Impressionner les imbéciles

Au Louvre, j’aime impressionner les imbéciles. Il ne s’agit pas d’un vœu personnel mais de la réponse de Louis Jouvet quand on lui demande pourquoi il porte sa Légion d’Honneur dans le film Entrée des artistes. Nous ne sommes pas passés loin de « La légion d’Honneur, c’est comme les hémorroïdes, n’ importe quel cul peut l’avoir. » de Jean Yanne que j’aime beaucoup mais n’ai pas osé comme titre du billet. Ou comment s’intéresser aux breloques que les hommes aiment s’accrocher sur le paletot et au goût des artistes pour les représenter.

Dominique-Jean Larrey, ancien chirurgien en chef de l'armée d’Égypte, futur baron d'Empire d'Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson

Dominique-Jean Larrey, ancien chirurgien en chef de l’armée d’Égypte, futur baron d’Empire d’Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson

Dans la nature les choses sont simples, c’est le lion avec la plus belle crinière qui est le chef. C’est le cerf avec les plus beaux bois qui choppe dans la forêt. C’est l’oiseau avec les plus belles plumes qui sert de la caille. Et tous les autres mâles ? Ils ferment leur gueule. Alors les hommes ont fait la même chose et ont décidé de mettre une couronne sur la tête de leur chef. Mais parallèlement à la mise en place du couvre-chef, tous ceux qui n’en avaient pas se sont mis à tourner autour en se poussant du col comme des mouches autour d’un étron.

Saint Louis, roi de France et un page de Domenico Theotocopoulos

Saint Louis, roi de France et un page de Domenico Theotocopoulos

Alors le chef a décidé de remercier ceux qui tournaient le mieux en distribuant des titres. C’est la force du chef de s’attacher des obligés à grand coup de titres. Et avec les titres on donna des privilèges associés : « Tu peux voir le roi sortir de son lit », « Tu peux voir le roi faire son caca », « Tu peux être autorisé à regarder le roi manger comme un cochon. » Pensez-vous que l’amour-propre aurait conduit les hommes à laisser le roi tout seul avec le ridicule des hochets secoués devant eux ? C’est du moins ce que font les animaux. Personne ne regarde le lion déféquer dans la savane. Mais l’Homme est plus évolué, alors que nenni ! Plus les privilèges étaient idiots et absurdes et plus les gens se pressaient pour en décrocher un.

Charles II d'Amboise d'Andrea di Bartolo

Charles II d’Amboise d’Andrea di Bartolo

Le comte Stanislas Félix Potocko et ses deux fils de Giovanni Battista Lampi

Le comte Stanislas Félix Potocko et ses deux fils de Giovanni Battista Lampi

Marquis de Marigny et sa femme de Louis-Michel Van Loo

Marquis de Marigny et sa femme de Louis-Michel Van Loo

On instaura donc des décorations pour reconnaître plus facilement toutes ces personnes méritantes et privilégiées. Il y eu des décorations pour les militaires, des décorations pour les curés, des décorations pour la noblesse, des décorations pour les protestants, des décorations pour les catholiques, des décorations pour les curés catholiques militaires d’ascendance noble. Tout le monde accourait pour recevoir sa babiole en courbant l’échine et en saluant bien bas.

Joseph-Marie Vien, peintre de Joseph Siffred Duplessis

Joseph-Marie Vien, peintre de Joseph Siffred Duplessis

Alof de Wignacourt de Michelangelo Merisi

Alof de Wignacourt de Michelangelo Merisi

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Galerie de vues de la Rome moderne de Giovanni Paolo Pannini

Je précise qu’il ne s’agit nullement de railler la royauté. Aujourd’hui, au XXIème siècle, il existe des personnes qui font jouer leur entregent pour un titre de « responsable des chasses présidentielles » ! Rappelons que l’Office National des Forêts gère à merveille la partie boisée de la France. Pourquoi ne pourrait-il gérer Chambord, Marly et Rambouillet ? Parce qu’il faut avoir des obligés, des vassaux à ses bottes. Sans vassal point de suzerain. Sans obligé point de maître.

