Archives du mot-clé Aelbrecht Cuyp

La Nef des fous

Au Louvre, j’aime La Nef des fous de Jérôme Bosch. Non, je déconne. Je n’aime pas, j’adore, je surkiffe, je me pâme devant La Nef des fous, en particulier et tous les tableaux de Jérôme Bosch en général. Je peux être dans les salles d’Océanie et traverser tout le musée simplement pour venir l’admirer. J’ai mangé mon pain noir pendant des mois, des années devant sa place presque vide, maintenant j’en profite. J’ai comme cela quelques œuvres qui font que malgré tous ses défauts (et ils sont nombreux) j’aime le musée du Louvre. Et La Nef des fous est de ce sérail-là. La Nef des fous, le Radeau de la Méduse, le Naufrage de Dom Juan, il faudra un jour que je me penche sur mon goût et ma fascination morbide pour les œuvres de perdition aquatique.

Allégorie de la gourmandise, dite La Nef des fous de Jérôme Bosch

Allégorie de la gourmandise, dite La Nef des fous de Jérôme Bosch

Lire la suite

Publicités

Lâchez les chiens

Au Louvre, j’aime quand vous lâchez les chiens. Certains traquent les représentations du chat au Musée du Louvre. Il suffit de plonger son regard dans le fond des tableaux pour constater l’oiseau terrorisé par le matou qui rôde autour de sa cage et s’y refuser. Certains traquent le sein, les saints ou les dessins. Mais pour celui qui cherche la petite bête, au Louvre, ce n’est pas le matou qu’il convient de traquer mais le chien, le Musée du Louvre dispose d’un chenil de belle composition et même de sa propre légende autour de l’animal.

Œdipe enfant rappelé à la vie par le berger Phrobas qui l'a détaché de l'arbre d'Antoine-Denis Chaudet

Œdipe enfant rappelé à la vie par le berger Phrobas qui l’a détaché de l’arbre d’Antoine-Denis Chaudet

Lire la suite