Le représentant du public au Musée du Louvre

Au Louvre, j’aime Le représentant du public au Musée du Louvre, mais J’en ai assez faut bien qu’j’te l’dise/Tu m’exaspères, tu m’tyrannises/Tu l’laisses aller, tu l’laisses aller/Tes bas tombant sur tes chaussures/Et ton vieux peignoir mal fermé/Et tes bigoudis quelle allure (*). Ce billet est un peu la lettre des vieux amants qui ont passé tant de temps à se retrouver secrètement tous les midis.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsDans son Dictionnaire amoureux du Louvre (**), Pierre Rosemberg (ancien Président directeur du Musée du Louvre) évoque un rôle de représentant du public au Musée du Louvre qui serait la voix des visiteurs : « Quelle serait sa tâche ? Se promener plusieurs heures par jour dans les salles du musée du Louvre et faire part en haut lieu des critiques des visiteurs, s’assurer que ces critiques sont entendues et, dans la mesure du possible, suivies d’effet. » Alors moi qui n’ai aucun titre au Musée du Louvre, je m’arroge, le temps de ce billet, celui de Représentant du public. J’ai la présomption de penser qu’une visite quotidienne au musée depuis plus de deux ans me permet d’avoir, si ce n’est un avis, du moins un certain regard sur ledit musée.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner Nooms10

Vue de l’ancien Louvre à Paris depuis la Seine, avant les agrandissements entrepris sous Louis XIV de Reinier Nooms

Et que les choses soient bien claires, j’aime vraiment le Musée du Louvre. Tout au long d’une centaine de billets j’ai tenté de louer des œuvres moins « connues » ou des thématiques biscornues (c’était mon parti), donc je souhaite avertir que les vitriol et mauvaise foi qui vont ruisseler dans ce billet sont à mettre en regard de tous les autres billets dans lesquels j’ai chanté mon amour de ce musée (même si j’admets chanter faux), d’autant que je ne souhaite pas, ici, toucher aux collections mais plutôt à l’organisation. Je précise aussi que le sens des visites ou la galerie commerciale ont déjà donné lieu à des billets (disponibles ici et ) et que je ne souhaite pas me répéter (Précision nécessaire pour ceux qui regretteraient de ne pas voir ces points traités). Ces avertissement donnés, je sors l’artillerie lourde et vous laisse le temps d’un saut de ligne pour aller vous mettre à l’abri. Je débute ma liste et tire à vue :


Extérieur Musée – Jour

Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsAyant la chance de voyager j’ai eu l’occasion de voir d’autres musées. Quelques-uns peuvent rivaliser avec le Musée du Louvre, ils sont peu nombreux. Certains le dépassent pour la richesse de leurs peintures, d’autres pour la variété de leurs sculptures, d’autre encore pour leur architecture mais le Louvre, lui, rassemble tout cela en un seul lieu. Le Musée du Louvre offre aux visiteurs une collection couvrant une période allant de l’Égypte ancienne à Corot avec peu de trous dans cette frise chronologique et au final une unité assez respectable. En dehors des collections, le Louvre est un magnifique palais que chaque occupant a pris soin d’agrandir et de décorer. Mais pour savoir cela il faut avoir eu le courage de franchir ce mur de crasse immonde qui longe la rue de Rivoli.Au Louvre, j'aime Le représentant du publicVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner Nooms

Plan de l'ancienne chartreuse de Paris d'Eustache Le Sueur

Plan de l’ancienne chartreuse de Paris d’Eustache Le Sueur

D’autres musées sont postés à proximité de grandes artères sans qu’aucun n’ait la saleté du Louvre. La National Gallery est sur Trafalgar Square, Le Metropolitain longe la 5ème avenue pourquoi le Louvre doit-il être si sale ? La pollution parisienne serait pire qu’ailleurs ? Et de grâce arrêtez de me présenter le prix ou le coût comme unique justification à mes remarques. Il va falloir être plus inventif en réponse à mes commentaires.


L’ersatz de mur

Si je raille l’état déplorable du Louvre c’est que depuis toujours il est en perpétuel embellissement. Le ravalement de façade serait un moindre mal même s’il mettrait alors en valeur ce pan de mur incompréhensible. S’il est compréhensible au niveau architectural, c’est surtout le vide qui l’habille qui frappe les esprits. Comment se fait-il que le Louvre qui boxe dans la catégorie des meilleurs musées accepte ce mur vide ? Comment se fait-il que jamais un conservateur n’ait pensé à remplir ce vide moche ?Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsSurtout qu’en parallèle, le Musée du Louvre a su offrir à des artistes contemporains le support pour des prestations artistiquement très intéressantes, je pense récemment à JR qui fit disparaître temporairement la Pyramide. Pourquoi ne pas offrir à JR ou à d’autres, de faire disparaître l’ersatz de mur ?Au Louvre, j'aime Le représentant du public