Louis XVIII en uniforme, roi de France d'Achille Valois

Louis XVIII en uniforme, roi de France d’Achille Valois

L'empereur Napoléon Ier en costume de sacre de François Gérard

L’empereur Napoléon Ier en costume de sacre de François Gérard

Philippe-Balthazar Lenoir, collectionneur et ami de l'artiste en tenu d'officier de la garde nationale d'Horace Vernet

Philippe-Balthazar Lenoir, collectionneur et ami de l’artiste en tenu d’officier de la garde nationale d’Horace Vernet

Mais voilà 1789 et la nuit du 04 août où les parisiens préférèrent mettre à bas les privilèges plutôt que profiter de la chaleur estivale pour jouer à la bête à deux dos. Qu’un nouveau couillon se coiffe d’une couronne, fut-elle impériale cette fois, et les vieilles habitudes reprirent le dessus. C’est le principe géométrique de la révolution, ce qui est en haut se retrouve en bas … avant de remonter. Ce qui fut, n’est plus, avant d’être à nouveau. On garde le même principe mais on change le nom des choses. Le marketing avant l’heure. L’ordre de Saint Louis faisait trop vieillot, la mode était à l’Italie, piochons Legio dans le Littré et ajoutons Honneur car cela fait sérieux.

Le cardinal de Richelieu de Gian Lorenzo Bernini

Le cardinal de Richelieu de Gian Lorenzo Bernini

Le comte Narcisse-Achille de Salvandy de Paul Delaroche

Le comte Narcisse-Achille de Salvandy de Paul Delaroche

On pourrait croire qu’entre la mise en place de la Légion d’Honneur et la fin de période d’exposition des œuvres au Louvre (jusqu’à 1848) la fenêtre de tir est assez étroite pour trouver la décoration sur les plastrons. C’est oublier tous ces bourgeois fiers d’eux-mêmes et ces militaires qui agrémentent les galeries de peinture française avec leurs trognes pleines de suffisance. Rappelez-vous que la peinture française c’est principalement du marquis ou du commerçant fier de sa réussite. Autant dire du coussinet à médailles sur pattes.

Miniature représentant Napoléon Ier de Jean-Baptiste Augustin

Miniature représentant Napoléon Ier de Jean-Baptiste Augustin

Dominique-Vivant Denon, directeur général du musée Napoléon, administrateur des art de Pierre-Paul Prud'hon

Dominique-Vivant Denon, directeur général du musée Napoléon, administrateur des art de Pierre-Paul Prud’hon

Et pour parachever l’image de cette réussite, rien de tel que le ruban rouge qui saute bien aux yeux du visiteur sur les revers de veste, à moins qu’il ne s’agisse d’un bout de crevette chue lors d’un cocktail ? Mis à part les militaires qui ont toujours eu des tenues bariolée pour mieux servir de cible, le bourgeois porte, à cette période, des vestes sombres sur lesquelles la breloque carmin est encore plus visible. Vous ne pouvez pas la louper.

Jean-Baptiste Isabey, peintre de miniatures d'Horace Vernet

Jean-Baptiste Isabey, peintre de miniatures d’Horace Vernet

Josef Dwernicki, général de division polonais en exil de Jean Gigoux

Josef Dwernicki, général de division polonais en exil de Jean Gigoux

Charles Cordier, inspecteur de l'Enregistrement et des Domaines à Rome de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Charles Cordier, inspecteur de l’Enregistrement et des Domaines à Rome de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Antoine-Vincent Arnault, poète et auteur dramatique, cousin de la seconde épouse de l'artiste de Louis-Léopold Boilly

Antoine-Vincent Arnault, poète et auteur dramatique, cousin de la seconde épouse de l’artiste de Louis-Léopold Boilly

Le comte Mathieu-Louis Molé de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Le comte Mathieu-Louis Molé de Jean-Auguste-Dominique Ingres

L'entrée du théâtre de l'Ambigu-Comique à une représentation gratis de Louis-Léopold Boilly

L’entrée du théâtre de l’Ambigu-Comique à une représentation gratis de Louis-Léopold Boilly

Le chevalier de Nanteuil-Lanorville d'Amable-Louis-Claude Pagnest

Le chevalier de Nanteuil-Lanorville d’Amable-Louis-Claude Pagnest

Carlos de Beistegui, représenté devant deux tableaux de sa donation d'Ignacio Zuloaga

Carlos de Beistegui, représenté devant deux tableaux de sa donation d’Ignacio Zuloaga

Donc au Louvre vous avez des spots à Légion d’Honneur. Pour cela il faut chercher les artistes du XIXème français : un gros tas dans l’aile Denon au premier étage. Une touche dans l’aile Sully au deuxième étage et enfin le reste du bouquet se situe autour des appartements impériaux (Richelieu, premier étage). Autant tous ces messieurs auraient vendu père et mère pour recevoir la Toison d’Or, autant la peinture étrangère est assez peu réceptive à la Légion d’Honneur. Comment voulez-vous faire l’Europe avec des artistes cosmopolites qui ne savent pas reconnaître la grandeur et le mérite français ?

