Archives du mot-clé Hendrick van Balen

Les animaux fantastiques

Au Louvre, j’aime Les animaux fantastiques. Certains me reprocheront de voguer un peu facilement sur un succès cinématographique du moment avec un tel titre. N’y voyez pas malice, sur le flot des enfants qui chercheront sur les internets des informations à propos du dernier film de sorciers, un ou deux, auront envie d’aller voir au Musée du Louvre les animaux fantastiques proposés. C’est ma façon de contribuer à la promotion du musée auprès de la jeunesse.

Dragon de Paul-Ambroise Slodtz

Dragon de Paul-Ambroise Slodtz

Lire la suite

Publicités

Beau comme trois pommes

Au Louvre j’aime quand c’est Beau comme trois pommes car Jeunes gens, prenez garde aux choses que vous dites. Tout peut partir d’un mot qu’en merdant vous traduites…, aurait pu écrire le gros Hugo s’il avait opté pour la promotion des pommes au lieu de s’acharner sur Badinguet (d’ailleurs il faudra que je rende hommage à Napoléon III). Quoi de mieux à cette période de l’année, alors que vos progénitures chantonnent la reinette et l’api, alors que la saison est au ramassage et aux compotes, quoi de mieux donc que d’aller regarder la représentation de ce fruit de saison dans les jardins des cimaises du Musée du Louvre.

Le panier d’œufs d'Henri-Horace-Roland Delaporte

Le panier d’œufs d’Henri-Horace-Roland Delaporte

Lire la suite

Sales gosses

Au Louvre, j’aime les sales gosses. Il s’agit là de la figure de style introductive des billets, car en réalité je déteste les enfants, je trouve cela inutile, mal élevé, vulgaire et idiot… sauf les miens bien entendu qui sont le contraire de tout cela. Et il faut dire qu’au Musée du Louvre il n’y a que des sales gosses, aussi bien sur les murs que dans les salles. D’ailleurs cela donne envie d’en accrocher, scotcher, étaler quelques-uns présents dans les salles directement sur les murs.

Le jeune dessinateur de Jean-Siméon Chardin

Le jeune dessinateur de Jean-Siméon Chardin

Lire la suite

Saint des seins

Au Louvre, j’aime déterminer le saint des seins. Parce que j’ai été mis au défi, dans un commentaire, de traiter du sein dans sa représentation louvresque, j’ai arpenté les salles du musée, tel un pervers, ne cherchant que l’aréole, le téton ou le nichon échappé de l’échancrure des corsages. Faut arrêter, chers lecteurs, les demandes saugrenues, je passe pour quoi, moi ? D’autant que pour ne rien vous cacher, du sein au Musée du Louvre, il y en a… beaucoup et d’ailleurs le Louvre les cache très peu. J’avertis le lecteur que si de pareils objets leurs faisaient venir de coupables pensées, qu’ils traversent la rue pour aller couvrir, sur les planches du Français, ce sein qu’ils ne sauraient voir.

Les curieuses de Jean-Honoré Fragonard

Les curieuses de Jean-Honoré Fragonard

Lire la suite

De la coupe aux lèvres

Au Louvre, j’aime la distance qui existe de la coupe aux lèvres. Afin de me mettre en règle avec la législation je souhaite d’abord vous informer que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé et que sa consommation reste interdite aux personnes de moins de dix-huit ans, pour les autres, cette même consommation doit se pratiquer avec modération. Ces précautions prises, nous pouvons à présent plonger dans le jaja.

Le tricheur de Georges de La Tour

Le tricheur de Georges de La Tour

Lire la suite

Madame est servie

Au Louvre, j’aime quand Madame est servie. Le visiteur qui prend sur sa pause méridienne pour aller admirer des tableaux peut vivre comme un enfer de voir se succéder des tables remplies de victuailles et autres mets appétissants. Comme tout le monde ne se nourrit pas uniquement de tableaux, ce midi, Les Délices du Louvre*, restaurant du musée, vous propose son Menu des artistes à 15,90 €. Boissons non-comprises.

L'été de Giuseppe Arcimboldo

L’été de Giuseppe Arcimboldo

Lire la suite

La destruction de Troie et le jugement de Pâris

Au Louvre, j’aime La destruction de Troie et le jugement de Pâris de Mathis Gerung. D’abord parce qu’il faut bien, de temps en temps, saluer l’école allemande de peinture car le Musée du Louvre semble être un des seuls endroits où à la fin ce n’est pas l’Allemagne qui gagne. Ensuite il faut de temps en temps reconduire sous les feux de la rampe quelque artiste que la mémoire collective a oublié ou mis en sommeil, alors Mathis, ce billet est pour toi. Enfin j’ai un goût certain pour la guerre de Troie.

La destruction de Troie et le jugement de Pâris de Mathis Gerung

La destruction de Troie et le jugement de Pâris de Mathis Gerung

Lire la suite