Accès au musée

Le visiteur peut entrer au Musée du Louvre via le passage Richelieu. L’accès y est filtré pour certains groupes et les Amis du Louvre. Le visiteur peut entrer via le Carrousel en sortant du métro ou par l’entrée du même nom rue de Rivoli. Il attendra alors à l’abri des intempéries. Mais l’entrée du Musée du Louvre qui a été pensée pour cette fonction reste la Pyramide.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner Nooms Au Louvre, j'aime Le représentant du publicSi je suis parmi les premiers à railler le touriste, je salue son abnégation quand il s’agit de faire, sous la pluie, dans le vent, sous le soleil, de longues minutes de queue. Les mêmes râlent quand ils doivent attendre 10 minutes à Disneyland mais patientent sagement pour voir une manchotte ou une gourdasse les bras croisés. Sachant qu’au moment où il pénètre sous la Pyramide, le touriste n’a pas encore son billet, il va devoir se faire fouiller, se débarrasser de son parapluie, trouver un plan et rejoindre La Joconde. Vous êtes moutonniers mais j’admire votre patience et comprends votre déception quand vous découvrez finalement la taille de La Joconde en vrai.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner Nooms


Sécurité

Comme dit plus haut, vous n’êtes pas encore dans le musée. Il faut passer les barrages de sécurité, fouille de sac puis portique de sécurité et rayons. Les événements sanglants en Tunisie ont prouvé que même un musée pouvait être pris pour cible.Au Louvre, j'aime Le représentant du publicAu Louvre, j'aime Le représentant du publicOn visite des musées dans d’autres pays, tous aussi exposés, sans aucun contrôle des sacs. La peur engendre-t-elle la peur ? Je ne veux faire ni le bravache, ni le fier-à-bras, cependant ni ces contrôles, ni ces portiques ne protégeront les œuvres et leurs visiteurs de la bêtise humaine. Existe-t-il, dans le musée un contrôle supplémentaire et plus discret, je n’en ai pas la moindre idée ? J’avoue ma piètre connaissance en matière de Sécurité. Mais je sais identifier les failles que je me garderai bien de détailler ici. Et si je dois mourir au Louvre, j’espère juste que ce ne sera pas devant un tableau de David. On a sa fierté quand même.

Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner Nooms


La Pyramide

J’aime vraiment beaucoup la Pyramide. Trop jeune pour avoir connu les débats endiablés sur sa construction, je n’ai aucun souvenir d’avant. D’anciens films où l’on fume beaucoup me montrent un parking à la place, je ne trouve pas que nous ayons perdu au change. Certaines soirées la lumière crépusculaire fait rêver les photographes, le lieu est magique. Ceci concerne l’extérieur de la Pyramide. Pour l’intérieur c’est autre chose.Au Louvre, j'aime Le représentant du publicVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner Nooms De l’intérieur, la Pyramide reste un bonheur pour les photographes qui peuvent superposer les carreaux de verre de Pei et les pavillons centenaires en arrière-plan. Mais uniquement les photographes sourds car pour les oreilles c’est un cauchemar. Centre névralgique, tous les visiteurs convergent par ce lieu, le résultat est un nombre de décibels plus important sous la Pyramide que dans la toute proche rue de Rivoli à midi. Ou comment l’esthétique a perdu l’acoustique en route. Personnellement monsieur Pei, je ne suis pas architecte mais tout le monde sait que le bruit ricoche sur le verre.Au Louvre, j'aime Le représentant du publicAu Louvre, j'aime le représentant du publicVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsQuand il pleut à Paris, cela peut arriver, le personnel dispose sous la Pyramide des serpillères pour lutter contre des infiltrations qui suintent du niveau supérieur. J’aurais aimé trouver un truc marrant à dire dessus, mais je ne trouve pas cela très drôle. Déplorable. Honteux. Vous ne voulez pas proposer des patins pour les parquets de la Grande Galerie ?Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsToujours sous la Pyramide, lieu de tous les départs vers les ailes et salles, appréciez ces kakemonos illisibles détaillant les principaux spots et comment s’y rendre. A l’heure des écrans plats on regrettera que l’affichage en temps réel des salles ouvertes à la visite ne se fasse pas dès cet endroit. Cela éviterait aux visiteurs de se casser les dents et les pieds. Rien n’indique sur ma photographie que les salles d’Europe du Nord sont fermées pour 10 mois.

