Un coup du lapin

Au Louvre, j’aime quand c’est un coup du lapin. Ma recherche animalière dans les tableaux du Musée du Louvre va bien au-delà du Livre de la jungle. Aujourd’hui ce sera donc Lapinou, Pan-pan, Jeannot, Roger et autres qui vont passer à la casserole.

Histoire de David de Hans Sebald Beham

Histoire de David de Hans Sebald Beham

Voici bien un étrange animal, Il n’a ni la tendresse du chien, ni la puissance de l’ours, on ne lui prête pas la malice du singe ou l’endurance du chameau, c’est d’un commun le lapin. Passé cinq ans, il n’amuse plus vraiment les enfants mais excite les chasseurs. Cela court partout dans nos campagnes, ronge les jeunes arbres, creuse des galeries et se reproduit à n’en plus finir. Et en plus il porte un nom à la con dans le Roman de Renart : Conil. D’ailleurs ne cherchez pas l’étymologie de con elle vient du-dit conil.

Faïence - Albarello

Faïence – Albarello

Mais précisons qu’entre lièvre et lapin je ne ferai pas de différence dans ce billet. La longueur des pattes et des oreilles n’est pas un critère en art. D’autant que je ne vois pas pourquoi le lièvre serait royal et le lapin à la moutarde. Imaginez que je vous commande une peinture de moi au retour de la chasse façon Tartarin de Normandie, vous n’aurez pas, modeste peintre, le moyen de vous acheter une douzaine de carcasses de lièvres pour la pose, alors que du lapin c’est plus probable. Donc vous achèterez un lapin dont vous prolongerez les extrémités et que vous me vendrez comme du lièvre. Il est hors de question que je cautionne cette escroquerie, donc je parlerai de façon générique de lapin dans ce billet. Je suis coutumier du fait, je l’avais déjà fait avec le chameau.

Lapin mort et attirail de chasse de Jean-Siméon Chardin

Lapin mort et attirail de chasse de Jean-Siméon Chardin

Lièvre mort avec poire à poudre et gibecière Jean-Siméon Chardin

Lièvre mort avec poire à poudre et gibecière Jean-Siméon Chardin

Ce billet est aussi l’occasion de tordre le cou aux critiques qui me sont adressées sur mon ignorance des symboles et de leurs interprétations. Permettez que je vous démontre combien cette science prête à sourire. Le Lièvre serait agilité et ruse, là où le lapin ne serait que sexualité débridée. C’est la raison pour laquelle Jan van Eyck raille le chancelier Rolin et sa sexualité débridée dans son portrait. Les petits lapins sont alors écrasés sous la colonne :

Le chancelier Rolin en prière devant la Vierge, dit La vierge du chancelier Rolin de Jan van Eyck

Le chancelier Rolin en prière devant la Vierge, dit La vierge du chancelier Rolin de Jan van Eyck

Coffre

Coffre

Coupe à figures rouges

Coupe à figures rouges

JJe conserve donc le symbole du lapin coquin et je me déplace de quelques salles. Même animal, même symbole. Par contre je conçois assez mal pourquoi Marie est représentée en train de caresser un petit lapin. Quel avertissement Tiziano Vecellio souhaite-t-il adresser ? Quel évangile apocryphe n’ai-je pas lu ?

La vierge à l'enfant avec sainte Catherine et un berger, dite La vierge au Lapin de Tiziano Vecellio

La vierge à l’enfant avec sainte Catherine et un berger, dite La vierge au Lapin de Tiziano Vecellio

Et déjà je pars dans des explications farfelues, des conclusions théologiques de hautes volées. C’est que je n’ai pas trouvé un fil directeur très clair à vous proposer. Suivre le lapin au Musée du Louvre, c’est être comme celui d’Alice, toujours en retard d’une interprétation. Si je remonte aux temps anciens les égyptiens déifiaient n’importe quoi, du crocodile au scarabée, tout ce qui avait plumes, poils ou écailles se retrouvait un jour ou l’autre à personnifier un dieu. Tout, sauf … le lapin.

Sarcophage d'ibis

Sarcophage d’ibis

Les grecs et les romains, pourtant assez prolixes pour poser avec leur petite queue, ne nous ont laissé que des légendes sur Diane qui raffolait du sang de lièvre, mais étrangement muets en représentation lapinesques. Le cul-blanc ne remonterait pas à la plus haute antiquité ?

