennui. Finalement Jordaens livre la plus belle allégorie du repas de famille. La contrainte d’être ensemble et le plaisir de ne pas se voir. Ajoutez une galette et mon bonheur est complet.

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Regarder le spectateur, briser le quatrième mur, s’adresser à lui comme pour espérer que le salut des pauvres bambocheurs se trouverait dans la mine de touristes trop pressés d’aller reluquer Bethsabée. J’avoue ne pas bien savoir comment lire ce tableau. N’avons-nous que trois invités suffisamment sobres pour s’être tournés vers l’artiste quand celui-ci avait crié ouistiti pour pendre la pose de son tableau ? Avons-nous trois personnes qui s’ennuient fortement au point d’espérer leur salut par-delà la toile, en tentant d’attirer le regard du visiteur ? S’agit-il d’une satire de Jordaens ? Comme une façon d’inviter le visiteur à repenser à ses propres repas de famille ?

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens

Je garde pour ma part l’idée de l’ennui. C’est un sentiment généralement très partagé en famille. Loin des bourrasques, de la fureur des œuvres habituelles de Joardeans j’aime dans ce tableau le calme et plus encore la mélancolie. C’est beau la mélancolie et difficile à rendre en peinture. Jordaens, le fait ici merveilleusement bien. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.


Sur sa lancée Jacob Joardens a peint deux autres Le Roi Boit, j’aime beaucoup que celui du Musée du Louvre soit le plus doux. Vous les croiserez au Kunsthistorisches Museum et au Musée Royaux des beaux-arts de Belgique. Vous retrouverez alors la fougue habituelle de ses tableaux et de ses personnages. Notez aussi que le roi change de place selon les musées mais que cette famille, malgré tout, a toujours la gentillesse de sacrer le vieux grand-père, roi de la fête, délicate attention.

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens - Kunsthistorisches Museum

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens – Kunsthistorisches Museum

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens - Musée Royaux des beaux-arts de Belgique

Le Roi boit ou Repas de famille le jour de la Fête des Rois de Jacob Jordaens – Musée Royaux des beaux-arts de Belgique

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s