Mise à jour – Le Louvre a tenu compte de mes remarques sur les kakemonos illisibles. Ils ont été remplacés par : Au Louvre, j'aime Le représentant du publicToujours en matière de signalisation, une cafétéria se trouve au niveau de la galerie sous la Pyramide. Faute d’être indiquée clairement, les visiteurs épuisés campent, pique-niquent, roupillent où ils le peuvent.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsJe veux bien perdre le titre de plus grand musée machin-chose si nous gagnions à la place celui de musée le plus chaleureux.Au Louvre, j'aime le représentant du public


La consigne

Le visiteur au Musée du Louvre doit se débarrasser de son parapluie, de son sac, de son casque, mais moi je ne trimballe qu’un parapluie que je laisse à la consigne. Voilà une idée qui allie confort de visite et faciliter d’entretien des salles (c’est souvent du parquet, après cela fait des taches avec les gouttes d’eau). Un visiteur pourrait aussi, de la canne de son parapluie, abîmer les œuvres, je le comprends pleinement. Quoique la même règle devrait donc s’appliquer aux perches à selfie… officiellement interdites, elles pullulent.36

Il y a encore un an, pour déposer votre parapluie vous faisiez la queue et trois employés se relayaient pour prendre et rendre votre consigne. Ils disposaient d’environ 300 emplacements pour stocker les parapluies. On vous donnait un petit bout de plastique que vous gardiez en main afin de ne pas oublier de récupérer votre parapluie à la sortie. Mais le Louvre se modernise.Vivant DenonVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsModernisé, les parapluies sont maintenant alignés sur des râteliers proposant deux fois mois de zones de rangement. Donc les jours de pluie il faut commencer par attendre qu’une place se libère pour ranger son parapluie (je rappelle que contrairement au visiteur de base je n’ai pas fait la queue à l’extérieur mais déjà ça me gonfle). Cette modernisation a permis de faire des économies de personnel me répondrez-vous ! Même pas, le mode de verrouillage du râtelier est incompréhensible. Vous avez donc trois personnes qui se chargent d’aider les visiteurs. Et au Musée du Louvre il devait être fort logique que la consigne d’utilisation soit en anglais et en chinois…Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsA noter que depuis la mise en place de ce système le nombre de places a encore diminué en raison du nombre de zones de rangement abîmées par des touristes excédés. J’aime assez le changement surtout quand il mène vers du mieux. Mais ce n’est pas le cas de la consigne. Loin de là.


L’entrée au musée

15,00 € ! Dois-je en dire plus ? Je suis assez mal placé car en qualité d’Amis du Louvre je ne paye pas mes entrées au musée. Mais 15,00 € c’est affreusement cher pour voir de l’acrylique sur des toiles de jute ou des pâtés de sable en pierre.

Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsSurtout que 15,00 € c’est pour visiter le musée, TOUT le musée. Le visiteur paye 15,00 € même si 22 salles hollandaises sont closes. 15,00€ même si le pavillon des Sessions n’est ouvert que les jours de pleine lune des semaines paires. 15,00€ même si les Arts de l’Islam ne sont pas disponibles. 15,00€ même si les petites salles italo-espagnols sont fermées. 15,00€ même si La Nef des Fous ou La Tentation de saint Antoine de sont pas visibles. 15,00€ même si un quart de la zone d’exposition de la peinture française est en travaux. Le billet devrait varier en fonction de ce que le Louvre peut proposer au regard du visiteur. Sinon c’est du vol. La justification du Musée du Louvre c’est qu’il doit faire face aux réductions d’aides de la part de l’État et à sa modernisation constante. Le British Museum est gratuit et je doute que le libéralisme anglais soit prodigue en matière d’aides pour les musées.

Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsNe payant pas, je ne sais pas, mais pourquoi aucun touriste n’utilise les bornes d’achat de billet par carte bancaire qui sont très souvent vides. Je n’ose imaginer que cela ne fonctionne pas. Donc résumons-nous, le visiteur a fait la queue pour accéder à l’enter. Il fait la queue pour montrer que son sac-à-dos contient un jambon-beurre et pas de grenade. Il fait la queue pour passer sous un portique électronique. Il fait la queue pour déposer son parapluie. Il fait la queue pour prendre son billet. Et vous vous demandez pourquoi ils ne restent pas plus longtemps ? Time is money et il vient déjà de lâcher 15,00 €.

Mise à jour – Une salle a été creusée pour rassembler l’ensemble des caisses (automatiques et guichet). La promiscuité est ton amie ? Tous ensemble ! Tous ensemble ! Tous !Au Louvre, j'aime Le représentant du public


Do not disturb

Vous avez enfin votre billet, venez découvrir cet Himalaya des musées. Ce qui fait la grandeur du Louvre c’est ce style, ce bon goût si français. Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsPlus le musée est vaste plus les travaux sont nombreux et inévitables. Les désagréments aussi. C’est un des bonheurs d’une bonne visite au Louvre.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsAu Louvre, j'aime Le représentant du publicVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner Nooms03Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner Nooms0102Si ces photographies n’étaient pas si fréquentes j’en rirai, là je n’ai vraiment rien à ajouter.


