Archives du mot-clé François Gérard

Né à Rome en 1770 et mort à Paris en 1837. Peintre d’histoire, portraitiste et illustrateur néo-classique français.

Impressionner les imbéciles

Au Louvre, j’aime impressionner les imbéciles. Il ne s’agit pas d’un vœu personnel mais de la réponse de Louis Jouvet quand on lui demande pourquoi il porte sa Légion d’Honneur dans le film Entrée des artistes. Nous ne sommes pas passés loin de « La légion d’Honneur, c’est comme les hémorroïdes, n’ importe quel cul peut l’avoir. » de Jean Yanne que j’aime beaucoup mais n’ai pas osé comme titre du billet. Ou comment s’intéresser aux breloques que les hommes aiment s’accrocher sur le paletot et au goût des artistes pour les représenter.

Dominique-Jean Larrey, ancien chirurgien en chef de l'armée d’Égypte, futur baron d'Empire d'Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson

Dominique-Jean Larrey, ancien chirurgien en chef de l’armée d’Égypte, futur baron d’Empire d’Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson

Lire la suite

Publicités

Lâchez les chiens

Au Louvre, j’aime quand vous lâchez les chiens. Certains traquent les représentations du chat au Musée du Louvre. Il suffit de plonger son regard dans le fond des tableaux pour constater l’oiseau terrorisé par le matou qui rôde autour de sa cage et s’y refuser. Certains traquent le sein, les saints ou les dessins. Mais pour celui qui cherche la petite bête, au Louvre, ce n’est pas le matou qu’il convient de traquer mais le chien, le Musée du Louvre dispose d’un chenil de belle composition et même de sa propre légende autour de l’animal.

Œdipe enfant rappelé à la vie par le berger Phrobas qui l'a détaché de l'arbre d'Antoine-Denis Chaudet

Œdipe enfant rappelé à la vie par le berger Phrobas qui l’a détaché de l’arbre d’Antoine-Denis Chaudet

Lire la suite

Pied de nez

Au Louvre, j’aime le pied de nez. Le pied de nez c’est toujours mieux que la queue de poisson. Le pied ayant déjà était traité de l’extérieur au travers de l’article sur les chaussettes, j’ai eu envie de vous pousser à regarder plus loin que le bout de votre nez, parce que c’est une chance énorme, au Musée du Louvre, de pouvoir s’approcher si près des œuvres, pouvoir presque coller son nez dessus. Arriver à pouvoir saisir un tel niveau de détails. Même si à la fin cela fait loucher.

Portrait de Dominique-Jean Larrey, ancien chirurgien en chef de l'armée d'Egypte, futur baron d'Empire d'Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson

Portrait de Dominique-Jean Larrey, ancien chirurgien en chef de l’armée d’Égypte, futur baron d’Empire d’Anne-Louis Girodet de Roussy-Trioson

Lire la suite

Sales gosses

Au Louvre, j’aime les sales gosses. Il s’agit là de la figure de style introductive des billets, car en réalité je déteste les enfants, je trouve cela inutile, mal élevé, vulgaire et idiot… sauf les miens bien entendu qui sont le contraire de tout cela. Et il faut dire qu’au Musée du Louvre il n’y a que des sales gosses, aussi bien sur les murs que dans les salles. D’ailleurs cela donne envie d’en accrocher, scotcher, étaler quelques-uns présents dans les salles directement sur les murs.

Le jeune dessinateur de Jean-Siméon Chardin

Le jeune dessinateur de Jean-Siméon Chardin

Lire la suite

Saint des seins

Au Louvre, j’aime déterminer le saint des seins. Parce que j’ai été mis au défi, dans un commentaire, de traiter du sein dans sa représentation louvresque, j’ai arpenté les salles du musée, tel un pervers, ne cherchant que l’aréole, le téton ou le nichon échappé de l’échancrure des corsages. Faut arrêter, chers lecteurs, les demandes saugrenues, je passe pour quoi, moi ? D’autant que pour ne rien vous cacher, du sein au Musée du Louvre, il y en a… beaucoup et d’ailleurs le Louvre les cache très peu. J’avertis le lecteur que si de pareils objets leurs faisaient venir de coupables pensées, qu’ils traversent la rue pour aller couvrir, sur les planches du Français, ce sein qu’ils ne sauraient voir.

Les curieuses de Jean-Honoré Fragonard

Les curieuses de Jean-Honoré Fragonard

Lire la suite

Envie de baiser(s) ?

Au Louvre, j’aime avoir une envie de baiser(s). Maintenant que je sais combien ce blog, et moi-même, sommes inutiles, navrant et racoleurs, je cesse de mettre les moindres pincettes et je plonge dans le crapuleux et le vulgaire avec un délice redoublé. Alors baisons ! Je précise malgré tout à l’attention des lecteurs fripons que les parenthèses du titre ne sont pas à mettre … entre parenthèses. C’est du baiser, le nom, que je vais vous entretenir. Quant à ceux qui espéraient le verbe, je les invite à reluquer ce billet : Du cul.

Le feu aux poudres de Jean-Honoré Fragonard

Le feu aux poudres de Jean-Honoré Fragonard

Lire la suite

Peinture d’artiste

Au Louvre, j’aime la peinture d’artiste. Il s’agit d’une catégorie vraiment à part, presque un passage obligé pour chaque peintre qui se respecte. Aussi vieille que les premiers mammouths sur les parois des grottes, il s’agit du peintre en train de peindre un peintre ou un sculpteur.

Les attributs de la peinture, de la sculpture et de l'architecture d'Anne Vallayer-Coster

Les attributs de la peinture, de la sculpture et de l’architecture d’Anne Vallayer-Coster

Lire la suite