Grenadier de la garde de Nicolas Toussaint Charlet

Grenadier de la garde de Nicolas Toussaint Charlet

Joachim Murat, roi de Naples d'Antoine-Jean Gros

Joachim Murat, roi de Naples d’Antoine-Jean Gros

Le compositeur Luigi Cherubini et la Muse de la poésie lyrique de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Le compositeur Luigi Cherubini et la Muse de la poésie lyrique de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Le général Foy de Marie-Victoire Jacquotot

Le général Foy de Marie-Victoire Jacquotot

Ferdinand-Philippe-Louis-Charles-Henri de Bourbon-Orléans, duc d'Orléans de Jean-Auguste-Dominique Ingres

Ferdinand-Philippe-Louis-Charles-Henri de Bourbon-Orléans, duc d’Orléans de Jean-Auguste-Dominique Ingres

La Restauration n’imposa pas une nouvelle nuit du 04 août, je ne crois pas qu’elle ait encouragé fortement la copulation estivale non plus, alors on vit revenir l’Ordre de Saint Louis doublé de la Légion d’honneur. Cela permet de doubler le nombre d’obliger. Cela permet d’occuper le pan gauche des vestes et de maquiller au mieux les traces de gras et les trous des mites.

Napoléon Ier en costume de sacre de Claude Ramey

Napoléon Ier en costume de sacre de Claude Ramey

Buste du duc de Berry de la Manufacture de Sèvres

Buste du duc de Berry de la Manufacture de Sèvres

Le duc de Berry en costume de majorette d'Henri-Joseph Ruxthiel

Le duc de Berry en costume de majorette d’Henri-Joseph Ruxthiel

Louis-Philippe, roi des Français, la main posée sur la charte de 1830 de Gustave-Adolphe Chassevent

Louis-Philippe, roi des Français, la main posée sur la charte de 1830 de Gustave-Adolphe Chassevent

Ferdinand Philippe, duc d'Orléans de Jean-Jacques Pradier

Ferdinand Philippe, duc d’Orléans de Jean-Jacques Pradier

Louis-Philippe d'Adélaïde Ducluzeau

Louis-Philippe d’Adélaïde Ducluzeau

Au Louvre, j'aime...

Au Louvre, j’aime…

Au cinéma on appelle cela un faux-raccord, en peinture cela se nomme une davidade (non en fait ce n’est pas vrai mais j’aime bien l’idée d’appeler cela une davidade). Jacques-Louis David peint le sacre de Naboléon le 02 décembre 1804. Comment se fait-il que plusieurs gugusses arborent l’insigne de Grand-Aigle qui sera créé que l’année suivante ? Je propose trois réponses :
A) David est une quiche
B) David était tellement à la botte de l’Empereur qu’il aurait fait n’importe quoi pour plaire
C) Obi-Wan Kenobi

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Sacre de l’empereur Napoléon Ier et couronnement de l’impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804 de Jacques-Louis David

Depuis la création de l’ordre, un million de personnes a reçu la décoration. Je ne peux pas en citer cent. Un million de personnes ayant rendu des « mérites éminents » à la Nation ! Près de cent mille personnes vivantes sont membres de l’ordre, nous devons vivre dans un pays magnifique pour disposer de tant d’augustes personnes. Mais moi les Augustes je les préfère avec un nez plutôt qu’un ruban rouge, au moins nous sommes avertis dès le début. Rendez-vous compte cent mille personnes ayant rendu des mérites éminents, c’est formidable comme société.

Le général compte François Fournier-Sarlovèze d'Antoine-Jean Gros

Le général compte François Fournier-Sarlovèze d’Antoine-Jean Gros

Napoléon sur le champ de bataille d'Eylau d'Antoine-Jean Gros

Napoléon sur le champ de bataille d’Eylau d’Antoine-Jean Gros

A Berthier qui trouvait la Légion d’Honneur trop hochet  Naboléon répondit : « c’est avec des hochets que l’on mène les hommes. » Si même le taulier se moque… j’aurais tort de ne pas le faire. D’ailleurs il ne s’agit pas de railler l’institution mais plutôt la vanité des hommes. Et finissons à la française : en musique, avec Erik Satie pour qui « Il ne suffit pas de refuser la Légion d’Honneur; encore faut-il ne pas la mériter ! » Je vous assure que je fais tout pour. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.


Attention, malgré le petit ruban rouge, Marat n’a jamais été décoré de la Légion d’Honneur. David est mauvais mais il y a des limites.

Marat assassiné de Jacques-Louis David

Marat assassiné de Jacques-Louis David


Quant à ceux qui viennent au Musée du Louvre par les arcades du Palais Royal vous avez plusieurs boutiques pour vous mettre l’eau à la bouche.Au Louvre, j’aime impressionner les imbéciles

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s