Acquisitions

Le Musée du Louvre reçoit, achète, obtient, des œuvres tout au long de l’année. Ces œuvres inconnues sur les cimaises du Louvre seront dans le futur, sujets de billet dans des blogs, prochaines stars devant lesquelles les gens viendront faire un selfie, symboles du musée des années 2050. Bref ces nouvelles acquisitions sont déjà le musée d’aujourd’hui mais plus encore seront le musée de demain, le Louvre a décidé de les mettre en valeur… Je déconne.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsDans un recoin du second étage de l’aile Richelieu, un vulgaire panneau avec trois cartes postales présente les dernières acquisitions du Louvre. C’est à la fois merdique et misérable de ne pas plus porter au pinacle ce qui fait la richesse du Louvre : sa capacité à acquérir de nouvelles pièces et de ne pas savoir les mettre en valeur, en avant. L’enthousiasme américain peut parfois nous irriter mais imaginer la façon dont ils mettraient cela en scène. Nous, nous l’avons planqué telle une maladie vénérienne. Honte à celui qui s’arrêterait devant. Honte à celui qui aurait l’idée de chercher l’emplacement.

Mise à jour – Il arrive parfois qu’un véritable effort de présentation soit mis en œuvre pour présenter de nouvelles acquisitions. A moins que j’ai des lecteurs chez les conservateurs ?363 364


Circuit de la visite

J’ai déjà tout écrit dans un article consacré aux Big Five O. Mais franchement les attentes multiples auxquelles sont confrontés les visiteurs n’excusent pas leur manque d’originalité une fois dans le musée.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsJe préfère considérer que la responsabilité de cela incombe au Musée du Louvre incapable de donner envie aux visiteurs d’aller plus loin qu’un quintet d’œuvres connues.


L’œuvre que l’on veut voir à tout prix

Pour moi c’est La Nef des Fous. Depuis le début de ce blog, La Nef des Fous a été prêtée, puis elle est revenue se faire une beauté dans les laboratoires du musée. Elle a été exposée deux semaines avant de repartir pour Bois-le-Duc à l’occasion de l’exposition l’anniversaire de Jheronimus Bosch.  A ce jour elle n’a toujours pas rejoint le Louvre.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsLe premier prêt du tableau m’avait moyennement affecté puisqu’à sa place le Louvre exposait La tentation de Saint Antoine de Pieter Huys, un petit chef d’œuvre de détails amusants et un clin d’œil très marqué au tableau de Bosch. Mais le tableau de Pieter Huys est aussi parti passé quelques jours ailleurs.La tentation de Saint Antoine de Pieter HuysEn temps normale ces prêts permettent aux conservateurs de revoir l’affichage dans les salles. C’est par ce système là que j’ai découvert La jeune fille lisant une lettre. Les prêts sont très bien quand à la place une autre œuvre est présentée. Là, une photocopie noir & blanc de La Nef des Fous en guise d’explication et rien d’autre.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsMise à jour – Au mois d’octobre 2016 La Nef des fous est enfin revenue. Le visiteur qui n’a pas sauté sur l’occasion devra patienter car depuis février 2017 ces zones sont en restauration…

Chercher une œuvre et ne pas la trouver, j’enrage souvent. La fermeture des 22 salles de peinture nord européenne pour réfection se traduit par un affichage éclaté à travers le musée de quelques-uns des tableaux. Ce nouvel affichage permet cependant d’en découvrir de nouveaux. Il permet aussi de voir les tableaux à un autre niveau, sous un autre angle, avec un autre regard.

Avec le temps je dispose d’une bibliothèque d’images que je peux consulter à loisir pour mes billets. Amputer les hollandais qui m’offrent une part importante de mon contingent de photographies m’agace. Personne ne rit jamais avec une peinture espagnole.  La Table de Teschen


Cultivons-nous

Je ne jette pas tous les visiteurs avec l’eau du bain. Certains décident d’une approche plus scolaire pour leur visite au Musée du Louvre et tente d’en ressortir avec autre chose qu’une Vénus de Milo en plastique mauve. Pour ce faire, ils font la queue, une nouvelle fois, pour louer une Nintendo DS et des écouteurs qui vont leur permettre de tout apprendre des œuvres qu’ils verront. Pieuse intention.Au Louvre, j'aime Le représentant du publicAu Louvre, j'aime l'inventaireVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsD’autres, plus chrétiens de gauche, lecteurs du Nouvel Obs ou de Télérama jugeront qu’une visite au Musée du Louvre et avant tout un échange que le casque audio sur les oreilles ne permet pas. Pour eux, le Louvre a mis en place la haute technologie sous la forme de dalle numérique, avec frise chronologique et animation. C’est très bien fait, ludique et éducatif à la fois.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsJe rigole ! Des dalles il en existe trois dans tout le musée. Une pour les grecs mitoyens de la Vénus de Milo une autre au niveau de Madame de Pompadour et la dernière dans une salle annexe des peintures espagnoles derrière un mur. Pour le reste, le Louvre vous propose : La fiche de lecture !Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsJe dois reconnaître qu’elles sont très bien faites mais gaies comme un jour sans pain. A défaut de vous amuser, vous pourrez en profiter pour apprendre les langues. Et si vous voulez de la couleur prenez les plus anciennes, elles sont jaunies par le temps, à l’ancienne, de la vraie patine de musée.Au Louvre, j'aime Le représentant du public


Le tableau du mois

Il existait au Musée du Louvre un lieu de passage pas évident pour y exposer des tableaux au deuxième étage de l’aile Richelieu. Dans ce bout de couloir, il avait été décidé de faire l’éducation des sots. Un tableau était accroché sur un pan et sur le pan d’à côté une notice explicative offrait à notre bêtise monumentale une approche didacticiel et intéressante du tableau.