Intérieur d'une église

Intérieur d’une église

Lièvres

Lièvres

Aryballe en forme de lièvre

Aryballe en forme de lièvre

La première véritable surprise se trouve dans la foisonnante représentation de lièvres et de lapins dans l’iconographie des arts de l’Islam. Les chauds déserts d’Arabie ne sont pas l’endroit où l’on place de prime abord un lapin et pourtant. Pour faciliter à la démocratisation de l’image du lapin dans cette sphère d’influence, la métamorphose d’Ali, descendant du prophète en lièvre, symbole du fils sacrifié, a beaucoup aidé.

Au Louvre, j'aime un coup du lapin

Au Louvre, j’aime un coup du lapin

Deux plats de reliure

Deux plats de reliure

Carreau aux oiseaux

Carreau aux oiseaux

Pyxide au nom d'al-Mughira

Pyxide au nom d’al-Mughira

Tout le Moyen Âge et la Renaissance se déroulent avec des lapins gambadant dans les forêts giboyeuses, dans les assiettes et sur les teintures. C’est une période sérieuse où les artistes ont autre chose à faire que glandouiller dans les cuisines des dames. C’est une période sérieuse où les chasseurs n’ont pas la vanité de poser avec leurs prises.

La résurrection du Christ

La résurrection du Christ

Paysage allégorique ; au reves portrait d'homme de Marco Marziale

Paysage allégorique ; au reves portrait d’homme de Marco Marziale

Repas de chasseurs

Repas de chasseurs

Sarcophage avec une chasse au lion

Sarcophage avec une chasse au lion

Les chasses de Maximilien - Le mois de mars (signe du Bélier)

Les chasses de Maximilien – Le mois de mars (signe du Bélier)

Plaque « Souvenir de Rosny » de la Manufacture de Sèvres

L'entrée des animaux dans l'arche de Noé de Jacopo del Ponte

L’entrée des animaux dans l’arche de Noé de Jacopo del Ponte

L’offrande du cœur

La vie champêtre, dit aussi La fileuse, ou Le premier age : Eve filant et Adam la bourrant de Domenico Fetti

La vie champêtre, dit aussi La fileuse, ou Le premier age : Eve filant et Adam la bourrant de Domenico Fetti

Les chasses de Maximilien - Le mois de mars (signe du Bélier)

Les chasses de Maximilien – Le mois de mars (signe du Bélier)

Vases de fleurs et fruits dans un paysage d'Andrea Belvedere

Vases de fleurs et fruits dans un paysage d’Andrea Belvedere

Saint Jérôme dans le désert de Jaochim Patinir

Saint Jérôme dans le désert de Jaochim Patinir

Scène allégorique

Scène allégorique

La Terre ou Le Paradis de Jan Brueghel

La Terre ou Le Paradis de Jan Brueghel

L'entrée des animaux dans l'arche de Noé de Jacopo del Ponte

L’entrée des animaux dans l’arche de Noé de Jacopo del Ponte

Suzanne et les vieillards de Domenico Guidobono

Suzanne et les vieillards de Domenico Guidobono

Et l’on s’étonnera que le lapin, figure des Fables soient omis sur le socle de Pierre Julien rendant hommage au fabuliste de Château-Thierry. Mais voici déjà le temps du bourgeois.

Jean de La Fontaine de Pierre Julien

Jean de La Fontaine de Pierre Julien

Attention petit lapin, la peinture se démocratise. Si le roi est représenté en train de chasser le cerf, le bourgeois va vouloir sa bobine à côté de ses prises automnales.

Portrait d'homme en chasseur d'Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson

Portrait d’homme en chasseur d’Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson

Mosaïque des Saisons

Mosaïque des Saisons

Nature morte aux homards d'Eugène Delacroix

Nature morte aux homards d’Eugène Delacroix

Le général grec Philopoemen reconnu par ses hôtes de Petrus Paulus Rubens

Le général grec Philopoemen reconnu par ses hôtes de Petrus Paulus Rubens

Le repos de la déesse Diane chasseresse de Jacob Jordaens

Le repos de la déesse Diane chasseresse de Jacob Jordaens

Buffet d’Auguste-Émile Ringuet-Leprince

Buffet d’Auguste-Émile Ringuet-Leprince

Le marchand de gibier, dit Le rôtisseur de Willem van Mieris

Le marchand de gibier, dit Le rôtisseur de Willem van Mieris

Nature morte (lièvre, canard, bouteilles, pain, fromage) de Jean-Baptiste Oudry

Nature morte (lièvre, canard, bouteilles, pain, fromage) de Jean-Baptiste Oudry

Repas de chasse de François Boucher

Repas de chasse de François Boucher

Diane sortant du bain de François Boucher

Diane sortant du bain de François Boucher

Nature morte, gibier de Jan Weenix

Nature morte, gibier de Jan Weenix

Le Christ chassant les marchands du Temple de Giovanni Benedetto Castiglione

Le Christ chassant les marchands du Temple de Giovanni Benedetto Castiglione

Le lapin traîne avec lui une image de péquenot. Les seigneurs se réservaient le gros gibier mais permettaient à leurs gens de traquer le lapin, de colleter le lièvre, de farcir de plomb le garenne, véritables terreurs des cultures. Chassé ou braconné, toute la population peut manger du lapin. Cela se pèle facilement, enfin toujours plus facilement qu’un cerf. Et comme nous sommes dans un musée français qui n’oublie pas ses traditions culinaires, alors le lapin passe du fond de la casserole à celui de l’assiette.

Plat à décor, dit cuerda seca

Plat à décor, dit cuerda seca

Grand couvre-plat évoquant la chasse

Grand couvre-plat évoquant la chasse

Halte de chasse de Charles-André Vanloo

Halte de chasse de Charles-André Vanloo

Lion dévorant un lapin d'Eugène Delacroix

Lion dévorant un lapin d’Eugène Delacroix

Lièvre courant

Lièvre courant

Jaguar dévorant un lièvre d'Antoine-Louis Barye

Jaguar dévorant un lièvre d’Antoine-Louis Barye

Il faudra attendre l’Empire pour que le lustre des uniformes redonne un peu de noblesse au lapin. Car très souvent, la blanche hermine n’est que fourrure de lapin.

Le comte Narcisse-Achille de Salvandy de Paul Delaroche

Le comte Narcisse-Achille de Salvandy de Paul Delaroche

Pour moi les plus beaux lapins du musée sont l’œuvre du plus grand sculpteur animalier : Antoine-Louis Barye. Je vous conseille particulièrement les trois phases de construction d’un bronze de jaguar dévorant un lièvre. C’est le meilleur didacticiel sur la fonderie.

Lièvre assis d'Antoine-Louis Barye

Lièvre assis d’Antoine-Louis Barye

Jaguar dévorant un lièvre d'Antoine-Louis Barye

Jaguar dévorant un lièvre d’Antoine-Louis Barye

Par contre, dernier conseil, vous mangez tous les lapins que vous voulez, mais jamais, au grand jamais on ne donne les os aux chiens, c’est des coups à les tuer. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.

La Madeleine aux pieds du Christ de Pierre Subleyras

La Madeleine aux pieds du Christ de Pierre Subleyras


Sur le thème du lapin au Musée du Louvre :

Fragment de bord d'assiette

Fragment de bord d’assiette

Salle du manège

Préparation des offrandes

Relief du Satyre chasseur

Bassin du sultan al-'Adil II

Bassin du sultan al-‘Adil II

L’offrande du cœur

Chope à décor animalier

Chope à décor animalier

Pavement de l'église Saint-Christophe - Qabr-Hiram (Liban)

Pavement de l’église Saint-Christophe – Qabr-Hiram (Liban)

Mars et Vénus, dit Le Parnasse d'Andrea Mantegna

Mars et Vénus, dit Le Parnasse d’Andrea Mantegna

La nymphe de Fontainebleau de Benvenuto Cellini

La nymphe de Fontainebleau de Benvenuto Cellini

Amphore à col – Sur épaule : chien chassant un lièvre

Vase dit « nubiens »

Bol au lièvre et palmettes

Olifant

Deux chasseurs nus, d’après une gravure de Maître de IB à l’oiseau de Giacomo di Paoluccio

Coffret

Bénitier, atelier Alberghetti

Salle du manège

Le sommeil de la déesse Diane de Jan Thomas van Yperen

Fond de plat au lièvre

Étoile et croix de revêtement

Le génie de Castiglione de Giovanni Benedetto Castiglione

Décor de vêtements : chasseurs et guerrier au galop

Bol au lièvre

Amphore à col – Homme à tête de lièvre courant

Coffret

Coupelle au lièvre et au lion

Grande coupe à pied supportée par des lions

Au Louvre, j'aime les lapins

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s