Archives du mot-clé Jan Brueghel

Un conte de Noël – Games of Louvre

Au Louvre, j’aime vous narrer un conte de Noël. Au départ je pensais vous raconter l’histoire d’une adolescente et de son barbon de mari qui firent étape dans une étable où elle accoucha. Puis j’aurais raconté comment l’enfant faisait du ski nautique, sans ski, à Tibériade, s’amusait à réveiller les morts ou à multiplier les goûters. Mais je trouvais cela bien trop gros à vous faire avaler et puis cela faisait réchauffé.Au Louvre, j'aime Game of Thrones

Lire la suite

Déluge

Au Louvre, j’aime aider mon prochain à survivre au déluge. Un musée lové sur les bords d’un fleuve doit avoir des conseils à prodiguer au tout-venant. Et si ce n’est pas lui directement, on doit pouvoir tenir compter de l’expérience mise en avant par les artistes exposées. Aujourd’hui donc Que d’eau, que d’eau !

L'hiver ou le déluge de Nicolas Poussin

L’hiver ou le déluge de Nicolas Poussin

Lire la suite

Un coup du lapin

Au Louvre, j’aime quand c’est un coup du lapin. Ma recherche animalière dans les tableaux du Musée du Louvre va bien au-delà du Livre de la jungle. Aujourd’hui ce sera donc Lapinou, Pan-pan, Jeannot, Roger et autres qui vont passer à la casserole.

Histoire de David de Hans Sebald Beham

Histoire de David de Hans Sebald Beham

Lire la suite

Monet, Monet, Monet

Au Louvre, j’aime Monet, Monet, Monet et parodier le groupe ABBA pour m’interroger sur la place de l’argent dans le musée. Attention, il ne sera pas ici question de la tête de quémandeurs patentés que prennent les différents conservateurs pour faire payer par le public leurs acquisitions ou celle du président du Musée du Louvre faisant des gorges chaudes sur son nombre de visiteurs et donc la somme d’argent inhérente entrée dans les caisses. Il s’agit plutôt de se questionner sur la représentation de l’argent dans les œuvres.

La Richesse de Pierre-Paul Prud'hon

La Richesse de Pierre-Paul Prud’hon

Lire la suite

Bandar-Log

Au Louvre, j’aime les Bandar-Log. Les quoi ? Je vais aider vos cervelles sur-cultivées en les rabaissant à des joies plus enfantines. Si je vous dis Ours comme Baloo, loups comme Akela, éléphants comme Hati vous comprendrez qu’aujourd’hui je continue mon voyage dans le bestiaire des animaux du Livre de la Jungle avec les Bandar-Log, nom donné par Rudyard Kipling aux bandes de singes dans son conte initiatique.

Le singe peintre, dit aussi Intérieur d'atelier d'Alexandre-Gabriel Decamps

Le singe peintre, dit aussi Intérieur d’atelier d’Alexandre-Gabriel Decamps

Lire la suite

Les mots d’artiste

Au Louvre, j’aime les mots d’artiste. Je ne parle pas, ici, des bons mots et autres délicatesses que peuvent s’envoyer en travers de la tronche et à grands coups de pinceaux les artistes (*), il s’agit au contraire de ces quelques mots que les artistes peuvent laisser sur leur toile et de l’imagination dont ils font preuve pour ne pas dénaturer leur œuvre de leur bafouille ; je veux parler de leur signature. Ou comment ajouter sans abîmer ?

La vierge au coussin vert d'Andrea di Bartolo

La vierge au coussin vert d’Andrea di Bartolo

Lire la suite

Trois petits points

Au Louvre, j’aime les trois petits points. Ces graphiques orthographiques sont ceux qui invitent à aller plus loin ou à taire une phrase laissée en suspens. Les trois petits points sont le moment où le lecteur prend la main sur l’auteur. Le moment où l’imagination du lecteur dépasse l’écriture de l’auteur. Comme le sujet Écriture/Lecture a été scindé en deux billets, je vous invite donc à lire le premier (ici) consacré à la lecture avant de poursuivre sur l’écriture au Musée du Louvre. Car, comme je l’avais promis, je vais vous dévoiler le meilleur moyen d’être exposé au Musée du Louvre en qualité d’auteur.

Nicolas Kratzer, astronome de Hans Holbein

Nicolas Kratzer, astronome de Hans Holbein

Lire la suite

Sales gosses

Au Louvre, j’aime les sales gosses. Il s’agit là de la figure de style introductive des billets, car en réalité je déteste les enfants, je trouve cela inutile, mal élevé, vulgaire et idiot… sauf les miens bien entendu qui sont le contraire de tout cela. Et il faut dire qu’au Musée du Louvre il n’y a que des sales gosses, aussi bien sur les murs que dans les salles. D’ailleurs cela donne envie d’en accrocher, scotcher, étaler quelques-uns présents dans les salles directement sur les murs.

Le jeune dessinateur de Jean-Siméon Chardin

Le jeune dessinateur de Jean-Siméon Chardin

Lire la suite

De la coupe aux lèvres

Au Louvre, j’aime la distance qui existe de la coupe aux lèvres. Afin de me mettre en règle avec la législation je souhaite d’abord vous informer que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé et que sa consommation reste interdite aux personnes de moins de dix-huit ans, pour les autres, cette même consommation doit se pratiquer avec modération. Ces précautions prises, nous pouvons à présent plonger dans le jaja.

Le tricheur de Georges de La Tour

Le tricheur de Georges de La Tour

Lire la suite

Ours

Au Louvre, j’aime l’Ours. J’aime vraiment les ours, certainement depuis que mes premiers souvenirs cinématographiques sont associés à un ours ondulant sur un air de Louis Prima dans les forêts indiennes. On sous-estime trop peu l’influence de ce que regardent les enfants pour le développement artistique de l’adulte. Un gamin en slip rouge dans la jungle m’a donné le goût de l’Inde, le plaisir des ours et la fascination pour les tigres, mais au risque de vous décevoir, rien ne m’est resté sur le slip rouge.

Ours assis d’Antoine Louis Barye

Ours assis d’Antoine Louis Barye

Lire la suite