Le tableau changeait tous les mois et cela se nommait : Le tableau du mois. Les multiples travaux en cours ont fait fondre les cimaises comme neige au soleil. Le tableau du mois et donc passé à la trappe.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsPeut-être l’actuelle direction a-t-elle jugé que ma fréquentation assidue du tableau du mois et ce que j’en retirai dans mes billets était une raison suffisante pour supprimer cette attraction. C’est me donner beaucoup trop d’importance.


Faire une pause

Faire une pause au Louvre est une idée insensée. Les sièges que vous croiserez sont réservés aux gardiens qui vous le font vertement remarquer quand vous avez le culot de vouloir y poser votre séant. Rester vingt minutes devant un tableau tel un planton alternant entre le garde-à-vous et le repos, c’est long. S’assoir un temps devant une œuvre cela peut être agréable. Certains parents visitent le Louvre avec de jeunes enfants pour qui une pause serait parfois bienvenue.Au Louvre, j'aime le représentant du publicAu Louvre, j'aime Le représentant du publicVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsAu Louvre, j'aime le représentant du publicAlors certes, il y a des bancs au Louvre. Je vous conseille principalement les marguerites de sièges de la Grande Galerie, tissus râpés, sales, vieillots. La comparaison ne vaut rien, mais voici le type de sièges que la National Gallery offre à ses visiteurs et ceux du Musée du Louvre (Les sièges du Louvre sont en bas sur la photographie, je le précise, si nécessaire).Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner Nooms


Le reflet

La quasi-totalité des photographies égayant les articles de ce blog est prise par le visiteur de base (à savoir moi). Comme tous les visiteurs, je suis confronté au problème du reflet sur les œuvres. La dernière couche des tableaux est souvent un vernis qui reflète la lumière alentour quand ces derniers ne sont pas protégés d’une fine couche de verre ou de plexiglas (je ne suis pas vitrier). Les sculptures de petites tailles sont, pour des raisons évidentes, rangées sous cloches de verre ou vitrines.

Le choix du Musée du Louvre est de présenter ses collections avec la lumière ambiante. La constitution et la sécurité des pièces obligent souvent à une surcouche qui peut provoquer le sentiment de déception face au résultat de sa photographie.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsMais le pire doit être une forme architecturalement intéressante car elle permet de protéger tout en tamisant la lumière extérieure dans les salles du second étage de l’aile Richelieu (la partie la plus moderne qui devrait être la plus au fait des techniques). Cette forme un brin futuriste a le mauvais goût de venir se positionner sur toutes les photographies, c’est énervant. Je ne suis pas certain que venir avec un voile noir pour me cacher dessous et regarder au mieux les œuvres soit très bien compris par les gardiens.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsSi vous souhaitez voir au mieux cette forme architecturale, je vous conseille l’histoire de David, un dessus de table qui ne permet qu’un affichage horizontale pourtant tellement plein de détails amusants mais que l’on ne voit pas bien à cause du reflet. Mais cela vous donnera une bonne raison d’aller au Louvre pour voir des lapins pouffer et des gens chier dans les bosquets.05


Le second rang

C’est entendu le Louvre dispose de beaucoup de tableaux. Trop, je ne pense pas mais beaucoup certainement. D’autre part ces vieilles bâtisses proposent une hauteur sous plafond impressionnante.356Mais pourquoi ? Pourquoi ? Pourquoi ? Empiler les tableaux sur les murs ? Un tableau qui fait deux mètres de haut est exposé à partir de 0,70 centimètres du sol. C’est à dire qu’apercevoir la tête du monsieur ou de la dame demande déjà un certain recul. Quel masochisme pousse les conservateurs à remettre un tableau entre 5 et 6 mètres du sol ? Personne ne les voit c’est affreusement dommage. Ou bien vous organisez une marée de tableaux avec descente de ceux qui sont en haut tandis que ceux qui étaient en bas remontent. J’imagine que c’est ingérable mais l’idée est belle. Cela se pratique dans certaines collections du Louvre (Peinture française XIXème siècle).

Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsA l’inverse la salle des sept mètres qui porte ce nom en raison de la hauteur de ses murs ne propose qu’un rang d’affichage.375


L’église de Baouit

Pour ma part je déteste le monde et la foule. Assez vite je suis parti à la découverte de salles plus calmes dans le musée que la salle de La Joconde. Première surprise, il y en a tellement ! Ma préférence va pour la reconstitution de l’église de Baouit. C’est calme, silencieux, beau. Il ne manque que le parfum de l’encens et l’on y dirait une prière.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsQuand on arrive dans ces salles on peine à imaginer qu’au-dessus de nous on se pousse du coude pour apercevoir Miss Monna. D’ailleurs, faut-il regretter que les touristes ne descendent jamais à l’église de Baouit ? Tant qu’ils sont maintenus dans un parcours balisé cela permet aux autres visiteurs de profiter calmement du musée.

Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner Nooms


Le parement de Narbonne

Voici qu’au détour d’une visite la vitrine abritant le Parement de Narbonne est maintenant vide. A la place, un petit autocollant pour le bon de déplacement. Ces autocollants veulent dire que l’œuvre est partie. L’important est donc la raison qui figure. Pour le Parement de Narbonne, le motif de l’enlèvement est Retrait définitif !Au Louvre, j'aime Le Parement de NarbonneCher Musée du Louvre, que veut dire définitif pour toi ? Vous allez découper le parement en tranche et le vendre sous forme de torchons à la boutique ? Le conservateur a jugé que cette œuvre était somme toute assez secondaire pour aller dormir quelques décades dans les réserves du Louvre ?Au Louvre, j'aime Le Parement de NarbonneA mon dernier passage, le parement ne semblait pas abîmé par son exposition dans une salle peu lumineuse du musée. En fait je suis un peu inquiet pour le parement car il fut une de mes révélations lors de mes visites quotidiennes. Son retrait est-il un signe que je dois interpréter ?


Le pavillon des sessions

Comment vous présenter le pavillon des sessions ? Il faut imaginer le touriste qui souhaite le visiter et qui neuf fois sur dix tombera sur ça :Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsC’est un peu gênant quand on a souhaité ne voir que cela. C’est surtout un peu con d’aller au Musée du Louvre pour voir des sculptures pré-colombiennes. Mais c’est surtout ce qui peut lui arriver de mieux. En effet c’est le trou du cul du musée. Au bout du bout, du bout. Vous arrivez et trouvez porte close. Je pense que même Google a poussé ses algorithmes au suicide pour avoir tenté de définir le rythme d’ouverture de cette partie du musée.

Mais voilà, des fois c’est ouvert ! Youpi ! On y découvre des extraits du musée du Quai Branly. Ont-ils leur place ici ? Les objets sont très beaux mais en raison des heures d’ouverture aléatoires qui peut les voir ? Deux, trois objets par grande région, c’est trop peu, à quoi cela peut-il servir ? A moins que le Louvre ait inventé le musée-teasing pour vous donner envie de descendre la Seine et d’aller visiter le reste du musée du Quai Branly. Vivement que l’on exporte au Quai Branly les tableaux de David pour inviter les visiteurs à venir au Louvre.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsMise à jour – La réponse est le musée-teasing. Ailleurs vous serez invitez à apercevoir un extrait de la collection du musée de Cluny.Au Louvre, j'aime Le représentant du publicL’autre intérêt du pavillon des sessions c’est l’entrée qui figure sur les plans et qui pourrait permettre de réduire le temps d’attente du visiteur mais aussi de désaxer le sens des visites. Il y a des guichets, des portiques, tout ce qu’il faut pour accueillir les visiteurs. J’ai vu des gens en sortir, jamais personne y entrer. Il y a maintenant un immense bazar, comme si le Louvre attendait le passage des encombrants pour se débarrasser de sa ferraille.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner Nooms


Le couloir des poules

Dans l’imaginaire artistique, le XVIIIème siècle français est le siècle du pastel. Le Musée du Louvre possède d’ailleurs une vaste collection que le visiteur peut admirer. Rassurez-vous ce sera très court. La collection de pastels exposée au Louvre se limite à 3 tableaux. Re-Youpi !Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsMais où sont donc passés les Perronneau, les Vigée-Lebrun, les autres Quentin de La Tour ? demanderont les pasterophiles peinés. La réponse est très simple, on a fermé la salle qui les exposait, ils doivent roupiller dans les réserves.Au Louvre, j'aime Le représentant du publicSi les historiens d’art s’écharpent sur l’étymologie du couloir des poules (Pour certains c’est dû au fait que les artistes en résidence au Louvre y entreposaient des poules, pour d’autre c’est dû au fait que les artistes en résidence au Louvre y donnaient rendez-vous à des cocottes), personne ne semble s’offusquer de sa fermeture.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsA part moi bien sûr car dans la catégorie zone-au-calme-au-Louvre c’était le summum et je suis triste de sa non-réouverture. Le très sérieux Quiet & Art(***) avait même attribué un ratio de 10/10 au Couloir aux Poules pour son calme et la beauté des pièces exposées.


