Longinus

Au Louvre, j’aime Longinus ou Saint-Longin-le-Centurion. Le déluge, Marie, Joseph, les bergers, la crucifixion, le martyr des saints, Saint Sébastien, saint Étienne… dans ma représentation artistico-visuelle de la Bible au Musée du Louvre, je ne pouvais rester silencieux sur ce grand dadais. Longinus ou l’art de la récupération, le pardon poussé à son paroxysme. La preuve que derrière chaque bourreau il y a un petit cœur qui bat. Pensez-y pendant que vous vous faites torturer.

Le couronnement d'épines de Tiziano Vecellio

Le couronnement d’épines de Tiziano Vecellio

– Allo, la ville de Mantoue ?… Ici la SPO !
– Laspeau ? Je vois pas.
– Non la S-P-O, Saint-Patron’s Organisation.
– Ah, la SPO !
– Oui, la SPO. Vous nous avez adressé une demande de saint patron supplémentaire.
– Oui, nous avons déjà Anselme mais cela ne motive pas beaucoup les foules alors on s’est dit un autre saint patron cela pourrait faire bouger la jeunesse, hyper la ville. On dirait à Mantoue ils ont un duc, mais ils ont surtout un second super saint patron…
– Donc après délibération et selon l’article 42 alinéa 3 du règlement intérieur de la SPO, nous avons le plaisir de vous annoncer que nous venons de placer Mantoue sous le double patronage de saint Anselme et de Longinus, ou Longin-le-centurion, si vous préférez.
– Longin… Ah… C’est que…
– Sans plus d’enthousiasme de votre part, je vous rappelle que la SPO, sur les bases des articles 412, 417 et 523 révisé 617, est en droit de vous retirer ce nouveau patronage et de révoquer l’ancien.
– Non, non, on va le garder, on voyait plus Pierre, Paul ou Jacques. Mais il faut se faire à l’idée de Longin, c’est tout.
– Je préfère ça… Donc merci de nous adresser une enveloppe timbrée à vos nom et adresse afin que nous vous transférions le titre de cession ainsi que les règles d’utilisation du saint patron pour tout ce qui concerne produits dérivés, accessoires, pâtisseries, merchandising, etc.
– Pourriez-vous m’adresser aussi un formulaire pour demander un autre saint patron ?… Comme on dit par chez nous, jamais deux sans trois.

La déception de l’édile mantouan est à la hauteur du personnage. Longinus, c’est un peu jouer de mal chance que tirer ce numéro-là à la grande loterie des saints patrons. On peut accepter que la SPO vous attribue un militaire romain en guise de saint patron, Sébastien, Martin, Maurice sont là pour ça, mais Longinus ! Franchement Longinus ?! C’est la loose totale. Pourquoi pas Judas ou Satan ? Mais au fait, pardon, je pars bille en tête avec la certitude que Longinus cela vous parle alors qu’à voir vos mines, je sens comme un doute. Je vais reprendre.

La passion du Christ de Frans Francken

La passion du Christ de Frans Francken

Nous sommes en 24 après JC en Cappadoce, au bureau de recrutement local de l’armée romaine. Les nouvelles recrues font rouler les muscles sous la tunique en attendant de s’astiquer le pilum. Déjà certains se voient à Rome, d’autres rêvent des conquêtes et des femmes goths, certains redoutent les camps à proximité d’un village d’irrésistibles gaulois. Dans le lot, Longinus lui se verrait bien tranquille à tenir la barrière du poste frontière. Il est rentré ici pour la solde, il sait qu’il a dix ans à tirer, après il achètera quelques arpents de terre pour faire pousser des navets.

A force de formations, d’exercices, d’entraînements, et de formations, d’exercices, d’entraînements, et de formations, d’exercices, d’entraînements, Longinus obtient le grade de centurion et pour ses deux dernières années de service il est envoyé dans les faubourgs de Jérusalem pour faire régner l’ordre dans les quartiers à coup de flashum ballum et autres taeseris.