Les salles Jouvenet et consorts

Si vous regarder un plan du 2ème étage autour de la cour carrée (réservé à la peinture française) vous constaterez qu’un quart de la zone d’exposition est fermée au public.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsDepuis juillet 2014 les travaux sont en cours. C’est quand même un peu long… On a eu le temps de repeindre les autres côtés du carré que les salles Jouvenet et consorts sont toujours closes.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsMais les travaux progressent… Notons qu’outre le fait de supprimer 25% des espaces d’exposition disponibles, ceci a pour effet de casser l’ordre chronologique de la visite. Vous passez de Philippe de Champaigne à Corot puis remontez le temps jusqu’à Mignard. Un jour, peut-être, ces salles rouvriront. J’y place le même espoir que l’invention du médicament pour traiter le rhume en six heures. Il faut être optimiste, je crains d’être naïf.Au Louvre, j'aime L'adoration des mages de Charles de La FosseMise à jour – La partie Nord de la cour carrée a ré-ouvert ses portes aux visiteurs.


Souvenirs

Je me souviens du Musée du Louvre… Vous avez cru que je mentais quand j’évoquais la Vénus en pastique mauve. Pas du tout. Elle existe vraiment, en mauve mais aussi en magenta, cyan, vert pomme et jaune pipi.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsLes musées, tous les musées font leur beurre sur la boutique de souvenirs, ne jouons pas les vierges effarouchées d’autant que vous trouvez à la librairie du Louvre de magnifiques livres d’art, mais j’inviterai le Louvre à se méfier car au lieu de faire la queue sans fin, le visiteur va finir par passer le portique, rentrer dans la boutique et ressortir acheter de la moutarde. Pour mémoire avant au Musée du Louvre la librairie vendait quelques souvenirs. Maintenant c’est la boutique de souvenirs qui vend quelques livres.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsLe Musée du Louvre sera alors devenu une marque, on reviendra de Paris avec un joli sac tatoué Le Louvre et une carte postale de Monna Lisa et l’affaire sera jouée. Je fais mine de râler, mais ce jour-là, j’aurais les salles rien que pour moi.Au Louvre, j'aime Parmigianino


Les records

Annuellement les chiffres du nombre de visiteurs au Louvre sont offerts en pâtures aux journalistes. On loue alors ce nombre croissant de touristes, leur diversité géographique, on se plaint du faible taux de français et du bien plus faible taux de franciliens.Au Louvre, j'aime Le représentant du publicEst-il possible de dire stop ? Le Louvre est un bâtiment limité par ses murs. Derrière cette lapalissade il s’agit de pointer la foule compacte, massive face aux limites de flux dans les salles et couloirs. Il y a aujourd’hui trop de visiteurs au Louvre. C’est insupportable. Six années de fréquentation mont permis de voir l’inflation gagner les salles et atteindre ces derniers temps des taux assez proches de ceux en vigueur dans les sardineries douarneneziennes.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsAucun ne peut alors profiter pleinement et agréablement de sa visite quant au niveau de la Pyramide il est pris dans un tumulte, dans une vague humaine jusqu’à la sortie. La volonté du Louvre est-elle de permettre une visite agréable ou juste d’avoir un petit bâton de plus dans la case des visiteurs à la fin de l’année ?Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsLa richesse de ses collections ne verra pas son prestige réduire si le nombre de visiteurs baissait.


Qui veut-on au Louvre ?

Quel visiteur souhaite le Louvre ? Au-delà des lamentations sur les faibles visites des français, est-ce vraiment ce visiteur que veut le Musée du Louvre ou vaut-il mieux un touriste qui payera chèrement le fait de manger mal dans le musée ?Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsVeut-on des visiteurs réguliers à même de râler contre les perpétuels travaux ou des gens de passage entre les Grands Magasins et le Musée d’Orsay, qui viennent ici parce que sur Trip Advisor il y a 5 étoiles ?Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsUn visiteur occasionnel se fiche que La Nef des Fous et de savoir ce qu’est devenue Le Parement de Narbonne. Un visiteur occasionnel n’ira jamais au deuxième étage de toute façon. Un visiteur occasionnel n’en a cure de la disparition de La jeune fille lisant une lettre. Un visiteur occasionnel veut voir La Joconde, la Vénus, la Victoire, la galerie et Le sacre. Un visiteur occasionnel se moque du Tableau du mois, il ne sera pas là le mois prochain. Un visiteur occasionnel se moquera de la fermeture des salles ; Le Big Five O’ Tour est toujours ouvert. J’ai peur de ma réponse.


SNCFisation

Le jour où j’ai croisé ces charmantes jeunes filles j’ai compris que le Musée du Louvre était devenu comme la SNCF. Un ancien fleuron, une ancienne fierté qui se contente de gérer du monde. On ne fait pas défiler devant eux la plaine beauceronne, on leur fait défiler des tableaux de l’École de Fontainebleau.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsOn n’accueille plus des visiteurs, on gère des flux de touristes et l’on place, face à la grogne de ces derniers, de jeunes filles sous-payées. Vous aimiez le train, la SNCF vous a fait adorer BlablaCar. Vous aimiez les primitifs flamands, le Musée du Louvre va vous faire adorer les impressionnistes français.Vue de la Seine avec la façade sud de la Grande Galerie du Louvre à Paris de Reiner NoomsHausse des billets, qualité de service moindre, matériel déplorable, promesse éternelle de mieux à venir, mais maintient d’un environnement quelconque, externalisation à outrance, fermeture des zones moins fréquentées. Attention monsieur Le Louvre, vous êtes sur la mauvaise pente.