Bref notre Longinus est tranquille, peinard, ne demande rien à personne, de temps en temps il choppe un jeune qui fait le con en taggant « Dieu est amour » ou des poissons sur les murs mais ça s’arrête là. Une remontrance, une prière à Mars et ça repart. Autour de la Pâques 33 il reçoit un message du Gouverneur local : « Salut mon Longinus, peux-tu ranger ton bardas car j’ai prévu de faire planter trois croix sur le Golgotha. Comme cela risque de chauffer un peu, merci de t’assurer que ta centurie fera le nécessaire (pour info il y a des gaz lacrymogènes à venir chercher à l’office). Tu me fais ça proprement et que ça ne dure pas des heures, le lendemain j’ai un brunch. Bisous, bisous. P. Pilate. »

La crucifixion de Pedro Campana

La crucifixion de Pedro Campana

Et voilà mon Longinus qui voit arriver un certain Jésus avec sa croix mais sans sa bannière. A sa suite il a une armée de pleureuses. Selon les bases de l’enseignement militaire romain (enseignement militaire, voici la plus belle définition de l’oxymore) Longinus opère :
1) Sécurisage du périmètre ;
2) Evitation des échauffourées ;
3) Abrévagiation du suppliçage.

Les mystères de la Passion du Christ d'Antonio Campi

Les mystères de la Passion du Christ d’Antonio Campi

C’est le problème de l’enseignement militaire ! Les fautes de frappes y sont rarement faites à l’écrit. En effet Longinus c’est le monsieur qui après l’accrochage de Jésus (dans un musée on devrait même pouvoir dire vernissage de Jésus) a dû écouter sa complainte pendant des heures et des heures : « Pardonnez-leur mon père…. Pardonnez-leur mon père… Pardonnez-leur mon père… Pardonnez-leur mon père… » Jusqu’au moment où trouvant que sa solde ne méritait pas d’avoir à supporter cela il vint planter son pilum dans le flanc du Christ. Les meilleures choses ayant une fin.

La crucifixion de Pedro Campana

La crucifixion de Pedro Campana

Alors là vous vous dites que je raconte de façon absolument affreuse et que ce résumé doit me conduire directement aux enfers des enfers. Dans La Légende dorée, Jacques de Voragine, que l’on peut difficilement taxé de gros comique, décrit Longinus comme un soldat aveugle guéri de sa cécité par le sang du Christ giclant à gros bouillon sur sa face. Donc Longinus sur le Golgotha c’est un mec en train de taper dans un Jésus-piñata avec sa lance, selon Jaquot ! Vous trouvez qu’il raconte mieux que moi ? Franchement vous croyez que l’armée romaine embauchait des soldats aveugles ? Et après c’est moi qui raconte des bêtises…

La crucifixion de Niccolo di Liberatore

La crucifixion de Niccolo di Liberatore

La crucifixion de Lorenzo Monaco

La crucifixion de Lorenzo Monaco

La crucifixion de Lippo Memmi

La crucifixion de Lippo Memmi

Une fois la vue retrouvée, Longinus serait rentré en Cappadoce pour faire le martyr. Comment s’est déroulé sa rupture de contrat avec l’armée romaine, là-dessus La Légende dorée se permet de prendre ses aises et de laisser planer les questions sans y apporter la moindre réponse. Longinus a-t-il pu conserver sa mutuelle ? A-t-il pu mettre sur un Plan d’Épargne Retraite les congés non-posés ? A-t-il dû faire les trois mois de préavis ? Pour faire le con à siroter des mojitos, Voragine ce n’était certainement pas le dernier mais dès qu’il s’agissait de fournir des réponses il n’y avait plus personne. Et l’hépatite, quelqu’un a pensé à ces flots de sang déversés sur le public, c’est immonde.

La crucifixion de Bartolomeo Bulgarini

La crucifixion de Bartolomeo Bulgarini

La crucifixion de Lippo Memmi

La crucifixion de Lippo Memmi

Donc en Cappadoce, Longinus fait rien qu’à faire le martyr, comprendre foutre le bordel dans le seul but de se faire tuer et de crier au moment du supplice que son Église est victime de l’impérialisme romain. Résultat, le gouverneur local, garant de l’ordre et taquin le fait arrêter et commence par lui trancher la langue. Malgré cela Longinus peut continuer à parler. J’opte pour la possibilité que Longinus ait été ventriloque dans une précédente vie. Comme il ne veut se taire, le gouverneur lui fit trancher la tête et là on ne l’entend plus. La ventriloquie a ses limites. Tout ça pour être fêté le 15 mars, il y a vraiment des gens prêts à tout.

Les mystères de la Passion du Christ d'Antonio Campi

Les mystères de la Passion du Christ d’Antonio Campi

Et notre Longinus dans les arts, au Musée du Louvre ? Il est très simple et facile de le reconnaître : Il porte un casque et une lance et généralement sa tenue est rouge, comme la couleur du sang christique, vous voyez le clin d’œil ? Bon au-delà du clin d’œil, le centurion portait une tenue rouge, revêtue d’une lorica squamata avec cape rouge et plumet rouge sur le crâne, donc les artistes ne se sont pas foulés des masses non plus.

La crucifixion de Bartolomeo Bulgarini

La crucifixion de Bartolomeo Bulgarini

L'adoration des bergers entre saint Longin et saint Jean l'Evangéliste de Giulio Pippi

L’adoration des bergers entre saint Longin et saint Jean l’Evangéliste de Giulio Pippi

La crucifixion de Lorenzo Monaco

La crucifixion de Lorenzo Monaco

La vierge de la Victoire d'Andréa Mantegna

La vierge de la Victoire d’Andréa Mantegna

D’un autre côté quand les artistes se foulent pour représenter Longinus cela vire à la propagande. Sur un certain nombre de tableaux Longinus porte clairement un turban de soldat ottoman, genre Un bon soldat romain n’aurait pas pu faire ça ! Mais un maure… D’un autre côté cela serait le premier musulman canonisé. Cela me fait rire qu’un mec qui ne puisse pas manger de cochon puisse manger le corps du Christ, voir se servir directement sur la bête.

La crucifixion d'Andrea di Bartolo

La crucifixion d’Andrea di Bartolo

Le calvaire de Karel Dujardin

Le calvaire de Karel Dujardin

Notons aussi que plus nous nous éloignons dans le temps de la piñata party du Golgotha et plus le toucher de Longinus se fait net et précis. Au début il tranche des escalopes ou de la poitrine, par la suite cela se limite à une incision claire, nette et franche. On perd en impressionnant là où nous gagnions en technique chirurgicale.

Le retable de saint Denis d'Henri Bellechose

Le retable de saint Denis d’Henri Bellechose

Le calvaire avec un moine chartreux de Jean de Beaumetz

Le calvaire avec un moine chartreux de Jean de Beaumetz

Le calvaire avec saint François d'Assise et le jeune saint Guy de Francesco di Vannuccio

Le calvaire avec saint François d’Assise et le jeune saint Guy de Francesco di Vannuccio

Le Christ mort soutenu par deux anges

Le Christ mort soutenu par deux anges

Le retable de Boulbon

Le retable de Boulbon

Christ mort de Juan Ron

Christ mort de Juan Ron

Le Christ en croix de Maître de l'Annonciation ou Barthélemy d'Eyck

Le Christ en croix de Maître de l’Annonciation ou Barthélemy d’Eyck

La déposition du Christ de Jusepe de Ribera

La déposition du Christ de Jusepe de Ribera

Par contre il est étonnant de voir la représentation du pilum, la lance. En effet les recherches nous permettent de déterminer qu’un manche de pilum mesurait autour d’un mètre cinquante, surmonté d’une pique en fer d’un mètre. Cela nous fait du deux mètres cinquante pour les plus grands. Quand vous regardez les représentations de Longinus, il est parfois équiper d’une lance semblable à celle des piquiers de tercios espagnols. Du pilum de trois, quatre mètres. Imaginez-vous avec un tel engin, tenter de faire une incision, cela tremble, le geste est moins sûr et d’un seul coup on découpe la moitié du flanc. Surtout que parfois on monte Longinus sur un cheval. Centurion, cavalier, les représentations de la Bible sont une insulte à la catégorisation des militaires romains.