Tu n’as pas tous les torts cher musée et je peux être de mauvaise foi. Toi-même pourrais me reprocher de ne pas aimer tes atouts qui font baver le monde entier, de toujours rechercher la petite bête qui se cache partout, de ne voir les choses qu’avec le spectre de l’esprit (est-ce de l’esprit) moqueur (n’est-ce pas trop facile), de rechercher à tout prix le bon mot.Au Louvre, j'aime Le représentant du publicMais avez-vous lu les écrivains qui parlent de peinture ? C’est parfaitement bien écrit mais c’est très ennuyeux. J’ai tenté de présenter les œuvres avec une pointe de sarcasme, d’humour, de dédramatiser, désacraliser LE PLUS GRAND MUSÉE FRANÇAIS (avec toutes les majuscules qui conviennent) pour montrer la beauté des collections loin des chemins balisés, pour montrer que l’on peut rire de l’art, pour montrer que les artistes sont les premiers à le faire, pour montrer qu’il faut y aller et accepter de se laisser gagner par ses propres sentiments. Un moment, une œuvre, n’importe laquelle viendra vous exploser le plexus et le pire, c’est que vous aimerez cela. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.


Et maintenant c’est les vacances !!! Retour le 05 août.


(*) Tu t’laisses aller, Charles Aznavour, album Les deux guitares.

(**) Le dictionnaire amoureux du Louvre de Pierre Rosemberg – 972 pages, éditions Plon.

(***) On me dit que le très sérieux Quiet & Art n’existerait pas et serait le fruit de mon imagination.


Mise à jour – Sept mois après ce billet, le Musée du Louvre inaugure l’exposition dite La plus grande exposition Vermeer du monde de la galaxie que sur ma mère t’as jamais vu ça. C’est affreux de constater que l’on a joué les Cassandre sans être écouté, mais c’est le rôle des Cassandre.09Vermeer plaît, le public veut voir Vermeer. Résultat le monde s’est présenté en masse face à un musée qui n’a pas imaginé l’affluence qu’une telle exposition pouvait engendrer. Nous ne parlons pas ici d’un musée des Beaux Arts de je-ne-sais-qu’elle sous-préfecture de province. Non, le Musée du Louvre qui fait des gorges chaudes sur son nombre de visiteurs, n’a pas envisagé un seul instant qu’il pourrait y avoir du monde. Nous parlons bien du musée d’art le plus visité au monde.06Mais pire que cela, dans une forme de déni, il continue à imposer un système de réservation des billets qui remonte à la période pré-minitel. Avec la garantie de l’entre-soi culturel qui vient à la rescousse du Musée du Louvre, puisque dans un article de Connaissances des arts intitulé Cinq solutions pour mieux visiter l’expo Vermeer au Louvre on peut lire : « vous rabattre vers l’exposition voisine consacrée à Valentin de Boulogne » Le foutage de gueule est généralisé.04Je vous passe les visiteurs arrivant à 11h, puisque le Musée du Louvre communique sur le fait d’arriver tôt, et recevant un billet pour l’exposition Vermeer à 17h… La billetterie en ligne qui a été suspendue. Des excuses de la part du Musée du Louvre ? Pas un mot, juste le besoin pour le public de faire preuve de compréhension.c5rk4kexmaajsg_Avoir écrit que le Musée du Louvre prenait les visiteurs pour des touristes et voir que cela est pleinement vrai ne me remplit d’aucune fierté, bien au contraire, j’aurais préféré être taxé de mauvaise foi et avoir tort. Mais au final le Musée du Louvre peut être ravi car on parle de lui :capture

07

Publicités

2 réflexions au sujet de « Le représentant du public au Musée du Louvre »

  1. micmackermorvan

    D’abord, on dit douarneniste, pas douarnenezien 😉
    D’accord avec vous sur tout, sur tous ces petits faits qui agacent vraiment. Pour une majorité d’entre eux, un minimum d’effort permettrait d’améliorer grandement la situation.
    Il faudrait lancer un blog « Au Louvre, je n’aime pas … » faisant appel aux contributions de visiteurs attentifs mais agacés.
    Bonnes vacances.

    J'aime

    Répondre
    1. Au Louvre j'aime Auteur de l’article

      Mais douarnenezien, cela permet de conserver l’intégralité du nom de la ville et puis ça fait tropézien, on imagine Brigitte Bardot marchant le long du Port-Rhu. Douarneniste, c’est juste mais triste.
      Je vous offre le nom « Au Louvre, je n’aime pas … » si l’envie vous tente de faire ce blog là, pour ma part j’y renonce. Ne pas aimer c’est trop facile et souvent bien plus drôle que d’avouer ce qui nous émeut. Avec objectivité je dois reconnaître que la somme de ces agacements est bien inférieure au plaisir que j’y trouve. Heureusement.

      J'aime

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s