La crucifixion d'Andrea di Bartolo

La crucifixion d’Andrea di Bartolo

La crucifixion de Giotto di Bondone

La crucifixion de Giotto di Bondone

La crucifixion

La crucifixion

La crucifixion de Léonard Limosin

La crucifixion de Léonard Limosin

Retable de la passion et de l'enfance du Christ

Retable de la passion et de l’enfance du Christ

Ce qui est surprenant avec Longinus c’est qu’en regardant mieux les artistes qui le représentent, ils sont presque tous italiens. A croire que la mode du centurion n’a que très rarement pris hors le Latium. Et quand vous le trouvez sur des tableaux nord-européens vous pouvez être certains qu’il s’agit de Bamboccianti ou de Bentvueghels venus piqué les meilleures recettes italiennes pour les assaisonner à la flamande. Puis le temps va passer et Longinus va s’effacer sur les tableaux de crucifixion au profil d’un affichage plus christique genre maman et un poto. Il en va ainsi des modes.

Le calvaire de Giovanni Bellini

Le calvaire de Giovanni Bellini

N’oublions pas non plus que sans Longinus et ses collègues romains, personne ne se souviendrait de Thomas, dont la fonction biblique est quand même de rentrer ses doigts dans des trous pleins de sang. WTF !

L'incrédulité de saint Thomas de Francesco de'Rossi

L’incrédulité de saint Thomas de Francesco de’Rossi

Une mode qui fait florès autour de Longinus concerne sa lance. La fameuse lance ! Alors comme je préfère l’homme plutôt que la machine je ne m’attarderai pas trop sur cette lance et toute la mythologie qui accompagne l’objet qui pourrait se résumer ainsi : « La possession de la lance assure à son propriétaire victoires militaires et succès auprès des meufs. » Monsieur René Durant a perdu la lance, la semaine suivante il était couvert de pustules. En 1923 Marcel Dupont découvre la lance dans son jardin et retrouve immédiatement, à son contact, toute sa virilité. En 1544, Amédée Hasta fait tomber la lance et aussitôt il est frappé de paralysie. Merci d’envoyer ce texte à vingt personnes, si vous ne le faites pas les pouvoirs de la lance vous terrasseront.

Saint Michel terrassant le démon, dit Le grand saint Michel de Raffaello Santi

Saint Michel terrassant le démon, dit Le grand saint Michel de Raffaello Santi

Bataille héroïque de Salvator Rosa

Bataille héroïque de Salvator Rosa

Le portement de la crois de Niccolo di Liberatore

Le portement de la crois de Niccolo di Liberatore

La crucifixion d'Andrea Mantegna

La crucifixion d’Andrea Mantegna

Les légendes autour de la lance sont nombreuses. Il faut aussi avouer que le temps s’est chargé de doter Longinus  d’un pilum particulier, un pilum de compétition : un pilum-couteau-suisse-multi-lames. Car on trouve : une Sainte Lance à Jérusalem, un fragment à Paris, une lance à Saint-Pierre de Rome, une autre à Beyrouth, une Sainte Lance d’Etchmiadzin, une autre de Smyrne, encore une autre à Cracovie et la Sainte Lance du Saint-Empire romain germanique, c’est cadeau, cela me fait plaisir.

La crucifixion de Maître de 1333

La crucifixion de Maître de 1333

Longinus n’a pas transpercé le flanc de Jésus avec une lance mais avec dix ! Autant je suis sceptique sur la multiplication des pains, autant je tire mon chapeau à l’Église pour la multiplication des lances ou des tuniques. On crèvera peut-être de faim avec l’Église mais on aura toujours de quoi découper son voisin pour l’amour de Dieu. Et si vous ne me croyez pas, venez voir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s